Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


older | 1 | .... | 50 | 51 | (Page 52) | 53 | 54 | .... | 59 | newer

    0 0

    Merci à Arnaud Delalande et https://twitter.com/green_lemonnn


    Titre : Le raid de Abū Muṣṭafā al-Anṣārī : l'assaut sur les baraquements des apostats à al-Baghdadi-Wilayat al-Anbar.

    Durée : 16 minutes 44 secondes.

    Lieu(x) : comme cela est indiqué dans le titre de la vidéo, l'assaut de l'EI a lieu autour de la ville d'al-Baghdadi, dans la province d'Anbar. Cette ville est située au sud-est de Haditha et au nord-ouest de Hit. Plus précisément, l'EI aurait attaqué le checkpoint"Majid", qui serait situé à l'est d'al-Baghdadi.



    Date (sûre par recoupement ou estimée) : la vidéo correspond à un reportage photo publié le 22 mars 2016. Il y a donc au moins 2 semaines d'écart entre les événements montrés et la vidéo (21 mars au moins pour les opérations). Durant ces opérations, un Français de l'EI (Abu Zubayr al-Firansi) s'est fait exploser sur son VBIED ; on ne le voit pas dans la vidéo.

    Type de vidéo : c'est une vidéo de raid : l'EI s'attaque à un objectif avec une colonne motorisée. On note toutefois le nombre important de VBIED et l'insistance sur les aspects religieux.

    Découpage (séquences) : une première séquence de 9 minutes environ montre les préparatifs du raid et son déroulement le premier jour. Une deuxième séquence de moins de 5 minutes montre la fin de la même attaque au crépuscule et le lendemain. La dernière séquence de 2 minutes environ montre une attaque par VBIED.

    Forces attaquées/adversaire : l'armée irakienne. Deux hélicoptères de l'aviation irakienne (sans doute un EC 635 et un Bell 407) survolent le champ de bataille le deuxième jour. Lors de la séquence finale, on aperçoit plusieurs véhicules au loin.




    Effectifs engagés/tactiques : au début de la vidéo, le prêcheur s'adresse à plus de 20 combattants. La scène de prière qui suit montre à peu près le même nombre d'hommes. Quand ils renouvellent leur serment d'allégeance au calife, ils sont une trentaine. Lors de l'adresse du message aux adversaires, on peut voir au moins une dizaine d'hommes. Le raid engage probablement plusieurs dizaines de combattants, probablement jusqu'à 50 au moins.





    Moyens d'appui utilisés (canons, mortiers, armes artisanales...) : néant.

    Véhicules utilisés (chars, véhicules blindés, technicals...) : l'assaut est motorisé. La colonne comprend ce que l'on pourrait confondre avec un véhicule kamikaze, avec plaques de blindage et grillage additionnel, portant cependant un canon KPV de 14,5 mm. Un pick-up porte la même arme protégée par un bouclier tout en embarquant 4 hommes à l'arrière.





    Le pick-up avec KPV tire le deuxième jour sur deux hélicoptères irakiens qui survolent le champ de bataille.



    Lors du raid final montré dans la vidéo, la colonne accompagnant le véhicule kamikaze comprend au moins 3 véhicules dont des technicals. L'un d'entre eux est un pick-up avec monotube ZU-23 de 23 mm qui couvre la progression du VBIED.



    Kamikazes (identité) : Abu Muhamad Al Zarqawi (Irakien). Il s'adresse aux autres combattants au début de la vidéo.




    Abu Hazifa al Muhajir.



    Abu Harath Al Ansari (Syrien).



    Véhicules kamikazes (types, impact) : le véhicule kamikaze de Abu Hazifa al Muhajir est une simple voiture renforcée avec du grillage sur le devant et munie d'une tourelle artisanale abritant une mitrailleuse PK.


    Un camion-benne (dont on ne connaît pas le pilote) avec blindage supplémentaire (plaques) se jette sur les positions irakiennes au deuxième jour de l'attaque.



    Abu Harath Al Ansari pilote un pick-up surblindé et vise un bâtiment militaire où flotte le drapeau irakien.

    Armes légères et lourdes (fusils d'assaut, mitrailleuses, RPG, etc) : un combattant interpelle les ennemis devant une dizaine d'hommes au moins : 2 sont armés de RPG-7, 2 de mitrailleuses PK, 3 de M-16 et 3 d'AK-47. Lors du départ, on peut voir un des hommes armé d'un M-16 avec lunette de visée.

    A gauche, le combattant tient une mitrailleuse M84 serbe ( merci https://twitter.com/bm27_uragan)




    Au début de l'attaque, les positions de l'armée irakienne sont pris à partie par au moins 2 RPG-7, des mitrailleuses PK plus les combattants armés de M-16 et AK-47.





    Au crépuscule, l'EI engage des positions de l'armée irakienne en surplomb avec mitrailleuse PK, RPG-7 (roquette antipersonnelle OG-7V) et armes légères.






    Le kamikaze en camion-benne est couvert par une dizaine de combattants dont l'un avec mitrailleuse PK (portant en plus une AK-47 dans le dos). Après son explosion, près des Humvees abandonnés, on peut voir deux combattants portant chacun un AK-47 et un M-16 et un autre portant un AK-47 et un SVD.



    Un tireur PK couvre le dernier kamikaze de la vidéo.



    Destructions de véhicules adverses : le kamikaze sur camion-benne détruit 3 véhicules : un Humvee, un pick-up avec une arme lourde (DSHK ?) et un camion.



    Butin matériel : l'EI met la main au début de l'assaut sur un Humveeà tourelle. On peut voir aussi une caisse de munitions avec 6 roquettes pour RPG-7V et d'autres caisses munitions (dont des bandes de cal.50 pour mitrailleuse M2HB).






    Sur les positions en surplomb de l'armée irakienne, l'EI met la main sur deux mortiers légers (50-60 mm), une PK, un RPG-7 et des munitions.




    Sur les lieux de l'explosion du kamikaze sur camion-benne, 2 Humvees portant des drapeaux chiites ont été abandonnés. On voit au sol des armes (M-16, RPG-7) et des caisses de munitions que les combattants sortent des véhicules.



    Morts/prisonniers/blessés adverses : au début de l'assaut, on peut voir deux soldats irakiens portant chacun deux armes courir pour s'enfuir. L'un des deux au moins est abattu.




    5 corps de soldats irakiens (dont un est criblé de balles par l'EI) sont visibles autour des véhicules détruits par l'explosion du kamikaze sur camion-benne.

    On voit encore 2 corps (dont un criblé de balles par l'EI) au moment où les combattants de l'EI franchissent un pont.

    Morts/blessés de l'EI : la vidéo s'attarde sur Abu Jarah Al Jasha'ami, un combattant du sud de l'Irak que l'on voit au début de l'assaut tirer avec son M-16 et qui est tué d'une balle dans la partie supérieure du corps.





    Effets visuels/montage/techniques de propagande : la louange à Allah en tête de la vidéo est suivi du logo du wilayat al-Anbar, non traduit en anglais et sans effet visuel, appliqué au titre de la vidéo qui vient juste après.

    Religion : le début de la vidéo montre le discours d'un homme de l'EI (probablement chargé d'une fonction en rapport avec la religion) à une vingtaine de combattants. On voit ensuite une prière collective avec le même nombre d'hommes environ. On peut voir ensuite une trentaine d'hommes, les mains jointes au centre, répéter leur allégeance au calife al-Baghdadi. Un combattant adresse ensuite un message aux ennemis.

    Sur les lieux de l'explosion du kamikaze sur camion-benne, 3 combattants de l'EI prient face contre terre. Près des 2 Humvees abandonnés, on entend en fond un discours audio d'al-Adnani.
     

    Nasheeds (poèmes chantés) présents dans la vidéo : pas encore identifiés, je cherche.

    Commentaires particuliers : cette vidéo de raid motorisé se distingue par l'insistant sur les motifs religieux et par le grand nombre de VBIED (au moins 3) qui sont utilisés pour ouvrir la voie à la colonne.


    0 0

    Merci à https://twitter.com/green_lemonnn

    Titre : Reportage sur les progrès de la bataille dans le village de Shandukhah-wilayat al-Jazirah.

    Durée : 6 minutes 32 secondes.

    Lieu(x) : comme une vidéo de décembre 2015 du même wilayat, les combats se situent toujours prèsdu village de Shandukhah, à 23 km au nord-est de Tal Afar, sur la ligne de front contre les Kurdes.

    Date (sûre par recoupement ou estimée) : la vidéo a été mise en ligne le 10 avril environ. Les opérations reflétées dans la vidéo datent probablement du mois de mars (sans doute plus de la première quinzaine, mais peut-être de la deuxième).



    Type de vidéo : c'est une vidéo d'assaut de positions fixes, où l'EI n'engage que des moyens limités.

    Découpage (séquences) : l'introduction occupe la première minute. Il n'y a pas de découpage particulier ensuite.

    Forces attaquées/adversaire : la cible de l'EI est les peshmergas kurdes (les corps portent le drapeau du Kurdistant en emblème). On voit un de leurs Humvees circuler à toute allure sur la route et être la cible des tirs de l'EI, tout en répliquant avec sa mitrailleuse M2HB de tourelle. 2 F-15 américains interviennent et larguent des projectiles qui tombent non loin des positions des combattants de l'EI.





    Effectifs engagés/tactiques : l'EI n'engage au plus que quelques dizaines d'hommes. Ils portent des brassards rouges sur le bras droit pour se distinguer de leurs adversaires.

    Moyens d'appui utilisés (canons, mortiers, armes artisanales...) : un mortier de 120 mm, des roquettes artisanales sont utilisés pour pilonner les positions kurdes.











    Une mitrailleuse lourde DSHK de 12,7 mm montée sur un affût roulant tire plus tard sur ces mêmes positions pour couvrir le groupe d'assaut.



    Un canon ZU-23 de 23 mm modifié en version sniper est également employé dans ce but.



    Véhicules utilisés (chars, véhicules blindés, technicals...) : néant.

    Kamikazes (identité) : Al Yas Al Azari (Azéri)



    Véhicules kamikazes (types, impact) : le véhicule kamikaze est un Humvee au blindage renforcé de manière artisanale.



    Armes légères et lourdes (fusils d'assaut, mitrailleuses, RPG, etc) :

    Le groupe d'assaut du début de l'attaque comprend une dizaine d'hommes, dont un tireur RPG-7 (avec M-16 dans le dos) et son pourvoyeur. On peut voir un autre homme avec une mitrailleuse PK, un M-16 dans le dos et une roquette de RPG-7.




    Durant la scène filmée en GoPro, l'escouade de combattants de l'EI comprend pas moins de 3 tireurs RPG-7 et 2 mitrailleurs PK.




    Un peu plus tard, on voit un autre mitrailleur PK avec AK-47 dans le dos et un tireur sur M-16 avec lunette de visée.



    Destructions de véhicules adverses : néant.

    Butin matériel : néant.

    Morts/prisonniers/blessés adverses :à la fin de la vidéo, 4 corps de peshmergas sont visibles.

    Morts/blessés de l'EI : néant.

    Effets visuels/montage/techniques de propagande : la louange à Allah est suivie du logo du wilayat, sous-titré en anglais, avec effet visuel. Un résumé en images de la vidéo tient la première minute.

    L'EI filme par drone, au début de la vidéo, les positions des peshmergas.



    Durant l'attaque, des scènes sont filmées en GoPro sur un combattant tirant à l'AK-47 et sur un autre tirant avec un RPG-7 (montage de plus en plus fréquent dans les vidéos de l'EI). Plus loin c'est un combattant armé d'un M-16 qui fournit des images en GoPro. Le tireur RPG-7 sur GoPro réapparaît un peu plus loin.









    A la fin de la vidéo, l'EI refilme les positions kurdes en drone et prétend les avoir dynamitées.



    Religion : au moment du bombardement des F-15, on entend un discours audio de Zarqawi.

    Nasheeds (poèmes chantés) présents dans la vidéo : pas encore trouvés, en cours de recherche.

    Commentaires particuliers : cette vidéo d'assaut de positions fixes montre que l'EI dispose de moyens limités dans le secteur (en particulier les appuis).


    0 0

    Merci à https://twitter.com/green_lemonnn et Mathieu Morant.

    Titre : Les fracas des épées.

    Durée : 13 minutes 21 secondes.

    Lieu(x) : d'après les bandeaux de la vidéo, les attaques visent des installations militairesà l'ouest de la ville de Baiji. On serait sur la route menant de Baiji à Haditha.

    Date (sûre par recoupement ou estimée) : la vidéo correspondant à un reportage photo publié le 26 mars. Comme elle a été mise en ligne le 13 avril environ, il y a donc environ 20 jours d'écart entre la vidéo elle-même et les opérations relatées. D'après Xavier Servitja Roca, les séquences pourraient être recyclées de l'hiver dernier (un des kamikazes est mort en novembre 2015), ce qui est plausible car la province de Salahuddine a connu un certain calme par rapport aux attaques de l'EI ces dernières semaines.



    Type de vidéo : c'est une vidéo d'assaut de positions fixes, mais originale car elle comprend un raid avec colonne mécanisée et un focus sur les VBIED.

    Découpage (séquences) : la première minute de la vidéo est une compilation d'images des vidéos précédentes du wilayat, montrant notamment les combats passés autour de Samarra et à Baiji en 2015 notamment. Les 2 minutes 30 sont consacrées au début de l'attaque sur une installation de l'armée irakienne ou du Hashd. Les 3 minutes 50 suivants montrent l'assaut d'une position par une colonne mécanisée de l'EI. Les 2 minutes 15 ensuite présentent l'intervention de VBIED. Les 3 dernières minutes sont consacrées au discours d'un kamikaze qui est peut-être un des deux vus dans la séquence précédente.

    Forces attaquées/adversaire : les bandeaux parlent d'une attaque contre l'armée irakienne et le Hashd (mobilisation populaire chiite). Sur le camion incendié portant le bitube ZU-23, on distingue semble-t-il le logo de la milice chiite Kataib al-Imam Ali.



    Effectifs engagés/tactiques : l'EI engage manifestement plusieurs dizaines d'hommes dans ces opérations à l'ouest de Baiji, probablement plus de 50 au vu de la flotte de véhicules. On note l'intervention d'une colonne mécanisée avec 2 MT-LB modifiés de même qu'un Humvee ; ce type de colonne est de plus en plus fréquent dans les vidéos de l'EI, certaines ont déjà été vues dans le wilayat de Salahuddine mais on se rappelle aussi celle de la vidéo sur les combats à Ramadi mise en ligne le jour de la reprise de la ville.

    Moyens d'appui utilisés (canons, mortiers, armes artisanales...) : néant.


    Véhicules utilisés (chars, véhicules blindés, technicals...) : le convoi de véhicules qui part vers les casernes de l'armée irakienne et du Hashd comprend au moins 5 engins dont 2 technicals et un Humvee dont la tourelle embarque une mitrailleuse DSHK de 12,7 mm.





    Un technical avec KPV de 14,5 mm protégé par un bouclier engage l'installation irakienne. Le Humvee avec DSHK tire aussi.




    L'EI dispose d'une colonne de 3 véhicules avec blindage improvisé. La scène est filmée depuis l'un d'entre eux armé d'un canon KPV. Ce véhicule embarque des fantassins dont un mitrailleur PK qui tire sur le côté gauche, et semble être un MT-LB, tout comme un second des 3 véhicules. Le dernier est un Humvee au blindage renforcé. On voit ensuite la poursuite des fuyards depuis ce véhicule qui tire avec sa DSHK ; comme sur le MT-LB, une mitrailleuse PK installée à côté de la DSHK ouvre aussi le feu.












    On retrouve dans la partie suivant le technical avec KPV/bouclier et un autre pick-up embarquant une DSHK à l'arrière.




    Kamikazes (identité) : Abu Mariya Al Iraqi (Irakien). Cette séquence est recyclée : il a mené son attaque le 5 novembre 2015.



    Deux kamikazes se jettent sur les positions irakiennes dans la 3ème partie de la vidéo mais celle-ci ne donne pas leur identité.

    Abu Al Huria Al Iraqi (Irakien). Il fait un long discours à la fin de la vidéo. Il s'agit peut-être d'un des deux kamikazes que l'on voit dans la 3ème partie.



    Véhicules kamikazes (types, impact) : Abu Mariya Al Iraqi pilote un pick-up noir blindé artisanalement avec plaques et grillage additionnel.



    Un des deux kamikazes de la 3ème partie pilote un pick-up avec blindage artisanal.



    Armes légères et lourdes (fusils d'assaut, mitrailleuses, RPG, etc) : le groupe de combat qui longe le fossé antichar de l'installation militaire irakienne au début de la vidéo compte un tireur RPG-7, un pourvoyeur, sur au moins 8 hommes. On voit plus tard que le groupe comprend 10 hommes dont un tireur à la mitrailleuse PK (avec une arme individuelle dans le dos). Un homme est armé d'un M-16 à lunette de visée. Le tireur RPG-7 expédie au moins une roquette antipersonnelle OG-7V ainsi que des roquettes antichars.














    Dans la troisième partie de la vidéo sur les combats, les deux technicals sont accompagnés d'une escouade d'une dizaine d'hommes avec un tireur PK et un tireur RPG-7. L'un des tireurs PK est le pourvoyeur RPG-7.











    Destructions de véhicules adverses : un camion noir portant un bitube ZU-23 de 23 mm sous tourelle est incendié par l'EI. Plusieurs autres véhicules sont incendiés à côté dont un pick-up. Un autre pick-up avec un canon sans recul de 106 (dont on voit un débris au sol) a été incendié. 


     

    Butin matériel : Un canon sans recul SPG-9 est pris intact ainsi que des caisses de munitions.




    Morts/prisonniers/blessés adverses : néant.

    Morts/blessés de l'EI : néant.

    Effets visuels/montage/techniques de propagande : la louange à Allah est suivie du logo du wilayat, avec effet visuel et sous-titré en anglais.

    Religion : pendant la progression le long du fossé antichar, on entend un discours d'al-Baghdadi.

    Durant la chasse aux fuyards, on entend un discours d'al-Adnani.

    Nasheeds (poèmes chantés) présents dans la vidéo : en cours d'identification.

    Commentaires particuliers : cette vidéo confirme que les forces de l'EI dans la province de Salahuddine sont en quelque sorte des spécialistes des colonnes mécanisées à partir de véhicules capturés et "customisés".


    0 0

    Dans cette deuxième synthèse, l'échantillon se compose de 5 vidéos du théâtre irakien de l'EI exclusivement. J'ai choisi de reprendre les éléments du questionnaire et d'en présenter une synthèse pour dégager des conclusions sur les tactiques militaires de l'EI et leur mise en scène par la propagande.



     

    Remarquons tout d'abord que toutes les vidéos de ce deuxième échantillon se situent en Irak. Comment expliquer cette différence de production entre la Syrie et l'Irak ? On sait que l'EI communique dans sa propagande sur ses victoires, jamais sur ses défaites. Si le mouvement a reculé en Syrie, il a progressé à certains endroits (on pense à la ville de Deir-es-Zor). Difficile d'être définitif. Il y a certes plus de wilayat en Irak mais à part la volonté de se concentrer sur le théâtre irakien ou un manque d'images à mettre dans les vidéos, on voit mal comment expliquer la différence.


    Logo du wilayat al-Janub.
    Au niveau des dates, 2 des vidéos ont été mises en ligne en février 2016 et les 3 autres en avril. On constate qu'il y a toujours deux semaines au moins d'écart entre la mise en ligne de la vidéo et les opérations relatés, voire souvent plus (3 semaines, parfois plus d'un mois). Dans le cas de la vidéo du wilayat Salahuddine, nous sommes face à un montage comprenant une séquence remontant à novembre 2015. Cela confirme la baisse d'intensité des activités de l'EI dans cette région : la propagande locale n'a pas hésité à piocher dans les archives pour construire la vidéo la plus récente.

     
    Le kamikaze irakien montré dans la vidéo du wilayat Salahuddine d'avril 2016 s'est fait exploser en novembre 2015.


    Les vidéos sont de nature assez variée. A Dijlah, les opérations montrées renvoient à une véritable guerre de positions qui s'installe dans les monts Makhoul, au nord-est de Baiji, où le front n'a pas bougé depuis des mois. Pour al-Janub, l'EI utilise manifestement des tactiques de guérilla qui montre qu'il n'est pas dans une phase de construction territoriale et d'implantation solide comme cela peut être le cas ailleurs en Irak. La vidéo d'al-Anbar montre un raid avec une colonne motorisée sur des positions fixes disposant d'un nombre important de VBIED pour s'ouvrir la voie. Dans le cas d'al-Jazirah, on est sur un assaut d'infanterie de positions fixes dans le village de Shandukah : comme à Dijlah, le front ne semble pas avoir beaucoup bougé depuis des mois et les mêmes positions sont fréquemment disputées. La vidéo de Salahuddine présente elle aussi un raid motorisé avec utilisation de VBIED contre des positions fixes ; la différence avec Anbar étant l'emploi d'une colonne mécanisée avec véhicules de prise modifiés.



    Raid motorisé à Anbar : technical avec canon KPV et fantassins embarqués, un tireur PK déjà à terre.

    Les 5 vidéos reflètent la diversité des adversaires qu'affronte l'EI en Irak. A Dijlah, l'organisation fait face à l'armée irakienne et/ou à des miliciens chiites. Dans le wilayat al-Janub, c'est l'armée irakienne qui est visée, tout comme à Anbar. Sur le front d'al-Jazirah, l'EI se mesure aux Kurdes irakiens. A Salahuddine enfin, si l'EI s'en prend à l'armée irakienne, il se bat aussi contre une milice chiite (probablement Kataib al-Imam Ali). On peut remarquer que dans 4 vidéos sur 5, les adversaires de l'EI sont soutenus par des moyens aériens. A Dijlah, l'aviation irakienne engage un AC-208 Combat Caravan ; à al-Janub, c'est un Su-25 et un Mi-35 qui interviennent ; à Anbar, 2 hélicoptères (sans doute un Bell 407 et EC-635) survolent le champ de bataille. A al-Jazirah, ce sont 2 F-15 américains qui soutiennent les Kurdes.


    Les combattants de l'EI à Shandukhat (al-Jazirah) sont la cible de 2 F-15 appuyant les défenseurs kurdes.


    Les effectifs engagés par l'EI varient selon les wilayats concernés par les vidéos. A Dijlah, al-Janub et al-Jazirah, ils sont faibles : deux ou trois dizaines d'hommes au plus, ce qui correspond bien aux opérations montrées (guérilla et guerre de positions d'ampleur limitée). A al-Anbar et Salahuddine en revanche, les effectifs sont plus importants, dépassant probablement les 50 hommes et approchant sans doute la centaine.


    Groupe de combat à Dijlah (inghimasi). On note que le tireur RPG-7 porte une AK-47 dans le dos.

    Globalement on constate un recul des moyens d'appui lourd. 2 vidéos n'en montrent aucun, celle d'Anbar et de Salahuddine. Cela peut aussi s'expliquer par l'intention de frapper par surprise dans le cas de raids motorisés/mécanisés, mais peut-être cela traduit-il aussi des pertes ou un manque de munitions. La première option semble néanmoins probable. A Dijlah, les moyens d'appui sont quasiment les mêmes que dans la vidéo précédente, au point que l'on se demande s'il ne s'agit pas d'images d'archives également. Dans le cas d'al-Janub, les moyens sont limités aussi mais on note l'intervention d'au moins un lance-missile antichars (Konkurs). Pour al-Jazirah, les appuis sont limités à un seul mortier de 120 mm et des roquettes artisanales, une mitrailleuse lourde et un canon de 23 mm modifié en version sniper, ce qui est peu.


    Tir de missile Konkurs sur un T-72 (al-Janub).


    En revanche, l'emploi de véhicules par l'EI ne diminue pas, à l'exception de la vidéo d'al-Jazirah où on se trouve dans le cas d'un combat de fantassins pour l'EI. Même à Dijlah, dans le cadre d'une guerre de positions, l'organisation utilise un bulldozer blindé pour ouvrir la voie à ses VBIED qui sont suivis d'un MT-LB avec blindage SLAT improvisé et canon KPV de 14,5 mm embarqué. A al-Janub, avec des tactiques de guérilla, on voit 2 technicals avec des pièces ZU-23. Les deux raids d'al-Anbar et de Salahuddine concentrent le plus de véhicules, logiquement. Si l'on ne trouve que des technicals parfois customisés dans le premier cas (KPV et ZU-23), dans le second cas, l'EI déploie une vrai colonne mécanisée : en plus des technicals et d'un Humvee avec mitrailleuse lourde DSHK de 14,5 mm, on trouve 2 MT-LB dont l'un embarque un canon KPV et un Humvee surblindé artisanalement avec DSHK, les deux véhicules embarquant en plus des mitrailleuses PK en 7,62 mm tirant à côté de l'arme principale. Le wilayat Salahuddine est coutumier désormais de ces colonnes d'assaut mécanisées avec véhicules de prise "améliorés".


    MT-LB avec blindage improvisé et canon KPV  (wilayat Salahuddine).

    4 des 5 vidéos montrent des kamikazes opérant sur VBIED. Sur les 9 kamikazes identifiés par leur surnom, 3 sont des étrangers (un Saoudien, un Egyptien, un Azéri), 3 sont des Irakiens et 1 est un Syrien (je n'ai pas identifié l'origine des deux autres). Il y a donc autant d'Irakiens que d'étrangers ce qui est intéressant. Majoritairement les VBIED sont des pick-up avec blindage improvisé (plaques et grillage) ; il n'y a qu'à Anbar que l'on trouve une voiture plus classique et un camion-benne au blindage improvisé ; à al-Jazirah enfin, le kamikaze azéri utilise un Humvee au blindage improvisé lui aussi. Les VBIED ont toujours un rôle de poids dans les tactiques. A Dijlah, pourtant dans un cadre de guerre de positions, le groupe de l'EI lance 3 VBIED sur les positions adverses. A al-Anbar, les VBIED n'ouvrent pas l'assaut mais aident à le développer ou à achever les dernières poches de résistance, ou bien encore à attaquer des objectifs de valeur. Même constat pour ceux utilisés à al-Jazirah et Salahuddine. L'utilisation des VBIED compense la faiblesse des appuis.



    Le kamikaze azéri du wilayat al-Jazirah sur Humvee au blindage renforcé.


    Les groupes de combat présentent souvent, dans les 5 wilayats irakiens vus ici, la même configuration. Seule la vidéo de Dijlah mentionne des inghimasi (troupes de choc de l'EI qui escortent ici les VBIED). L'escouade-type comprend 8 à 10 hommes, avec au moins un tireur PK et un tireur RPG-7 (qui portent souvent une arme individuelle en plus dans le dos). Pour les besoins d'un assaut, les armes collectives peuvent être plus nombreuses : à al-Jazirah, une escouade comprend pas moins de 3 tireurs RPG-7 pour pilonner une position kurde. On remarque l'emploi de tireurs d'élite dans 3 vidéos sur 5. A Dijlah, en plus des tireurs d'élite qui semblent intégrés au groupe de combat sur SVD Dragunov, on voit l'intervention d'une véritable escouade de snipers qui intervient pour harceler les positions adverses, avec plusieurs matériels différents. Cette escouade comprend notamment un canon ZU-23 de 23 mm modifié pour le sniping : une arme que l'on retrouve à al-Janub et à al-Jazirah.




    Demi-escouade avec tireur PK (Salahuddine)

    Groupe de snipers ((Dijlah).

    Canon ZU-23 modifié pour le sniping (al-Janub).

    Les pertes infligées à l'adversaire et le butin matériel de l'EI dans ces 5 vidéos sont relativement faibles. Ils sont inexistants à Dijlah ; à al-Jazirah, on voit seulement 4 corps de peshmergas. C'est le raid d'al-Anbar qui donne sans doute le butin matériel le plus important : 3 Humvees pris intacts, de nombreuses armes, des caisses de munitions. A Salahuddine, l'EI prend un canon sans recul SPG-9, des armes et des munitions. Le butin se limite à des armes, des pièces d'équipement individuel et des munitions à al-Janub. Les destructions de véhicules adverses sont en gros similaires à al-Janub, al-Anbar et Salahuddine : quelques véhicules détruits notamment par l'action des VBIED. C'est la vidéo d'al-Janub qui présente le plus grand nombre de morts adverses : près d'une vingtaine. On en compte 9 dans la vidéo d'al-Anbar. Les deux autres vidéos (Dijlah et Salahuddine) ne montrent aucun corps ennemi. Seule la vidéo d'al-Anbar insiste sur la mort d'un de ses combattants tués pendant le raid : comme souvent, l'EI ne montre pas beaucoup ni ses morts, ni ses blessés.

    2 Humvees capturés (al-Anbar).


    SPG-9 capturé lors du raid montré dans la vidéo du wilayat Salahuddine.
     

    0 0

    Merci à https://twitter.com/green_lemonnn et https://twitter.com/MathieuMorant

    Titre : Les progrès de la bataille : attaque sur les casernes des comités rejectionnistes près du champ pétrolifère d'Ajil - Wilayat Kirkouk

    Durée : 11 minutes 48 secondes.

    Lieu(x) : l'action se déroule près du champ pétrolifère d'Ajil, situé à 30 km à l'est de Baiji, au-delà du Tigre, et à plus de 35 km au nord-est de Tikrit. Un bandeau de la vidéo indique que l'EI attaque des positions à l'ouest du champ pétrolifère.

    Date (sûre par recoupement ou estimée) : la vidéo a été mise en ligne le 19 avril et correspond à des photos mises en ligne par l'EI le 26 mars suite à une attaque sur ces positions. Il y a donc plus de 20 jours d'écart entre les opérations militaires et la publication de cette vidéo.



    Type de vidéo : c'est une vidéo d'attaque de positions fixes, par des fantassins, sans utilisation de VBIED.

    Découpage (séquences) : dans une séquence de 40 secondes environ, on voit les combattants préparer leurs armes. Puis tout le reste de la vidéo (plus de 10 minutes) est consacré à l'attaque, sans autre découpage.

    Forces attaquées/adversaire : les bandeaux de l'EI prétendent que les positions adverses sont tenues par le Hashd, la mobilisation populaire chiite. On peut voir au début de l'attaque, derrière les levées de terre, plusieurs véhicules (Humvees, 2) et des soldats se déplacer le long des levées. A deux reprises, l'EI filme un milicien passant la tête au-dessus de ses positions avant de se baisser, pris sous les tirs. A la fin de l'attaque, une vue en surplomb à distance montre au moins 5 hommes en train de fuir vers un véhicule (Humvee de couleur sombre ; un autre arrive à l'arrière-plan). Il y a également un M1117 de la police fédérale irakienne (ou bien qui équipe des miliciens chiites). On voit les 2 véhicules (Humvee sombre et M1117) se replier à la fin de la vidéo.








    Effectifs engagés/tactiques : la scène initiale de préparation des armes montre une douzaine d'hommes. Le discours du chef de groupe à ses hommes se fait à destination d'environ 20 combattants.




    Les combattants de l'EI portent pour la plupart un brassard blanc (généralement autour de la tête mais d'autres l'ont autour du bras) qui semble être un signe d'identification par rapport à leurs adversaires.

    Moyens d'appui utilisés (canons, mortiers, armes artisanales...) : les combattants de l'EI utilisent dès le début de l'attaque, de nuit, un canon sans recul SPG-9 sur trépied. Le SPG-9 tire 3 obus de nuit. Il en tire 2 de plus pendant la journée qui suit.





    A la fin de la vidéo, un mortier de 120 mm tire plusieurs obus sur les positions adverses dans le champ pétrolifère d'Ajil.



    Un lance-missile antichars 9M113 Konkurs tire sur un Humvee, d'après un bandeau, le touchant visiblement (on ne voit pas plus le résultat).





    A l'extrême-fin de la vidéo, un canon KPV de 14,5 mm monté sur Toyota tire sur un hélicoptère.



    Véhicules utilisés (chars, véhicules blindés, technicals...) : il semble y avoir une arme lourde sur véhicule qui appuie le début de l'attaque de nuit mais on ne la distingue pas.

    Kamikazes (identité) : néant.

    Véhicules kamikazes (types, impact) : néant.

    Armes légères et lourdes (fusils d'assaut, mitrailleuses, RPG, etc) : au début de la vidéo, on voit les combattants de l'EI préparer leurs armes : mitrailleuse PK, RPG-7, AK-47... Le groupe comprend 2 tireurs RPG-7.

    Lors du début de l'attaque de nuit, on voit un tireur PK (avec AK-47 dans le dos) et un tireur RPG-7 (il semble y avoir un autre RPG-7 au sol). Un autre tireur PK porte lui un M-16 dans le dos.






    Le groupe d'assaut comprend au moins un tireur sur SVD Dragunov. Un des tireurs RPG-7 est le premier à s'approcher des positions adverses. Dans le groupe d'assaut, il y a au moins 2 tireurs RPG-7 qui tirent des roquettes antichars sur les fortifications de campagne de miliciens.












    Le groupe de combat qui pénètre dans les positions adverses à la fin de la vidéo comprend une dizaine d'hommes dont 2 tireurs PK.



    Destructions de véhicules adverses : un véhicule est prétendûment détruit selon le bandeau de l'EI mais on n'en voit pas le type, la caméra est trop distante.



    Butin matériel : néant.

    Morts/prisonniers/blessés adverses : néant.

    Morts/blessés de l'EI : néant.

    Effets visuels/montage/techniques de propagande : la louange initiale à Allah est suivie du logo du wilayat, sous-titré en anglais.

    Religion : lors de la progression de nuit vers l'objectif de l'attaque, on entend un discours d'al-Adnani.

    Pendant que le jour se lève, et la suite de l'attaque, on entend un discours audio du Sheikh irakien Mahrab Al Jabouri.

    Nasheeds (poèmes chantés) présents dans la vidéo : le début de l'assaut est accompagné du nasheed"dhikra al-ma'arik" (merci à https://twitter.com/VeilleurV) :


    On entend ensuite le nasheed "Ya chababa dinina"  (merci à https://twitter.com/VeilleurV) :



    Puis le nasheed "Kataib al-Ahrar" qui date des camps d'al-Qaïda en Afghanistan dans les années 2000  (merci à https://twitter.com/VeilleurV) :

     


     La fin de la vidéo est accompagnée du nasheed "هللي سمر الحراب".



    Commentaires particuliers : cette vidéo d'assaut de positions fixes montre au final assez peu de résultats. L'attaque est faite par des fantassins et non en véhicules, les moyens d'appui sont très légers (pas de VBIED).


    0 0

    Merci à https://twitter.com/green_lemonnn et https://twitter.com/MathieuMorant

    Titre : Qui n'a jamais échappé à la guerre.

    Durée : 21 minutes 39 secondes.

    Lieu(x) : les combats du début de la vidéo se déroulent près de l'île de Tikrit, à l'ouest du lac Tharthar. A la fin de la vidéo, un des bandeaux mentionne la route entre Baiji et Haditha qui semble être l'endroit où se font sauter les 3 VBIED.

    Date (sûre par recoupement ou estimée) - avec l'aide de https://twitter.com/xaviservitja : la vidéo, publiée autour du 24 avril par l'EI, correspond à des reportages photos datant du 1er avril et du 26 mars. Abu Abd Al rahman Al Maqdisi lance son VBIED le 2 mars à Al-Salam, sur la route Baiji-Haditha. Abu Amir al-Turki se fait sauter le 16 mars sur la même route et Abu Musab al-Iraqi le 21 mars. On a donc un mélange de séquences jusqu'à début mars soit presque 2 mois avant la vidéo.



    Type de vidéo : c'est une vidéo mixte. Le wilayat de Salahuddine montre des opérations récentes avec raids motorisés/mécanisés et attaques de VBIED.

    Découpage (séquences) : pas d'introduction : les 5 premières minutes montrent le rassemblement et le départ pour un assaut. Dans les 6 minutes suivantes, on voit l'assaut lui-même contre les positions de la police fédérale irakienne. Les 5 minutes ensuite sont occupées par la présentation du kamikaze turc, son discours et son attaque-suicide. Les 2 autres kamikazes mènent leurs attaques dans les 2 minutes suivantes. Les 4 dernières minutes sont un mélange entre bombardement, tir de missile antichar et antiaérien et attaque sur une position fixe.

    Forces attaquées/adversaire :à l'ouest du lac Tharthar, l'EI combat la police fédérale irakienne. Un Humvee de couleur sombre avec DSHK de 12,7 mm en tourelle (immédiatement utilisée) est capturé. Un des combattants de l'EI montre un uniforme avec l'emblème de la police fédérale irakienne. On voit plusieurs hommes quitter une autre position ainsi que plusieurs véhicules sombres de type Humvee. L'EI incendie des tentes ; 2 Humvees de couleur sombre finissent par prendre la fuite.











    Un avion à réaction et un hélicoptère Mi-35 sont pris à partie par les armes antiaériennes de l'EI.




    Pendant l'attaque sur la route Baiji-Haditha, un pick-up détruit porte l'emblème d'une milice chiite, on a donc probablement affaire ici à des miliciens, peut-être ceux de Kata'ib Ansar al-Hijja qui opèrent bien dans la province de Salahuddine.



    Effectifs engagés/tactiques : la colonne motorisée/mécanisée du début de la vidéo transporte plusieurs dizaines de combattants. On voit au moins 20 hommes en dehors des véhicules (pick-up). L'effectif monte probablement à plus de 50 hommes.




    Une colonne de fantassins comprend entre 15 et 20 hommes dont le tireur RPG-7 et le pourvoyeur qui ferment la marche. On remarque le RPG-7 est recouvert d'une protection plastique.



    Un des combattants de l'EI qui prend la parole dans la vidéo est très jeune, probablement un adolescent.



    Le raid à la fin de la vidéo semble impliquer une escouade mécanisée d'une dizaine d'hommes.



    Moyens d'appui utilisés (canons, mortiers, armes artisanales...) : l'EI utilise un camion-benne lance-roquettes déjà vu en action dans le wilayat. Un canon M198 de 155 mm américain pris à l'armée irakienne est également utilisé. On retrouve également le système porté associant un tube de canon D30 (122 mm) monté sur camion.









    L'EI utilise un mortier de 82 mm pour pilonner les policiers irakiens en fuite.



    A la fin de la vidéo, un mortier de 120 mm pilonne les positions irakiennes.



    L'EI emploie un lance-missiles antichars Metis-M pour frapper un T-72 arboré d'un drapeau installé derrière des fortifications de campagne avec d'autres véhicules.






    Véhicules utilisés (chars, véhicules blindés, technicals...) : au début de la vidéo, on voit un convoi de véhicules avec au moins 3 technicals, dont un armé d'un KPV de 14,5 mm protégé par un bouclier. Des pick-up Toyota transportent des combattants en armes.





    Comme de coutume, le wilayat de Salahuddine est spécialisé dans les véhicules improvisés. L'un d'entre eux est bardé de plaques de blindage supplémentaires et d'un grillage installé de biais vers l'avant et est armé d'une mitrailleuse lourde DSHK. Il semble avoir une tourelle d'ILAV (le véhicule lui-même à l'origine est peut-être un ILAV). Un camion de l'EI embarque à l'arrière un canon de 37 mm AA M1939 ou sa copie chinoise le Type 55. Un autre véhicule improvisé, avec blindage et grillage improvisés, dispose d'une tourelle avec mitrailleuse DSHK de 12,7 mm. Au total la colonne comprend près d'une dizaine de véhicules dont semble-t-il, aussi, un bulldozer ou deux. On peut voir un des bulldozers blindés sur l'une des séquences suivantes.













    Une autre colonne progresse au crépuscule ou à l'aube. Elle comprend 2 pick-up surblindés avec plaques de blindage et armes lourdes et un Humvee blindé artisanalement avec mitrailleuse M2HB. Ce Humvee embarque en plus une mitrailleuse PK comme on le voit plus tard. Une demi-escouade de 5 hommes avec mitrailleuse PK et RPG-7 est appuyée par un des pick-up surblindés qui tire avec une DSHK.








    Le canon de 37 mm sur camion est visible en action à la fin de la vidéo : il s'agit là d'un bitube par contre ou de sa copie chinoise.




    Un technical avec ZU-23 monotube tire sur un hélicoptère Mi-35.

    Un véhicule blindé improvisé embarque en intérieur une dizaine de combattants (dont un avec mitrailleuse PK) pour attaquer des positions adverses sur la route Baiji-Haditha.

    Kamikazes (identité) : Abu al Amir Al Turki (un Turc). Il s'exprime en turc et la propagande de l'EI a donc sous-titré son discours. On apprend notamment qu'il a rejoint le territoire de l'EI 14 mois avant son attaque kamikaze. Pendant son discours, l'EI insère d'autres images comme une vue de Raqqa, l'explosion d'un autre VBIED (peut-être à Ramadi), un technical qui tire en marche contre des troupes irakiennes en retraite.





    Abu Abd Al Rahman Al Maqdisi (Palestinien).



    Abu Massa'ab Al Iraqi (Irakien).



    Véhicules kamikazes (types, impact) : le kamikaze turc conduit un pick-up ou camion blindé artisanalement. Il se jette sur une position irakienne entourée de levées de terre, escorté par un bulldozer qui a dû lui ouvrir la voie.



    Abu Abd Al rahman Al Maqdisi pilote un Humvee sans arme de tourelle qui n'est pas spécialement blindé avec des plaques artisanales. On voit très bien les impacts près du véhicule quand il approche de sa cible.




    Abu Massa'ab Al Iraqi pilote un pick-up blindé artisanalement avec des plaques qui forment une tourelle fermée sur la plate-forme arrière et un grillage en oblique sur le devant.



    Armes légères et lourdes (fusils d'assaut, mitrailleuses, RPG, etc) : parmi les combattants du convoi au début de la vidéo, l'un est armé d'une mitrailleuse PK. Parmi les quelques dizaines de combattants débarqués, la plupart sont armés d'AK-47, on distingue une PK et un RPG-7.

    Dans la deuxième séquence avec colonne mécanisée, on trouve une demi-escouade de 5-6 hommes avec PK, tireur RPG-7 (avec AK-47 dans le dos). Une fois les positions de la police fédérale prise, un tireur RPG, un tireur PK et un combattant avec AK-47 tirent en rafales pour le caméraman semble-t-il. Un autre tireur PK a une AK-47 dans le dos. Le RPG-7 tire en cloche sur les véhicules des policiers irakiens qui se replient.










    Le groupe de combat pour l'attaque sur la route Haditha-Baiji comprend une bonne dizaine d'hommes.

    Destructions de véhicules adverses : un pick-up de miliciens détruit, 3 autres pick-up au moins dont 1 Toyota incendiés et un bulldozer également.





    Butin matériel : un Humvee de couleur sombre avec DSHK en tourelle. Un RPG-7 avec munitions, une mitrailleuse lourde DSHK sur affût. Des armes légères.

    L'EI capture également 2 mitrailleuses lourdes M2HB, un mortier léger, d'autres armes légères, des roquettes de RPG-7 ainsi que deux missiles antichars 9M133F-1 pour Kornet (charge thermobarique).











    Morts/prisonniers/blessés adverses : lors de l'attaque sur la route Baiji-Haditha, plusieurs soldats irakiens s'enfuient et quelques-uns sont abattus. Un corps est ensuite montré de plus près.

    Morts/blessés de l'EI : néant.

    Effets visuels/montage/techniques de propagande : après la louange à Allah, le logo du wilayat apparaît sous-titré en anglais.

    Religion : quand les combattants débarquent des véhicules, la caméra filme un des hommes lisant un Coran de poche.



    Pendant les combats à l'ouest du lac Tharthar, on entend Zarqawi en discours audio.

    Au moment de la fuite des policiers, on attend un discours d'al-Adnani.

    Le kamikaze turc justifie ses actes par des extraits de la sourate Al Baqara (la vache, verset 207) et de la sourate Al Tawba (le repentir).

    Nasheeds (poèmes chantés) présents dans la vidéo - avec l'aide de https://twitter.com/VeilleurV : au début, on entend le nasheed "ar-rijal ad-dawari". La deuxième séquence est accompagnée du nasheed dhikra al-Maarik. La troisième séquence voit le chant du nasheed  "Oussoud al-harb". L'intervention du kamikaze turc voit l'utilisation d'un nasheed en turc, "Cihad Yolu". L'attaque du kamikaze palestinien se fait sur fond du nasheed "الدولة الاسلاميه - نشيد تقدم الي الموت ثم اقتحم". Le kamikaze irakien mène son attaque avec le nasheed "Joundouna" en arrière-plan. La dernière séquence est accompagnée du nasheed "Qad 'Azamna - قد عزمنا ".











    Commentaires particuliers : c'est une longue vidéo : le wilayat Salahuddine reste toujours le spécialiste des véhicules DIY (Do It Yourself, improvisés) mais les attaques sont de faible ampleur. A moins qu'il se n'agisse d'images de remploi, les appuis sont cette fois plus conséquents. On note par contre que les tactiques s'assimilent de plus en plus à du "hit and run" (frapper et courir = tactique de guérilla, effectuer une attaque du fort au faible et se replier pour éviter la réaction) comme le montre le tir de missile antichar.


    0 0

    Le 27 avril dernier,Vice News met en ligne une vidéo récupérée sur le corps d'un combattant de l'Etat Islamique. Le commentaire de l'article accompagnant la vidéo est le suivant :

    "VICE News a obtenu des images prises par la caméra frontale d'un combattant du groupe État islamique (EI), mort en mars dernier, alors qu'il se battait contre les troupes peshmergas dans le nord de l'Irak. La bataille a eu lieu à 50 kilomètres au nord de Mossoul.

    Contrairement à la propagande de l'EI — qui présente souvent les combattants de l'EI en train de prendre des villes avec facilité — cette vidéo montre la panique et le manque de préparation des djihadistes, alors qu'ils engagent une retraite sous le feu peshmerga."

    J'étudie et je décortique les vidéos de propagande militaire de l'EI depuis maintenant plus de 8 mois. Il est inexact de dire que les vidéos présentent souvent "les combattants de l'EI en train de prendre des villes avec facilité" : si cela a pu être vrai au moment des grandes victoires de l'EI à l'été 2014, et encore en 2015 (chute de Ramadi, de Palmyre, etc), les vidéos plus récentes sont loin désormais de ce lieu commun. Cela amène à s'interroger sur la fin du commentaire : les djihadistes sont-ils seulement paniqués et désorganisés sous le feu ? Est-ce le seul élément à prendre de l'analyse de ce document ? J'ai décidé de l'analyser comme j'ai pu le faire avec des dizaines de vidéos de l'EI.




    Chronique d'un assaut mécanisé raté


    La vidéo, qui dure 6 minutes 40, commence par un petit montage d'introduction qui résume le contenu. Le résumé qui suit nous apprend que le film a été récupéré sur le corps d'un combattant de l'EI tué au combat contre les peshmergas en mars 2016. La bataille aurait eu lieu à 30 miles au nord de Mossoul (soit 50 km environ). Si c'est le cas, on est dans le wilayat Ninive de l'EI. Or il se trouve qu'en réalité, le document montre la bataille autour de la localité de Naweran, à 23 km au nord-est de Mossoul. Pour la contextualisation et la description des combats, j'emprunte une bonne partie du contenu, enrichi de quelques observations personnelles, à mon collègue le blogueur Oryx (les images tirées de son blog sont également signalées).

    Après la prise de Mossoul en juin 2014 et en particulier l'année passée, les ateliers de l'Etat Islamique tournent à plein régime pour fournir des véhicules de combat improvisés bâtis sur les prises de l'offensive éclair de l'organisation à l'été 2014. A Mossoul, la ville la plus importante contrôlée par l'EI, on trouve ainsi 3 formations blindées dont la brigade al-Farouk qui comprend elle-même 3 bataillons dont le "bataillon d'assaut", engagé dans cette opération. Il y a aussi un "bataillon suicide" avec des véhicules kamikazes improvisés qui accompagnent ces formations blindées et servent à ouvrir la voie aux véhicules blindés. Ces deux bataillons sont engagées dans l'opération de la vidéo. L'EI lance fréquemment depuis janvier 2015 au moins ses véhicules blindés contre les positions des peshmergas, en pure perte : ces derniers, situés en surplomb, les déciment à coups de missiles antichars ou de roquettes. Mais les combattants de l'EI savent qu'ils disposent d'une réserve de véhicules conséquente et par ailleurs ils s'inspirent des tactiques de l'ancienne armée irakienne qui préconisait depuis les années 1970 de lancer des vagues blindées en avant pour rompre le front. Voir cette tactique à l'écran n'a donc rien d'étonnant. L'attaque montrée par Vice News a eu lieu probablement le 16 décembre 2015 et a donné lieu d'ailleurs à un reportage photo de l'EI, alors que les Kurdes eux-mêmes ont également filmé l'attaque et les conséquences de l'échec de l'assaut de l'organisation.

    Le cameraman de l'EI tué au combat et qui a fourni la vidéo via sa GoPro sur le casque portait le nom de guerre d'Abu Ridhwan. Il filme d'abord un kamikaze du "bataillon suicide" qui va être engagé dans l'opération. On voit ensuite le véhicule de ce dernier, noir, marqué du chiffre "502" sur la gauche. Les explosifs comme souvent sont transportés sur la plate-forme arrière, recouverte d'une bâche.



    Le véhicule kamikaze. Les explosifs sur la plate-forme arrière, recouverts d'une bâche. Le chiffre 502 sur le côté.



    Le véhicule d'Abu Ridhwan que l'on voit ensuite est un M1114 Humvee (une version améliorée pour mieux protéger l'équipage) modifié par les ateliers de Mossoul pour accueillir une plate-forme supérieure avec 3 combattants et une mitrailleuse. Ici, cette dernière est une MG 3 manipulée par Abu Hajaar ; il y a un tireur au RPG-7, Abu Abdullah ; Abu Ridhwan fait office de commandant de bord, de pourvoyeur pour le tireur RPG-7 et de tireur avec sa "al-Quds" (version irakienne de la RPK). On a plus tard le nom du conducteur du véhicule, Khattab, et l'on sait par les images de la fin qu'il y avait un cinquième membre d'équipage. Mais seuls les 3 combattants de la partie supérieure sont visibles. En plus de son blindage improvisé, la tourelle a été munie à l'intérieur de fauteuils et d'un tissu pour assurer le confort des combattants.

    A droite, Abu Hadjaar, le tireur à la MG 3 dont on voit le canon derrière le bras gauche.


    Alors que le véhicule fait mouvement, on peut voir une batterie de 45 roquettes artisanales qui sont souvent employées pour bombarder les positions adverses et dont le tir est fréquemment montré dans les vidéos de l'EI.

    Des roquettes en batterie.

    Photo du reportage de l'EI sur la bataille où l'on voit le tir de ces roquettes. On reconnaît bien la vidéo- via Oryx.
     
    Ci-dessus et ci-dessous : salve de roquettes dans une autre vidéo du wilayat Ninive.



    La colonne d'assaut se met en marche. A ce moment-là de l'attaque, il est probable que les VBIED (puisque 4 ont été utilisés par l'EI durant cette opération) ont été déjà lancés sur les positions des peshmergas (2 ont été détruits avant d'atteindre leur cible). Le M1114 modifié d'Abu Ridhwan n'est pas seul puisque c'est toute une colonne mécanisée du "bataillon d'assaut" qui semble engagée : on distingue notamment un autre véhicule du même type qui voit exploser devant lui une roquette de RPG-7, ce qui ouvre la partie de combat de la vidéo.

    Photo du reportage de l'EI sur la bataille- via Oryx. Le véhicule de la vidéo est entouré.


    La roquette de RPG-7 en vol vers le véhicule à l'avant, elle arrive de la droite.

    La roquette rebondit devant le véhicule.


    Abu Ridhwan vide un chargeur de sa RPK. C'est alors que les ennuis commencent. L'espace de la tourelle supérieure improvisée est assez confiné : Abu Ridhwan est seul au fond. Devant, Abu Hajaar tire à la mitrailleuse MG 3 sur le devant et à gauche, mais les douilles vides sont éjectées du côté droit où se tient Abu Abdullah qui tire au lance-roquettes RPG-7 (que l'on voit alors muni d'une roquette antipersonnelle OG-7V), et qui reçoit les douilles brûlantes sur lui, ce qui évidemment n'est pas très enviable en plein combat. Par ailleurs la MG 3 est posée par Abu Hajaar sur le bord de la tourelle, et on peut voir avec le recul de l'arme que son porteur finit par tirer dans le véhicule lui-même et fait ricocher les balles sur la superstructure, ce qui explique les cris de ses deux compagnons. On note qu'ils sont tous d'ailleurs bien protégés avec casques et gilets pare-balles, et que la tourelle comprend de la nourriture, de l'eau et des chargeurs pour les armes.




    A droite Abu Abdullah, le tireur RPG-7 avec ici une munition OG-7V. A gauche, Abu Hajaar, qui tire à la MG 3.

    On voit très nettement ensuite l'autre M1114 modifié qui a failli être détruit par la roquette de RPG-7 et un autre "monstre" des ateliers de Mossoul à l'arrière duquel se tient un tireur RPG-7. Dans le véhicule, Abu Abdullah demande une autre roquette puisqu'il a manifestement tiré l'OG-7V visible précédemment. Abu Ridhwan en cherche une mais Abu Abdullah ne voit pas la roquette tendue. Ce dernier fait une erreur en demandant à Abu Hajaar de le couvrir et le même manège recommence : les douilles brûlantes de la MG 3 lui tombent dessus et cette fois il s'énerve franchement contre son camarade. Abu Abdullah finit par se dresser pour tirer au RPG-7 : Abu Ridhwan, qui voit que l'effet de souffle du tir va se produire dans le véhicule, lui dit de bien se dresser pour éviter l'effet et le dégager vers l'extérieur, mais cela ne marche qu'à moitié. La caméra d'Abu Ridhwan est endommagée.

    On voit un tireur RPG-7 à l'arrière du véhicule de gauche.

     
     




    Abu Ridhwan dit à Abu Abdullah de se dresser davantage car l'arrière du RPG-7 pointe dangereusement vers l'intérieur du véhicule : l'effet de souffle risque de blesser ses camarades.


    Un M1114 modifié par l'EI est en flammes.


    La caméra montre un autre des M1114 de la colonne touché, en feu. Abu Hadjaar réussit encore à tirer dans la tourelle en faisant la même faute que précédemment avec la MG 3, posée trop légèrement sur le rebord. Abu Ridhwan s'énerve aussi sur Abu Hadjaar et finit par prendre unZastava M70 sur lequel a été monté un lance-grenades de fortune. C'est Abu Abdullah qui charge l'arme, mais les deux premières munitions improvisées ne vont pas ; à la 3ème, il essaie d'allumer la mèche, sans plus de succès. Abu Ridhwan allume lui-même la mèche, tire mais frôle de peu la tête d'Abu Hadjaar qui s'est redressé subitement devant lui...




    Abu Abdullah enfile les munitions improvisées sur le Zastava M70 modifié.




    Abu Ridhwan manque de tirer la grenade improvisée sur Abu Hajaar qui s'est redressé juste devant lui.


    A ce moment-là, le véhicule est arrêté : le conducteur Khattab ne semble pas encore mort puisqu'on le voit de manière fugitive quelques secondes plus tard se retourner vers ses camarades de la tourelle. Abu Abdullah cherche une roquette OG-7V antipersonnelle mais n'en trouve pas ; Abu Ridhwan lui tend une roquette antichar PG-7V. Abu Abdullah se dresse pour tirer la roquette mais a oublié d'enlever la goupille de sécurité ; Abu Ridhwan lui dit de le faire mais avant de pouvoir tirer, le véhicule est frappé à son tour par une roquette antichar. Les 3 hommes de la tourelle évacuent le véhicule ; un 4ème homme, qui se tenait sans doute à côté du conducteur, est réfugié au sol avec eux derrière l'épave. Le conducteur Khattab a été tué. Abu Ridhwan se tient à l'arrière-gauche du M1114 et fait feu avec sa RPK. Abu Abullah et Abu Hadjaar roulent sur eux-mêmes pour se replier ; Abu Ridhwan se dresse pour courir et il est rapidement touché... ce qui conduit à sa mort. On peut voir Abu Abdullah courir debout pour retourner vers l'épave...




    En haut à gauche, on voit Khattab, le conducteur, qui à ce moment-là est encore en vie ; le véhicule est arrêté.


    L'impact d'une roquette antichar (probablement) sur le véhicule.


    Abu Ridhwan tire, réfugié à l'arrière gauche de l'épave.



    Après s'être redressé pour courir en arrière, Abu Ridhwan est touché.


    Abu Abdullah court vers l'épave en tirant.





    Le reportage tourné par les Kurdes de Kurdistan24 montre les épaves capturées après le repli de l'EI. On y voit le véhicule de la vidéo et surtout le "monstre" où se tenait un tireur RPG-7, qui porte l'emblème du "bataillon d'assaut" de la brigade al-Farouk et des échelles, sans doute pour accéder depuis les fentes du véhicule aux positions derrière des levées de terre des peshmergas.


    Les peshmergas ont au moins 2 technicals avec armes lourdes qui tirent sur l'EI.



    Un tireur RPG-7 des peshmergas va envoyer une roquette.

    Photos ci-dessous tiré du reportage kurde, via Oryx.


    Le véhicule de la vidéo récupéré par les Kurdes.






    Sur le "monstre" où l'on voyait un autre tireur RPG-7, récupéré lui aussi par les Kurdes, l'emblème du "bataillon d'assaut" de la brigade al-Farouk.


    Les échelles servent sans doute pour prendre d'assaut les positions retranchées des peshmergas.


    Conclusion


    Il est évidemment facile de se moquer de la piètre performance des deux combattants du véhicule, Abu Hadjaar le tireur à la MG 3 et Abu Abdullah le tireur au RPG-7. On est clairement face à deux combattants inexpérimentés qui connaissent peut-être là leur baptême du feu. Abu Ridhwan, le chef de bord qui semble être le seul à avoir davantage d'expérience, est pourtant le seul à périr devant la caméra (bien que la charge folle d'Abu Abdullah vers l'épave à la fin laisse mal augurer de son sort). Essayons d'aller un peu plus loin.

    D'abord, comme cela a été dit, il est frappant de constater que l'EI continue encore, en décembre 2015, soit près d'un an après avoir expérimenté cette tactique, de lancer des colonnes d'assaut mécanisées contre les positions retranchées des peshmergas. Outre un véritable culte pour l'offensive, on sent encore une fois l'héritage de l'armée irakienne. Surtout, ces vagues de véhicules blindés improvisés lancées en perte nous laissent penser que l'EI dispose encorfe de nombreux engins de prise qui peuvent être modifiés de la sorte dans ces ateliers. Quelque part, ces blindés de fortune, aussi laids soient-ils, économisent le sang. L'EI n'utilise pas seulement les véhicules improvisés dans la province de Ninive : récemment, le wilayat Salahuddin a montré dans ses vidéos de nombreux véhicules du même qu'il utilise dans ses raids mécanisés.

    Ci-dessous : d'autres exemples de véhicules improvisés de l'EI montrés dans la dernière vidéo du wilayat Salahuddin de l'EI (images de mars 2016).





     Autre exemple de véhicule improvisé, wilayat Dijlah, début 2016.






    La vidéo confirme l'emploi des VBIED comme appui lourd de substitution. Ici, il s'agit d'un véritable bataillon accompagnant une unité mécanisée. De la même façon, on retrouve l'emploi de salves massives de roquettes artisanales pour préparer les attaques. Le véhicule de la vidéo, le M1114 modifié, est lourdement armé : une mitrailleuse MG 3, un lance-roquettes antichars RPG-7 avec différentes munitions, une RPK sans compter les armes individuelles. Très clairement l'EI cherche à maximiser sa puissance de feu à travers ces véhicules improvisés.

    Enfin, si 2 des 3 combattants visibles sont manifestement inexpérimentés, il n'en demeure pas moins qu'ils sont bien protégés par des casques et des effets individuels pour partie récupérés sur les forces irakiennes. Quand bien même leur comportement au feu est maladroit, il n'en demeure pas moins qu'ils ne paniquent pas vraiment : leur évacuation du véhicule touché le prouve suffisamment. C'est d'ailleurs le chef de bord, apparemment le plus expérimenté, qui commet l'erreur de trop s'exposer et qui immédiatement abattu. Les 2 autres hommes ont pris la précaution de ramper par roulade pour se replier vers l'arrière. En réalité, on est loin de la "panique" et du "manque de préparation" annoncés dans le commentaire : on est face à des recrues de l'EI jetées dans le feu de l'action, au sein d'une colonne mécanisée qui montre au contraire tout le potentiel de l'organisation avec son matériel de prise - quand bien même cette tactique reste vouée à l'échec.

    0 0

    Merci à https://twitter.com/green_lemonnn

    Titre : Leur réunion sera défaite et ils tourneront le dos pour prendre la fuite. Progrès de la bataille à Makhmur.

    Durée : 19 minutes 5 secondes.

    Lieu(x) : le montage vidéo présente les opérations autour de la localité de Makhmour, à 80 km au nord-est de Kirkouk, à 60 km au sud-ouest d'Erbil et à 75 km au sud-est de Mossoul. Il est question des combats dans le village d'al-Nasr (peut-être ici, à 18 km au nord-ouest Makhmour). 2 VBIED sont lancés sur le village de Kudilaà 16 km à l'ouest de Makhmour.

    Date (sûre par recoupement ou estimée)- avec https://twitter.com/xaviservitja : la vidéo a été mise en ligne le 27 avril, mais c'est un gros montage qui montre des attaques kamikazes avec VBIED espacées : les 6 kamikazes du milieu que l'on voit se préparer ont réalisé leur attaque le 31 mars et celui de la fin de la vidéo le 13 avril.

     

    Type de vidéo : c'est une vidéo mixte, avec beaucoup de propagande, un gros focus sur les VBIED et finalement assez peu de combats. On note la scène d'exécution.

    Découpage (séquences) : les 3 premières minutes montrent un résumé des opérations en cours à al-Nasr et des thèmes chers à l'EI (exécutions). Les 2 minutes suivantes montrent les dernières paroles et l'exécution de 3 "espions". On a ensuite 5 minutes avec encore des extraits de reportages irakiens, un assaut nocturne et des bombardements de positions adverses. Les 5 minutes qui suivent montre l'emploi de VBIED. Les 4 dernières minutes sont consacrées aux combats près d'al-Nasr.

    Forces attaquées/adversaire : ici l'ennemi semble être surtout les peshmergas, qu'on ne voit pour ainsi dire jamais, à part leurs positions filmées de loin à la fin de la vidéo (où flotte leur drapeau).



    Effectifs engagés/tactiques : lors de la séquence de nuit, quand le chef de groupe explique le plan d'attaque, il n'y a pas plus d'une dizaine de combattants autour de lui. Le groupe d'assaut comprend probablement plusieurs dizaines d'hommes cependant comme on peut le voir sur les images qui suivent. Le chef qui s'adresse aux kamikazes est écouté par une dizaine d'hommes.







    Moyens d'appui utilisés (canons, mortiers, armes artisanales...) : des lance-roquettes artisanaux et un mortier de 120 mm sont utilisés pour bombarder les positions adverses.









    Une mitrailleuse DSHK de 12,7 mm protégée derrière des sacs de sable et un canon KPV de 14,5 mm tirant depuis une meurtrière dans un bâtiment couvrent la progression du 1er VBIED.




    Véhicules utilisés (chars, véhicules blindés, technicals...) : l'assaut nocturne comprend des véhicules de transport (pick-up) et probablement des technicals mais ils sont peu visibles.

    Un pick-up Toyota Hilux avec mitrailleuse DSHK protégée par un bouclier couvre la progression du 1er VBIED sur Koudila.



    Kamikazes (identité) : un groupe de 6 kamikazes : Abu Ali Al Ansari, Abu Muhamad Al Shami, Abu Qatada Al Ansari, Abu Dujana Al Ansari, Abu Abilmalik Al Shami, Abu Ubaidi Al Kurdi (3 Irakiens, 2 Syriens, 1 Kurde). Ces 6 hommes mènent une attaque contre 3 casernes des peshmergasà bord de 5 VBIED (l'un d'entre eux avait donc un conducteur et un tireur). A noter qu'on voit les 6 kamikazes avec des uniformes de peshmergas vraisemblablement pour s'approcher plus facilement de leurs objectifs.




    Abu Anour Al Koweiti (Koweïtien).




    Véhicules kamikazes (types, impact) : un premier kamikaze non identifié se lance avec son véhicule sur les positions adverses à Koudila. Son VBIED est un pick-up Chevrolet protégé par des plaques de blindage artisanales.







    Un 2ème VBIED manifestement du même type se lance également sur le même village et on le voit subir le feu adverse avant d'exploser.






    Le VBIED de Abu Anour Al Koweiti est un camion noir recouvert de blindage SLAT.









    Armes légères et lourdes (fusils d'assaut, mitrailleuses, RPG, etc) : le groupe d'assaut nocturne comprend au moins un tireur RPG-7. Les hommes transportent des échelles probablement pour escalader des murs ou des levées de terre. Il y a un tireur PK et un fantassin avec M-16 qui tirent sur les positions adverses.




    Un des hommes écoutant le discours du chef qui s'adresse aux kamikazes porte un RPG-7 avec roquette antipersonnelle OG-7V.

    La fin de la vidéo montre un petit groupe de combat de l'EI au feu à l'ouest du village d'al-Nasr. Le groupe comprend au moins 6 hommes dont un tireur RPG-7 qui transporte en même temps ses munitions et qui tire une roquette tandem. Dans le village, on voit plusieurs épaves de technicals.













    Destructions de véhicules adverses : néant

    Butin matériel : néant

    Morts/prisonniers/blessés adverses : l'EI met à mort dans cette vidéo 3 "espions" : Ali Hamadat Ali, Bassem Muhamad Ali et Fahmi Ahmad Abdallah. Le dernier est égorgé, sa tête placée sur son corps devant ses 2 camarades, qui sont exécutés d'une balle dans la tête à bout portant.

    Morts/blessés de l'EI : néant.

    Effets visuels/montage/techniques de propagande : la louange à Allah est suivi du nom du wilayat sous-titré en anglais, avec l'effet "boule d'eau" propre à Dijlah (Tigre).

    Le début de la vidéo comprend une reprise de reportages irakiens avec commentaire audio, montrant les troupes irakiennes, leurs véhicules notamment, des groupes de combattants de l'EI. On voit également les adversaires de l'EI s'enfuir en véhicules devant l'arrivée d'un VBIED qui explose. Il y a ensuite une compilation d'exécutions par armes à feu ou à l'arme blanche.

    La troisième séquence montre également des reportages irakiens à Makhmour ainsi que le ministre de la Défense, Khaled al-Obaidi, visitant le front. Il y est aussi question du premier soldat américain tué au combat en Irak depuis le retour de l'armée américaine, avec la naissance de l'EI.

    Pour les 6 kamikazes, le wilayat insère un communiqué (texte) dans la vidéo, ce qui est rare.
     

    Religion : dans la troisième séquence de la vidéo, on voit un tireur SVD lire son Coran de poche, ainsi qu'un autre combattant.




    Après le briefing de nuit, les combattants prêtent allégeance autour du chef de groupe.

    Durant l'assaut nocturne, on entend la voie d'Abou Bakr al-Baghdadi.

    Nasheeds (poèmes chantés) présents dans la vidéo - https://twitter.com/VeilleurV : la scène d'exécution est accompagnée du nasheed "Salahaddin ramz al-ma'ali". On entend plus loin le nasheed " saah an-nafir". Puis le nasheed "Sayrana". Il y a ensuite le nasheed "al-hour tahfou". Il y a le nasheed "ach-chahada ya rifaqah". Vient le nasheed "ilayhim rakibna". Enfin la vidéo se termine sur le nasheed "raddidou Allah akbar".





    https://archive.org/details/Sarayna



    https://soundcloud.com/nasheeds-media/zxvx7u9g4jxa

     



    Commentaires particuliers : ici, sur le front de Makhmour, l'EI est clairement sur la défensive mais on remarque que les contre-attaques, notamment à coups de VBIED, semblent incessantes.


    0 0

    Merci à https://twitter.com/green_lemonn, Mathieu Morant et Arnaud Delalande.

    Titre : Tuez-les, ils sont vraiment polythéistes

    Durée : 11 minutes 58 secondes

    Lieu(x) : l'action se déroule dans le wilayat Hama de l'EI mais la vidéo est un savant montage de plusieurs séquences. D'après les bandeaux la vidéo prend place au départ à Huwaysis, un village située pour le régime syrien dans la province de Homs mais qui doit faire partie du wilayat Hama de l'EI. Le village est à un peu plus de 60 km au nord-ouest de Palmyre, et à un peu plus de 60 km au sud-est de Salamiyeh. Il est à 90 km à l'est de Homs et à 95 km au sud-est de Hama. La fin de la vidéo se passe près de Salamiyeh, à 30 km au sud-est de Hama.

    Date (sûre par recoupement ou estimée) : la vidéo, mise en ligne le 30 avril, montre des images de plusieurs dates différentes. Une partie correspond à un reportage du 20 mars, probablement l'assaut sur Huwaysis D'autres se croisent avec un reportage photo du 29 février pris "entre Salamiyeh et Ithriya", à un peu plus de 75 km au nord-est de Salamiyeh. Les images de butin semblent être un mélange entre le reportage photo du 20 mars et des images prises le 23 mars lors d'une attaque sur une position près de la base aérienne T4, dans la province de Homs pour le régime syrien.



    Type de vidéo : c'est une vidéo d'assaut de positions fixes, un peu originale car il y a emploi de nombreux véhicules et des moyens d'appui conséquents.

    Découpage (séquences) : l'introduction dure 2 minutes 30. Il y a ensuite 5 minutes 30 consacrées à l'assaut sur Huwaysis. Une minute de prêche fait la transition avec les 3 dernières minutes consacrées aux combats près de Salamiyeh.

    Forces attaquées/adversaire : le régime syrien. Outre le prisonnier et les véhicules pris par l'EI, on voit un Su-22 lâcher des projectiles sur les positions de l'EI et un MiG-23 qui sont tirés par les armes antiaériennes, de même qu'un hélicoptère Mi-25 qui largue des bombes.










    Effectifs engagés/tactiques : au début de la vidéo, un clerc s'adresse à plusieurs dizaines de combattants de l'EI dans un local souterrain. Il y a plusieurs pièces avec des ouvertures où sont assis au moins 40 ou 50 hommes qui écoutent le prêche. Un peu plus tard dans la vidéo on voit la suite du prêche et on voit qu'il y a encore plus d'hommes, au moins 60 et probablement plus.






    Moyens d'appui utilisés (canons, mortiers, armes artisanales...) : un canon D30 de 122 mm et un canon M46 de 130 mm sont employés pour pilonner les positions adverses.








    Il y a également un mortier lourd (120 ?) qui est utilisé.



    A Salamiyeh, l'EI expédie des roquettes artisanales. Il y a aussi une mitrailleuse lourde DSHK de 12,7 mm au sol.




    Véhicules utilisés (chars, véhicules blindés, technicals...) : un technical appuie l'assaut de nuit à Huwaysis sans que l'on puisse distinguer le type.

    Un Toyota Land Cruiser avec ZPU-4 (KPV de 14,5 quadruple) ouvre le feu en tir tendu.



    Il y a également un Toyota avec KPV de 14,5 mm monotube qui cible un objectif en tir tendu. Un obus ou autre projectile tombe près de lui ce qui le force à se déplacer.




    L'EI fait également tirer un char T-72 avec blindage SLAT.






    Un camion Hyundai avec canon de 37 mm sur la plate-forme arrière sert également en tir tendu.



    Il y a un autre T-55 avec désignateur laser nord-coréen que l'EI utilise aussi pour l'appui.



    Près de Salamiyeh, l'EI engage un T-62 avec blindage SLAT.





    Il utilise aussi un technical avec bitube ZU-23 (23 mm). On retrouve le Hyundai avec canon de 37 mm M1939 et le Land Cruiser avec ZPU-4.







    Un autre Land Cruiser avec ZPU-4 tire sur un appareil du régime syrien, de même que le technical avec KPV et 2 autres technical avec bitube ZU-23.







    Kamikazes (identité) : néant.

    Véhicules kamikazes (types, impact) : néant.

    Armes légères et lourdes (fusils d'assaut, mitrailleuses, RPG, etc) : le groupe qui attaque de nuit les positions du régime à Huwaysis comprend au moins un tireur PK.

    Destructions de véhicules adverses : néant.

    Butin matériel : une tente au moins du régime est incendiée.

    L'EI prend à Huwaysis un char T-55 du régime syrien. A noter qu'un T-72 est également capturé au même endroit mais il n'est pas montré dans la vidéo.






    Un BMP-1 fait également partie du butin.



    Il y a également un lance-missiles antichars 9M113 Konkurs avec munitions (pris près de la base T4), un RPG-7, une PK, un SVD Dragunov, des canons KPV avec munitions.





    Les hommes de l'EI montrent aussi un drapeau du Croissant Rouge iranien.



    La fin du butin montre de nombreuses armes légères et collectives (dont des RPG-7) et beaucoup de caisses de munitions (dont des obus de mortiers).





    Morts/prisonniers/blessés adverses : lors de l'assaut de nuit, l'EI fait un prisonnier dans les positions du régime.



    A la fin de la vidéo, 4 corps de combattants du régime sont visibles.

    Morts/blessés de l'EI : néant.

    Effets visuels/montage/techniques de propagande : la louange à Allah est suivie du nom du wilayat, avec sous-titrage en anglais mais sans effet visuel.

    Au début de la vidéo, l'EI mêle des images de ses combattants avec une vue de la mosquée des Omeyyades de Damas, du président syrien Bachar el-Assad, de bombardements par l'aviation russe, d'exécutions de soldats du régime ou de fuites de ceux-ci, de tirs de missiles antichars, de débarquements de troupes russes par avion en Syrie (bénies par des popes), de rencontres entre Poutine, Assad et Obama, de destructions de bâtiments ainsi que des images tirées de la vidéo.

    Un drone filme les positions (avec des tentes) du régime à Huwaysis que vont attaquer les
    hommes de l'EI.



    Un combattant filme l'assaut de nuit sur Huwaysis avec une GoPro fixée sur la tête.

    Religion : un clerc fait un discours à plusieurs dizaines de combattants pendant plusieurs minutes de la vidéo.

    Nasheeds (poèmes chantés) présents dans la vidéo - https://twitter.com/VeilleurV : Le 1er nasheed est "Lastou Arda al-Mouqam ". Il y a ensuite "Ya Jounoud al-haqq". Vient après "Sir ila Allah". Il y a ensuite   " Zamjiri ya hourouf". La vidéo se termine sur le nasheed"raddidou Allahakbar".

    Commentaires particuliers : on note le contexte très différent de l'Irak en Syrie. L'EI engage plusieurs chars en plus des technicals. Il n'y a pas de VBIED dans cette vidéo.

    0 0

    Merci à https://twitter.com/SMantoux, Mathieu Morant et Arnaud Delalande.

    Titre : Donne de bonnes nouvelles à ceux qui sont patients.

    Durée : 15 minutes 24 secondes

    Lieu(x) : d'après les bandeaux de la vidéo, les combats ont lieu au nord-ouest, nord-est, sud et sud-ouest de Falloujah, sans plus de précisions. Le 1er VBIED explose près de l'institut technique d'Anbar, au nord-ouest de Falloujah.

    Date (sûre par recoupement ou estimée) : le 1er VBIED s'est fait exploser le 3 janvier 2016 : l'écart est donc considérable avec le début de la vidéo, mise en ligne le 30 avril/1er mai. Pas de dates pour les autres séquences mais les opérations doivent dater.

    Type de vidéo : c'est une vidéo d'assauts ou de harcèlements de positions fixes, avec quelques appuis, et emploi de quelques VBIED.




    Découpage (séquences) : l'introduction dure 1 minute 30 secondes environ. Les 2 minutes 30 suivantes sont consacrées à l'attaque au nord-ouest de Falloujah. 2 autres minutes sont dédiées à la prise de la base dans le même secteur. 1 minute est ensuite consacrée à des images d'archives. 2 minutes montrent l'embuscade au nord-est de Falloujah. 2 autres minutes sont dédiées à l'attaque au sud de Falloujah. 3 minutes 30 secondes dépeignent l'attaque au sud-ouest de Falloujah. La dernière minute est consacrée à des images de propagande.

    Forces attaquées/adversaire : l'armée irakienne. Lors de la première attaque au nord-ouest de Falloujah, on peut voir un technical répliquer pendant le pilonnage avec son arme lourde. Il y a également un char T-55 (sa copie chinoise) qui finit par se replier. Plusieurs hommes s'enfuient quand le kamikaze Abu Imad Al Shami pénètre dans leurs positions.




    La colonne prise en embuscade au nord-est de Falloujah comprend au moins 4 Humveesà tourelle. Il s'agit encore de l'armée irakienne.



    Au sud de Falloujah, l'EI filme un soldat irakien qui sort la tête au-dessus des sacs de sable de sa position. Un Humvee prend la fuite. On voit un drapeau chiite flotter au-dessus des positions irakiennes.




    Au sud-ouest de Falloujah, un hélicoptère est pris à parti par un technical avec monotube de 23 mm.




    Effectifs engagés/tactiques :à chaque attaque, l'EI semble engager quelques dizaines d'hommes dans l'opération, guère plus. Certains groupes sont plus nombreux que d'autres.

    Moyens d'appui utilisés (canons, mortiers, armes artisanales...) : le pilonnage initial au nord-ouest de Falloujah se fait avec un mortier lourd de 120 mm, un canon SPG-9 porté par un combattant, un canon KPV de 14,5 mm sur affût fixe, un autre canon sans recul M60 de 82 mm d'ex-Yougoslavie. L'EI lance aussi des roquettes artisanales.







    Un mortier lourd est utilisé au sud-ouest de Falloujah ainsi qu'un canon KPV sur affût installé dans un bâtiment.




    Véhicules utilisés (chars, véhicules blindés, technicals...) : dans le pilonnage initial au nord-ouest de Falloujah, on trouve un camion embarquant un canon S60 AA de 57 mm à l'arrière.




    Un technical avec monotube de 23 mm engage aussi les positions adverses.



    Pour l'attaque sur la base au nord-ouest de Falloujah, un technical avec mitrailleuse M2HB de 12,7 mm protégée par un bouclier est utilisé et accompagne le VBIED.



    Lors de l'assaut au sud de Falloujah, un technical avec ZU-23 monotube accompagne le groupe d'assaut.



    Au sud-ouest de Falloujah, un technical avec ZU-23 monotube tire sur un hélicoptère irakien.




    Kamikazes (identité) : Abu Imad Al Shami (Syrien).

    Abu Abdallah Al Gharbi (Occidental).

    Véhicules kamikazes (types, impact) : Abu Imad Al Shami pilote un 4x4 blindé artisanalement avec des plaques de métal. On peut le voir entrer dans la position adverse et se faire sauter.








    Abu Abdallah Al Gharbi pilote un camion citerne blindé avec des plaques de métal.







    Armes légères et lourdes (fusils d'assaut, mitrailleuses, RPG, etc) : au nord-ouest de Falloujah, il y a un tireur RPG-7 pour le pilonnage initial.



    Le groupe qui combat au nord-ouest de Falloujah comprend 2 tireurs M-16 (dont un à lunette) et un tireur PK. Abu Imad Al Shami est couvert par des tireurs à l'AK-47.









    Les combattants qui prennent la base au nord-ouest sont surtout équipés d'AK-47. Ils font sauter la base après l'avoir prise.





    Dans l'embuscade contre la colonne de Humvees au nord-est de Falloujah, le groupe de combat comprend 2 tireurs PK (dont un avec AK-47 dans le dos) et un tireur RPG-7, voire 2 ou 3. Un des tireurs RPG-7 lance deux roquettes antipersonnelles OG-7V.












    Le groupe d'assaut au sud de Falloujah comprend un tireur RPG-7 et un pourvoyeur et au moins une dizaine d'hommes. Il y a également un tireur PK et un autre tireur RPG-7 que l'on voit un peu plus tard.













    Pour l'attaque au sud-ouest de Falloujah, le groupe de combat inclut au moins un tireur SVD et un autre RPG-7. Il y a également 2 tireurs PK. Comme au sud de Falloujah, le groupe lance des grenades dans la position adverse. Il semble que pour s'ouvrir la voie à l'intérieur de la position fortifiée, un inghimasi au moins se fait sauter avec sa ceinture d'explosifs (ou alors c'est un engin explosif qui est jeté).












    Comme le montre les dernières images, les groupes de combat de l'EI disposent souvent de SPG-9 portés à dos d'hommes mais aussi de brancardiers (2 ici).




    Destructions de véhicules adverses : néant.

    Butin matériel : on voit 2 Humvees abandonnés aux abords de la base prise au nord-ouest de Falloujah. Il y a un autre véhicule abandonné à l'entrée de la base ainsi qu'un pick-up. On voit également un cimetière de carcasses avec d'autres Humvees et des pick-up.








    Dans l'embuscade au nord-est de Falloujah, le groupe de combattants de l'EI capture un RPG-7 avec des munitions (en caisses).





    Dans la caserne au sud-ouest de Falloujah, les combattants s'emparent d'au moins 1 M113 et de nombreuses armes légères.





    Morts/prisonniers/blessés adverses : dans l'embuscade au nord-est de Falloujah, l'EI filme 2 corps de soldats irakiens (probablement plus sont visibles de loin).



    Morts/blessés de l'EI : néant.

    Effets visuels/montage/techniques de propagande : la louange à Allah est suivie du logo du wilayat, sous-titré en anglais, avec effet visuel.

    La première minute de la vidéo montre des combattants de l'EI, d'anciennes images de victoires (une colonne de M113 détruits), des vues des villes contrôlées par l'EI et des extraits de films (un sur les débuts de l'islam manifestement ; on voit des hommes creuser une tranchée, peut-être une référence à la bataille de la tranchée à Médine ; on reconnaît des images du siège de Jérusalem dans Kingdom of Heaven, film occidental que les réalisateurs de la vidéo floutent sans doute volontairement).

    Après les images de la prise de la base au nord-ouest de Falloujah, l'EI montre des images d'archives du wilayat : exécution de prisonniers, combats, VBIED...

    Religion :à la fin de l'introduction, on entend le verset 155 de la sourate Baqara (La vache).

    "Très certainement, Nous vous éprouverons par un peu de peur, de faim et de diminution de biens, de personnes et de fruits. Et fais la bonne annonce aux endurants" = d'où le titre de la vidéo.

    Pendant l'embuscade au nord-est de Falloujah, on entend un discours audio de Zarqawi.

    Lors d'une séquence de transition dans la vidéo, on voit plusieurs hommes lire le Coran.
     

    Nasheeds (poèmes chantés) présents dans la vidéo-avec le concours de https://twitter.com/VeilleurV :

    Nasheed 1 = Adrib famin kaffayk

    Nasheed 2 =Hayya inghamiss

    Nasheed 3 = Qad'Azamna.

    Nasheed 4 = Sir Ila Allah.

    Nasheed 5 = Sabrou ar-rijal

    Commentaires particuliers : l'EI monte une vidéo montrant les attaques de positions adverses tout autour de Falloujah. Il n'en demeure pas moins que les moyens sont assez limités, de même que les résultats.



    0 0

    Cette troisième synthèse concerne les vidéos 11 à 15 étudiées avec le questionnaire, et pour cette fois, il y a une vidéo venant du théâtre syrien à côté de 4 vidéos du théâtre irakien. Comme pour la synthèse n°2, je reprends dans l'ordre les éléments du questionnaire pour dresser un bilan des tactiques de l'EI telles que l'organisation nous les montre par ses vidéos de propagande.



    Sur les lieux, on peut encore noter la domination écrasante du théâtre irakien dans la production. Il faut remarquer toutefois que les 4 vidéos correspondent à 4 wilayats différents : Kirkouk, Salahuddine, Dijlah et Falloujah. Les wilayats de l'EI en Irak sont donc tous assez productifs quant à leurs vidéos de propagande. En Syrie, c'est une vidéo du wilayatHama qui en produit assez peu comparé au wilayat Halab (Alep) par exemple, ce qui est d'autant plus intéressant, puisque l'EI a progressé dans ce secteur en février-mars, ce que reflète la vidéo.

    Les 5 vidéos ont été mises en ligne en avril 2016 (celle de Falloujah, la dernière, date du 30 avril). Comme toujours, il peut y avoir un écart assez important entre les opérations filmées et la publication du montage vidéo. La vidéo de Kirkouk a un décalage de 20 jours, ce qui est la moyenne des montages de l'EI ; les images de la vidéo de Salahuddine remontent pour certaines par contre à près de 2 mois ; pour Dijlah, on compte un bon mois d'écart ; dans le cas de Hama, là encore on peut remonter jusqu'à 2 mois ; Falloujah enfin détient le record puisque la compilation comprend des images datant de janvier soit presque 4 mois.

    La variété des vidéos est sans doute un peu moins grande que dans l'échantillon précédent. Celle de Kirkouk montre un assaut de fantassins contre des positions fixes, sans VBIED. Le wilayat de Salahuddine met encore l'accent sur ses raids motorisés/mécanisés et l'emploi de VBIED. La vidéo de Dijlah est plus originale car elle fait beaucoup de propagande et montre l'EI en situation défensive qui contre-attaque à grands renforts de VBIED. La vidéo de Hama tranche avec l'ensemble : on est sur l'attaque de positions fixes mais avec des moyens qui n'ont rien à voir avec ceux employés en Irak. La vidéo de Falloujah enfin est plus classique avec assauts ou harcèlements de positions fixes et emploi de VBIED.

    Colonne motorisée de l'EI, wilayat Salahuddine : camion avec 37 mm AA, technical avec KPV.


    Là encore, on ne peut constater que la diversité des adversaires affrontés par l'EI. A Kirkouk, l'EI prétend affronter le Hashd (la mobilisation populaire chiite) ce qui semble possible mais qu'on ne peut confirmer définitivement. Le montage de Salahuddine montre plusieurs adversaires différents : la police fédérale irakienne, dont les installations réduites sont souvent visées par l'EI dans ce secteur, et une milice chiite assez active dans la province, Kata'ib Ansar al-Hijja. A Dijlah, on devine que les peshmergas sont en face de l'EI, même si celui-ci ne peut montrer de réels succès contre eux. A Hama, c'est le régime syrien qui est en face de l'EI et qui fait intervenir ses moyens aériens (Su-22, MiG-23 et Mi-25). Enfin, à Falloujah, c'est plutôt l'armée irakienne qui est visée par les assauts des combattants de l'EI.

    MiG-23 du régime syrien au-dessus de l'EI.


    Su-22 du régime syrien lâchant ses bombes sur l'EI.


    Les effectifs engagés par l'EI ne sont pas forcément conséquents. L'opération à Kirkouk engage probablement quelques dizaines d'hommes (au moins 20). Ceux-ci s'identifient avec un brassard blanc pour éviter les tirs fratricides (ce qui tend à confirmer que c'est le Hashd qui est en face). A Salahuddin, la colonne motorisée/mécanisée que l'on voit au départ compte probablement un effectif plus important (50-100 hommes) mais les autres groupes se limitent à quelques dizaines d'hommes maximum. A Dijlah, c'est la même configuration avec des groupes d'une ou deux dizaines de combattants. Le wilayat Hama montre davantage d'hommes (plus de 50 dans une séquence) et l'infanterie d'accompagnement semble assez fournie. A Falloujah, les groupes d'assaut comprennent deux ou trois dizaines d'hommes au maximum.

    Groupe de combat de l'EI près d'al-Nasr (Dijlah).


    L'EI met davantage en scène cette fois ses moyens d'appui et en particulier ceux plus lourds. Si à Kirkouk, le groupe d'assaut se contente d'un SPG-9 et d'un mortier de 120 mm, il tire aussi au lance-missiles antichars Konkurs pour détruire un Humvee. A Salahuddine, on montre un M198 de 155 mm pris à l'armée irakienne (peut-être des images d'archives, mais l'EI semble vouloir insister dessus) et le fameux montage associant un tube de D30 (122 mm) et un camion, un mortier de 82 mm et un autre de 120 mm et enfin un lance-missiles antichars Metis-M qui ouvre le feu sur un char T-72 irakien. A Dijlah, les moyens sont plus faibles avec seulement des roquettes artisanales, un mortier de 120 mm, une mitrailleuse DSHK de 12,7 mm et un canon KPV de 14,5 mm. A Hama en revanche, l'EI fait usage d'un canon D30 de 122 mm, d'un canon M46 de 130 mm, d'un mortier lourd de 120 mm, de roquettes artisanales et d'une mitrailleuse DSHK. A Falloujah, les moyens d'appui sont plus légers avec un canon sans recul SPG-9, au moins un mortier lourd de 120 mm, un canon KPV, un canon sans recul M60 de 82 mm, des roquettes artisanales. Globalement ce qui frappe c'est la présence de deux lance-missiles antichars et surtout l'insistance sur les canons de prise qui interviennent dans 2 vidéos sur les 5.

    Camion avec S60 de 57 mm (Falloujah).


    Canon sans recul M60 de 82 mm (Falloujah).

    Camion-benne avec lance-roquettes (Salahuddine).

    M198 de 155 mm (Salahuddine).

    Tube de D30 (122 mm) sur camion (Salahuddine).



    M46 de 130 mm (Hama).
    Tir de D30 (122 mm)-Hama.
    D30 (122 mm)-Hama.

    L'organisation peut toujours compter sur un large éventail de véhicules. Si le combat de Kirkouk se limite aux fantassins (hormis un technical avec ZU-23 monotube qui tire sur un hélicoptère à la fin de la vidéo), à Salahuddine l'EI déploie à nouveau un panel impressionnant de moyens motorisés et mécanisés. Pour les premiers, on relève un technical avec KPV et un autre avec ZU-23 monotube ainsi qu'un camion avec canon AA bitube de 37 mm. Les seconds surtout sont impressionnants : un véhicule improvisé bâti avec une tourelle d'ILAV et armé d'une DSHK ; un autre véhicule improvisé embarque la même arme ; et une colonne comprenant deux pick-up surblindés avec des plaques de métal (dont l'un embarque une DSHK) et un Humvee renforcé de la même façon avec M2HB de 12,7 mm en tourelle. Un autre véhicule improvisé est visible à la fin de la vidéo. On note aussi que les colonnes mécanisées sont accompagnées de bulldozers blindés sans doute chargés de missions de génie. Le wilayat confirme donc sa spécialité dans ce domaine et faute de véhicules blindés, il organise pour ses raids des colonnes mécanisées improvisées. La vidéo de Dijlah comprend peu de véhicules mais l'on voit tout de même un technical avec DSHK. Celle de Hama, en Syrie, tranche véritablement avec le théâtre irakien : outre les technicals, nombreux (un avec KPV, plusieurs avec ZPU-4 quadritube de 14,5 mm, plusieurs avec bitubes ZU-23 de 23 mm, un camion avec canon de 37 mm AA), l'EI engage un char T-72 et un char T-62 renforcés avec du blindage SLAT, ainsi qu'un char T-55 avec désignateur laser nord-coréen. En Syrie, l'EI peut donc compter sur les blindés pris au régime et qui sont largement utilisés pour l'appui-feu. La différence est nette avec le théâtre irakien où les chars sont absents. A Falloujah, on trouve ainsi seulement des technicals (nombreux ceci dit : un lourd, avec canon S60 de 57 mm ; beaucoup avec ZU-23 en bitube ou monotube ; un autre avec M2HB). A noter qu'à Hama et Falloujah, les technicals servent à la fois en tir tendu et en tir antiaérien.

    Véhicule DIY de l'EI avec tourelle embarquant une DSHK (Salahuddine).
    Ce véhicule improvisé semble avoir une tourelle d'ILAV (Salahuddine).

    Humvee avec M2HB renforcé de plaques de blindage (Salahuddine).
    Pick-up surblindé avec des plaques latérales (Salahuddine).

    T-72 avec blindage SLAT (Hama).
    T-55 avec désignateur laser nord-coréen (Hama).
    T-62 avec blindage SLAT (Hama).


    Dans l'échantillon, 3 vidéos sur 5 montrent des kamikazes sur VBIED. On en compte 14 en tout (dont 12 identifiés par leur surnom) : 4 Irakiens, 3 Syriens, 1 Turc, 1 Palestinien, 1 Kurde, 1 Koweïtien, et 1 Occidental dont on ne connaît pas l'origine. L'échantillon est dominé ici par les Irakiens et les Syriens, et l'on note que tous les autres sauf 1 viennent du monde arabe. Deux cas plus originaux à signaler : le kamikaze turc, qui a droit à un discours avant son attaque sous-titré en arabe (puisqu'il parle en turc) et à un nasheed en turc quand il se suicide avec son VBIED, et le Koweïtien, nationalité que l'on voit assez peu. Les VBIED sont assez variés : pick-up blindés de manière artisanale (4), Humvee (1), camion blindé de manière artisanale (1), 4x4 blindé de manière artisanale (1), camion-citerne de manière artisanale (1). Les VBIED montrés dans les vidéos servent davantage ici à harceler les positions adverses ou à contre-attaquer ponctuellement : c'est très net à Salahuddine. Le cas le plus original est la vidéo de Dijlah : sur la défensive près du village de Makhmour, l'EI envoie un groupe de 6 kamikazes revêtus d'uniformes de peshmergas dans 5 VBIED (ce qui signifie que l'un comprenait un conducteur et un tireur, configuration de plus en plus fréquente). 2 autres VBIED sont jetés sur le village de Koudila là encore pour freiner la progression de l'armée irakienne. Il n'y a guère que le VBIED du Koweïtien qui ouvre la voie à une contre-attaque dans la configuration traditionnelle d'emploi de VBIED par l'EI. A Falloujah en revanche, on retrouve l'emploi de 2 VBIED pour dégager le passage aux combattants de l'EI sur une position fixe. Le cas de Dijlah montre bien cependant que l'EI peine à ne pas contre-attaquer ou à passer à l'offensive même quand il est plutôt en situation défensive : les VBIED sont une arme de contre-attaque comme d'autres.

    Le kamikaze turc (Salahuddine).
    Son VBIED.
    Le kamikaze palestinien (Salahuddine).
    Son Humvee VBIED.
    Le kamikaze koweïtien (Dijlah).
    Son VBIED.

    L'échantillon est moins parlant sur les groupes de combat (fantassins) de l'EI pour cette fois. Le petit groupe d'assaut de Kirkouk est encore une fois assez lourdement armé avec un SPG-9, plusieurs tireurs RPG-7 et plusieurs tireurs PK (portant une arme individuelle dans le dos) pour deux ou trois dizaines d'hommes à peine. Même configuration à Salahuddine et l'on peut compter un tireur PK et un tireur RPG-7 (avec chacun leur arme individuelle) pour une demi-escouade seulement (5 ou 6 hommes). Il faut dire qu'on est là dans des groupes accompagnant les VBIED où il faut donc une certaine puissance de feu. Même constat à Dijlah : le groupe qui combat près d'al-Nasr est assez réduit et comprend pourtant un tireur RPG-7 et un mitrailleur avec une arme américaine. La vidéo Hama ne montre pas trop les fantassins même si l'on voit un tireur PK, elle met plutôt en scène les véhicules comme cela a été rappelé ci-dessus. A Falloujah, les groupes de combat sont relativement bien armés : un RPG-7 sert au pilonnage initial, l'embuscade contre une colonne de Humvees comprend au moins 2 ou 3 tireurs RPG-7 et 2 tireurs PK (dont l'un avec arme individuelle dans le dos), le groupe d'assaut au sud de Falloujah comporte 2 tireurs RPG-7 et un tireur PK. Le groupe d'attaque au sud-ouest comprend un tireur SVD, des tireurs RPG-7 et PK et fait également usage de grenades.

    Wilayat Kirkouk.
    Wilayat Kirkouk.
    Wilayat Kirkouk.


    Wilayat Dijlah.
    Wilayat Dijlah. On note la charge tandem sur le RPG-7.


    Wilayat Falloujah.
    Wilayat Falloujah.


    Le butin matériel et les pertes infligées à l'adversaire sont cette fois un peu plus conséquents. A Kirkouk, on ne compte guère qu'un véhicule détruit ; mais à Salahuddine, l'EI détruit au moins 5 pick-up et un bulldozer, capture un Humvee avec DSHK, de nombreuses armes légères et 2 missiles antichars pour Kornet au moins. A Dijlah, on ne voit ni butin ni destruction ni perte, ce qui est assez logique. A Hama en revanche, en Syrie, le butin est appréciable (même si c'est un montage de plusieurs opérations) : un char T-55, un BMP-1, un lance-missiles antichars Konkurs avec ses munitions, de nombreuses armes légères et collectives et leurs munitions également. Pour Falloujah, l'EI s'empare de plusieurs Humvees et autres véhicules dont un M113, de nombreuses armes légères et collectives. On constate toutefois que l'EI met davantage la main sur du matériel pris ou abandonné par le régime syrien, ce qui explique aussi la présence plus prononcé de chars ou autres véhicules blindés ainsi que des pièces d'artillerie. Les morts adverses visibles sont également plus nombreux en Syrie (4 et 1 prisonnier) alors que 2 vidéos en Irak n'en montrent pas.

    T-55 pris sur le régime syrien (Hama).
    BMP-1 capturé (Hama).
    Lance-missiles antichars Konkurs avec munitions (Hama).


    Armes légères et collective (Falloujah).
    M113 (Falloujah).

    Sur le plan religieux, il faut noter l'insistance mise sur les combattants en train de lire le Coran (2 vidéos sur les 5). 2 vidéos, celles de Dijlah et de Falloujah, sont de gros montages de propagande. La vidéo de Dijlah inclut une scène d'exécutions de 3 "espions" et insère un communiqué écrit dans les images. La vidéo de Hama montre les positions adverses filmées par un drone avant l'attaque.

    0 0

    Pris par le travail sur les vidéos de propagande militaire de l'Etat Islamique, je peine à continuer de ficher les (nombreux) ouvrages que je continue de lire. Je tiens néanmoins à faire l'effort pour celui-là, que j'ai lu 2 fois, et qui est sans doute un des bons livres sortis parmi la pléthore qui existe désormais sur le sujet.

    Pierre-Jean Luizard, directeur de recherches au CNRS, est un spécialiste du Moyen-Orient et en particulier de l'Irak sur lequel il a beaucoup écrit.

    Comme il le rappelle en introduction, il aura fallu l'apparition de l'Etat islamique pour remettre sur le devant de la scène, en 2014, un Irak que beaucoup de médias avaient un peu délaissé. Elle met en évidence la crise des Etats de la région et des autorités religieuses sunnites qui leur sont liés. La coalition qui s'est formée contre l'EI envisage d'abord une solution militaire à très court terme, mais n'a pas de solution politique. C'est pourquoi l'historien replace les événements actuels dans leur histoire courte mais aussi leur histoire longue, car on assiste pour lui à la disparition d'un Moyen-Orient créé il y a un siècle.



    Le succès de l'EIIL, ancêtre de l'EI, en Irak est dû à la marginalisation des sunnites dans la scène irakienne et à une habile stratégie de redistribution du pouvoir aux acteurs locaux, sous conditions de fidélité à l'organisation. Les sunnites, qui se sentaient mis à l'écart, écrasés quand ils tentaient de demander même pacifiquement des droits politiques, se voient offerts une manne par l'EI -notamment pour la contrebande de pétrole, qui préexiste de longue date à l'organisation... ce qui change la donne, c'est que l'Etat Islamique tente réellement de construire un Etat, avec son administration, son armée, ses institutions. Une fois l'élan arrêté à l'été 2014, l'EI passe à une logique d'homogénéisation des territoires qu'il contrôle et de dénonciation des Etats voisins puis de l'Occident. En se contentant de contrôler seulement des zones peuplées majoritairement d'arabes sunnites, l'EI se fait ainsi le porte-étendard du djihad régional et mondial.

    C'est pour se rattacher à l'histoire longue, justement, que l'EI prétend "effacer" la frontière Sykes-Picot en créant un Etat à cheval sur l'Irak et la Syrie.En réalité, le vilayet de Mossoul qui étaient dans la zone d'influence française n'est rattaché à l'Irak qu'en 1925 en raison de la découverte du pétrole à Kirkouk et de l'intérêt britannique. Les Français et en particulier les Britanniques ont secoué le joug ottoman dès le XIXème siècle.Les Britanniques en particulier, dans leurs promesses au chérif de La Mecque, jouent à la fois sur la carte nationale arabe mais aussi sur la carte religieuse, en raison des dissenssions dans le camp britannique lui-même mais aussi de la rivalité avec la France. Les promesses sont violées avec l'accord de San Remo de 1920 où Français et Anglais se partagent les zones d'influence ; l'Irak, donné en compensation à Faysal, est dominé par les sunnites, minoritaires. Les minorités, comme les Assyriens et les Kurdes, en font aussi les frais. Mais ce n'est qu'une référence lointaine : l'EI prospère d'abord face à la faiblesse de ses adversaires.

    L'Irak, de 1920 à 2003, voit la domination des sunnites sur les chiites et des Arabes sur les Kurdes. Les sunnites, qui étaient dans l'administration et l'armée ottomanes, contrôlent le pays où s'importe sans aucun précédent l'idée de nation. En réalité, la nationalité irakienne marginalise les chiites et l'armée se fait une spécialité de la répression de ces derniers et des minorités. Les chiites adhèrent ainsi au parti communiste et au baassisme, mais ce dernier décime jusqu'à ses partisans sunnites. Le régime de Saddam ne survit que grâce au boom pétrolier et à l'alliance avec l'Occident contre l'Iran. Chiites et sunnites sont les descendants de tribus émigrées de la péninsule arabique. Déclassés, les chiites forment le gros de la paysannerie, du monde ouvrier et de la bourgeoisie la plus riche, paradoxalement. Sunnites et chiites ont importé le modèle tribal jusque dans les grandes métropoles irakiennes. L'Etat n'est vu d'ailleurs que comme une solidarité tribale dont il faut se garder. La guerre Iran-Irak n'est que le prolongement d'une guerre civile irakienne larvée. Par la suite, les Etats-Unis tentent de mettre sous tutelle le pétrole irakien mais l'Irak refuse et on débouche sur la guerre du Golfe. Le pays est effectivement mis sous tutelle jusqu'en 2003, où l'invasion motivée par les suites du 11 septembre et les pressions des néoconservateurs débouchent sur une catastrophe : l'effondrement de l'Etat irakien tel qu'il avait été créé en 1920. Les Américains tentent de construire un nouvel Etat en s'appuyant sur les chiites et les Kurdes, mais ce faisant marginalisent les sunnites qui dominaient. Ces derniers exclus, on comprend mieux pourquoi l'Etat Islamique a pu s'imposer en pays sunnite.

    En Syrie, la situation est différente puisqu'une majorité sunnite cohabite avec de nombreuses minorités dispersées. La construction mandataire cependant ne se passe pas comme en Irak : les Français cherchent à s'appuyer sur les minorités mais l'Etat syrien est rejeté par beaucoup pour des raisons différentes. Une minorité collabore avec les Français tandis que la majorité les rejette. Mais les minorités syriennes vont investir, pour gagner plus de poids, de nouvelles structures comme le parti Baas. Les alaouites et les Druzes investissent l'armée et la branche militaire du Baas s'impose après la tentative manquée d'union avec l'Egypte, par un coup d'Etat en 1963. Les alaouites prennent le pas dès 1966 avec Jadid puis en 1970 avec Assad père mais ce n'est pas une stratégie confessionnelle : encore une fois, il s'agit de la confiscation du pouvoir par des membres de minorités marginalisées unis par des liens du sang ou de solidarité. Le retour du religieux ne se voit qu'à la fin des années 1970 quand des sunnites radicaux contestent par la force le régime syrien qui s'allie à l'Iran. La répression d'Assad est à la mesure de la peur du régime. On retrouve le même processus en 2011 qui va radicaliser l'opposition sunnite, sur le terrain fertile laissé par l'école hanbalite, et alors même que Assad avait su créer un clergé sunnite fidèle. Assad choisit cependant la confessionnalisation du conflit, rejoignant les djihadistes ; mais en Syrie, le délitement de l'Etat voit aussi les sunnites partagés entre différentes options. La Syrie est beaucoup plus "mouchetée" que l'Irak avec ses 3 grandes zones kurde, chiite et sunnite (contrôlée par l'EI).

    L'EI menace aussi d'autres Etats issus de la période mandataire. Le Liban, conçu par les Français comme Etat dominé par les chrétiens maronites, a dû affronter la montée en puissance des chiites alors même que les sunnites peinent à se concevoir dans le pays. Les guerres civiles entre 1975 et 1990 en sont le résultat. Après le retrait syrien de 2005, l'opposition se fait désormais entre sunnites et chiites. Les salafistes prennent pied dans le pays alors que le Hezbollah combat en soutien du régime ; les réfugiés syriens et l'arrivée de l'EI exacerbent les tensions. L'EI vise davantage à déstabiliser le pays qu'à l'occuper. La Jordanie est l'Etat qui a le plus été mis en péril par la question palestinienne mais qui aujourd'hui connaît le même problème avec l'EI, qui cherche là encore plus à le déstabiliser qu'à l'occuper. L'Arabie Saoudite, gardienne des lieux saints mais inféodée aux Américains, a tenté de compenser ses contradictions en mettant en avant un islam rigoriste. Après avoir soutenu les Frères musulmans, elle bascule dans l'appui aux salafistes qui aujourd'hui se retournent contre elle. Elle doit affronter à la fois l'hostilité des chiites du pays, la difficile situation au Yémen, base d'AQPA, et le péril des djihadistes saoudiens. L'Arabie Saoudite, sans surprise, est donc en première ligne dans le combat anti-EI. La Turquie elle-même succombe au "piège Daech" : elle croit pouvoir guider le printemps arabe en Syrie, anathémise le régime Assad et confessionnalise ensuite son rejet des Kurdes et des Alévis auxquels l'AKP avait tendu les bras à ses débuts au pouvoir. La Turquie peine à désigner l'ennemi, les Kurdes ou l'EI, et perd sur tous les tableaux. Elle souhaite toujours faire chuter le régime Assad alors que le pays commence à subir les contrecoups du conflit syrien de par l'EI et les Kurdes.

    L'EI, de fait, a créé de manière différente en Syrie et en Irak un continuum territorial qui offre aux sunnites une sortie "par le haut". Cet Etat crée des provinces à cheval sur les deux pays. Il développe une propagande très efficace. Surtout, il sait jouer sur la corde sensible qui fait bondir les Occidentaux. Les chrétiens d'Orient, contrairement à ce que l'on pourrait croire, n'ont pas été victimes d'un génocide (ceux de Raqqa ont accepté le statut de dhimmi ; ceux de Mossoul ont refusé et ont été contraints à l'exil au Kurdistan) ce qui n'est pas le cas des Yézidis. Cela fait partie des thèmes choisis pour provoquer l'Occident : paradoxalement le message de djihad global (le véritable islam contre tous les autres) attire mais avec l'enracinement dans un Etat. Avec pour objectif réussi d'avoir former une coalition militaire sans véritable but politique contre eux.

    En ce sens, comme le rappelle l'historien en conclusion, le "piège Daesh" a fonctionné : les Etats occidentaux se sont rués sur l'option militaire, mais sans engager de troupes au sol, en se reposant sur des supplétifs qui ont participé à l'effondrement du Moyen-Orient créé il y a un siècle (armée irakienne dominée par les chiites ; Kurdes ; indirectement les forces du régime syrien...). Le système politique irakien est en mort cérébrale : le pays est découpé en 3, résultat long de l'incapacité des Etats à intégrer les revendications des chiites, et maintenant de la frustration des sunnites. Le conflit est désormais régional : la défaite militaire de l'EI ne règle rien car c'est un pan d'histoire longue qui se termine et rien ne semble être prêt sur le plan politique pour ce qui doit suivre.



    0 0

    Merci à https://twitter.com/green_lemonnn

    Titre : La destruction horrible des agents de la croix

    Durée : 13 minutes

    Lieu(x) : une attaque à l'IED a lieu à Tel al Shour, à 30 km au nord-ouest de Tal Afar. Deux autres attaques à l'IED ont lieu près d'al-Kharij, un village probablement situé dans le secteur également.

    Date (sûre par recoupement ou estimée) - avec le concours de https://twitter.com/xaviservitja : le 1er VBIED visible s'est fait sauter le 11 mars 2016. Il y a donc plus d'un mois et demi d'écart avec la publication qui date du 3 mai. Pas de dates pour les autres images.



    Type de vidéo : c'est une vidéo mixte, qui montre des tactiques de guérilla (IED, sniping) et l'emploi de VBIED avec des tirs de soutien.

    Découpage (séquences) : l'introduction dure 1 minute environ. Les séquences montrant l'emploi d'IED durent environ 2 minutes. Les tirs de snipers durent 30 secondes. Le discours de l'homme âgé dure environ 1 minute 30. Puis l'EI montre ses véhicules en action pendant 2 minutes. L'action du 1er VBIED est décrite en 3 minutes. Suit 1 minute de tirs. 1 minute est consacrée au 2ème VBIED. Il y a 30 secondes de tirs. Les dernières secondes montrent les corps adverses.

    Forces attaquées/adversaire : l'EI se bat ici contre les peshmergas. On ne les voit que morts à la fin de la vidéo, et leur nom est mentionné dans les bandeaux.

    Effectifs engagés/tactiques : La vidéo commence, ce qui est rare, par des séquences montrant l'utilisation d'IED contre des véhicules. La première montre un IED visant un minibus ; 3 hommes en descendent et un deuxième IED explose à côté d'eux. La deuxième montre un pick-up touché par l'explosion d'un IED. Dans la troisième séquence, un semi-remorque est touché par un IED près d'une position défensive. Au moins 7 hommes sont autour du camion quand un 2ème IED explose. La quatrième séquence montre l'explosion d'un IED à côté d'une voiture. La cinquième montre un autre semi-remorque touché par un IED et qui prend feu. Dans la sixième séquence, c'est un camion citerne qui est frappé. On voit ensuite deux positions défensives frappées par des IED ou des obus.


























    L'EI montre ensuite des tirs de snipers. Le premier vise un homme dépasse au-dessus d'une fortification faite de sacs de sable. Le deuxième tire sur un homme dont on se demande même s'il s'agit d'un combattant. Le troisième cible un soldat adverse pris d'un besoin pressant mais qui arrive à s'échapper, 3 balles au moins lui sifflant aux oreilles.








    Un homme âgé s'adresse à une quinzaine de combattants, dont un armé d'une AK-47. Un autre semble être un inghimasi avec ceintures d'explosifs autour de la taille.




    Les groupes accompagnant les VBIED ou se livrant aux tirs semblent assez restreints.

    Moyens d'appui utilisés (canons, mortiers, armes artisanales...) :Un canon de 23 mm ZU-23 modifié pour le tir anti-sniping est utilisé.




    Un canon sans recul SPG-9 sur trépied est utilisé à la fin de la vidéo.




    On revoit également le canon de 23 mm modifié pour le sniping avec son impressionnant frein de bouche et la lunette de visée.






    Véhicules utilisés (chars, véhicules blindés, technicals...) : l'EI emploie une colonne mécanisée comprenant un M1117 pris à la police irakienne, avec mitrailleuse M2HB en tourelle, et 2 Humvees avec blindage renforcé équipés visiblement d'une mitrailleuse DSHK en tourelle.





    On distingue ensuite un premier technical avec canon KPV, et plusieurs pick-up pour le transport de combattants. Il y a un deuxième technical avec KPV qui ouvre le feu avec le premier. L'EI utilise aussi un KPV sur affût tirant à travers une meurtrière dans un bâtiment.






    Il semble y avoir un 3ème technical avec KPV. On voit aussi que la colonne mécanisée comprend au moins un 3ème Humvee. Un des KPV est monté sur Toyota Hilux et un autre semble être une arme à deux canons.










    Le 1er VBIED est couvert par le tir d'un Humvee et celui d'un KPV sur technical.




    Un technical avec DSHK à l'arrière ouvre le feu.



    A la fin de la vidéo, on voit un Land Cruiser avec monotube ZU-23 ouvrir le feu.



    Kamikazes (identité) : Abu Rahmat Al Ansari (Irakien). Ce kamikaze fait un discours devant un véhicule surblindé avec SLAT et sacs de sable, en tenant un M-16.



    Abu Hamza Al Ansari (Irakien).




    Véhicules kamikazes (types, impact) : le premier VBIED est un pick-up blindé de manière artisanale, avec les explosifs sur la plate-forme arrière. Il est la cible de tirs avant d'atteindre son objectif et d'exploser.










    Le deuxième VBIED est également un pick-up blindé de manière artisanale, notamment avec des plaques en suspension qui protègent les pneus arrière.






    Armes légères et lourdes (fusils d'assaut, mitrailleuses, RPG, etc) : un tireur PK appuie le tir des technicals. Il est soutenu par un combattant avec M-16.



    On voit un 2ème tireur PK plus loin dans la vidéo. Un des technicals avec KPV est accompagné par un fantassin avec M-16 à lunette. Un autre tireur PK porte un M-16 dans le dos.










    Le premier tireur PK est revu à la fin de la vidéo en train de tirer à l'AK-47 tandis qu'un autre combattant tire au M-16. Un autre homme tirant au M-16 porte un pistolet dans un harnais.




    Destructions de véhicules adverses : néant.

    Butin matériel : néant.

    Morts/prisonniers/blessés adverses : 2 morts visibles à la fin de la vidéo, dont un criblé de balles.

    Morts/blessés de l'EI : néant.

    Effets visuels/montage/techniques de propagande : la louange à Allah est suivie du logo du wilayat, sous-titré en anglais.

    Religion : le 2ème kamikaze est montré après son explosion en train de lire le Coran.

    Nasheeds (poèmes chantés) présents dans la vidéo - avec le concours de https://twitter.com/VeilleurV :

    Nasheed 1 (introduction) = Sir Illa Allah.

    Nasheed 2 (IED) = Saleel al Sawarim.

    Nasheed 3 =  Liyouth al-majd

    Nasheed 4 = Liyouth al-majd

    Nasheed 5 = Ya rahilan

    Nasheed 6 =Ya rouh rouhi

    Nasheed 7 =  Ya man 'aqadt al-'azm 


    Nasheed 9 = Nahadna Nahadna

    Commentaires particuliers : cette vidéo du wilayat al-Jazirah tranche avec les dernières du même wilayat qui montraient des combats d'infanterie dans le village de Shandhukhat. Ici on voit l'emploi d'IED, de snipers, d'une colonne mécanisée appuyant un VBIED.


    0 0

    Merci à https://twitter.com/green_lemonnn

    Titre : Le raid de Abū Ṣabāḥ al-Zawbi’ī.

    Durée : 10 minutes 25 secondes.

    Lieu(x) : aucun lieu n'est mentionné dans les bandeaux de la vidéo. On est dans le wilayat al-Janub qui correspond au sud de l'Irak, sans plus de précision.

    Date (sûre par recoupement ou estimée) : la vidéo a été mise en ligne le 7 mai. Pas de datation plus précise : les images datent probablement au minimum de 20 jours avant la mise en ligne.



    Type de vidéo : c'est une vidéo de guérilla, l'EI harcèle ou attaque des positions de taille réduite et en prend quelques-unes.

    Découpage (séquences) : l'introduction dure 20 secondes environ. Les préparatifs et le discours du chef tiennent environ 2 minutes. Les premiers échanges de tir occupent 2 minutes 30. L'emploi d'armes lourdes et l'assaut des bâtiments prennent 2 minutes. Les morts adverses et le butin sont montrés pendant 2 minutes 30 à 3 minutes. L'hommage au combattant tué occupent les dernières dizaines de secondes.

    Forces attaquées/adversaire : dans l'introduction, on voit les lignes adverses filmées en zoom x4 où flottent drapeaux irakiens et chiites. L'EI affronte probablement l'armée irakienne.



    Effectifs engagés/tactiques : avant l'attaque, le chef de groupe fait un discours à une dizaine de combattants (au moins 12 ou 13 groupés autour de lui).



    Moyens d'appui utilisés (canons, mortiers, armes artisanales...) : un canon sans recul SPG-9 sur affût au sol est employé.




    Le groupe d'assaut semble aussi disposer d'un "canon de l'enfer" et d'un mortier moyen.





    L'EI tire avec un missile antichar (on ne voit pas le lanceur) sur un char de construction soviétique (impossible de déterminer le type vu la distance) qui est touché.




    Véhicules utilisés (chars, véhicules blindés, technicals...) : l'EI engage un bulldozer blindé pour s'ouvrir la voie au milieu des levées de terre des positions adverses.




    2 technicals avec KPV sont aperçus.




    Un technical embarque un ZU-23 monotube protégé par un bouclier qui tire sur des drones.




    Il y a un autre technical avec ZU-23 bitube. A noter que ces deux technicals sont camouflés avec des branches de palmiers, ce qui est la première fois pour les vidéos que j'ai traitées dans ce wilayat.



    Kamikazes (identité) : néant.

    Véhicules kamikazes (types, impact) : néant.

    Armes légères et lourdes (fusils d'assaut, mitrailleuses, RPG, etc) : au début de la vidéo, les hommes préparent leurs armes légères (M-16, AK-47) et collectives (mitrailleuse PK). Des munitions sont également chargées pour une arme lourde sur véhicule.



    Le chef de groupe qui fait le discours est armé d'un M-16 à lunette. Sur les 12 ou 13 hommes autour de lui, 2 sont des mitrailleurs PK, les autres portent des AK-47 ou M-16.

    Lors des premiers échanges de tirs, un des tireurs PK a une AK-47 en plus dans le dos.



    Le groupe comprend au moins un tireur RPG-7.



    Un des hommes tirant à la PK dispose d'une autre mitrailleuse au sol du même type. Un des combattants tirant à l'AK-47 par une fenêtre porte en plus un M-16 dans le dos. Un autre combattant a la combinaison inverse. Un tireur d'élite semble avoir quelque peu "customisé" son fusil : il s'agit d'un M39 EMR, version modernisée et améliorée du M14.









    Lors de l'assaut d'un bâtiment, deux combattants jettent un bidon et un seau qui sont bourrés d'explosifs improvisés.







    Destructions de véhicules adverses : néant.

    Butin matériel : dans une position prise, on voit un Humveeà tourelle. Au moment de la séquence montrant les cadavres ennemis, un mortier léger et un RPG-7 sont visibles.




    L'EI s'empare de plusieurs mitrailleuses PK (3 au moins), de RPG-7 (3, avec munitions), d'un mortier léger avec ses munitions, de nombreuses armes légères.



    Morts/prisonniers/blessés adverses : un combattant de l'EI tranche la gorge d'un soldat irakien mort. 11 autres corps de soldats irakiens sont visibles.

    Morts/blessés de l'EI : la fin de la vidéo est un hommage à Abu Qasim Al Shami (un Syrien), un des hommes qui écoute le discours du chef de groupe au début et qui a été tué durant les combats.



    Effets visuels/montage/techniques de propagande : la louange à Allah est suivi du logo du wilayat, non sous-titré en anglais.

    Religion : au début de la vidéo, on voit une prière collective de nuit et plusieurs combattants lisant le Coran.





    Pendant les tirs d'armes légères et collectives, on entend un discours du sheikh Abu Omar Al Baghdad.

    Quand l'EI montre les corps adverses, on entend un discours audio du sheikh Abu Muhamad Al Adnani.

    Nasheeds (poèmes chantés) présents dans la vidéo :

    Nasheed 1 :

    Nasheed 2 :

    Nasheed 3 : ilayhim rakibna


    Nasheed 5 :


    Commentaires particuliers : la vidéo confirme que le wilayat al-Janub dispose de moins de moyens que d'autres, ce qui est logique au vu de son emplacement. Il privilégie les tactiques de guérilla. Néanmoins il montre toujours beaucoup d'opérations même de faible ampleur. On note que désormais l'EI y camoufle ses technicals.


    0 0

    Titre : Progrès de la bataille aux alentours de la cité de Tadmur (Palmyre).

    Durée : 12 minutes 4 secondes.

    Lieu(x) : une des séquences de la vidéo montre le pilonnage de la base aérienne de Palmyre, à l'est de la ville. Pour une autre séquence, on serait par contre à l'est d'al-Qaryatayn. Enfin, une autre séquence montre des combats à al-Dawa,à l'ouest de Palmyre, avant la reprise de la cité par le régime.

    Date (sûre par recoupement ou estimée) : la vidéo est un montage encore une fois élaboré mélangeant des séquences d'opération allant au moins de mars à mai 2016 -la vidéo ayant été mise en ligne le 17 mai. Les images de pilonnage avec matériel lourd et la destruction d'un bulldozer au missile antichar correspondent à un reportage photo du 6 mai (10 jours avant la vidéo, c'est donc plus rapproché que la moyenne). D'autres images correspondent avec un reportage photo du 26 avril, et d'autres encore à un autre du 8 avril. Enfin certaines images reprennent des reportages photos des 11 et 19 mars, avec donc une amplitude de temps au total de deux mois.

    Type de vidéo : c'est une vidéo qui met surtout en oeuvre les matériels lourds pour les bombardements, les véhicules et des tirs de missiles antichars.



    Découpage (séquences) : la séquence de pilonnage avec les matériels lourds et des bâtiments par le T-72 M1 dure 2 minutes 30 secondes environ. Une autre séquence montre des tirs de missiles antichars et emploi d'armes lourdes pendant environ 3 minutes. D'autres tirs de missiles essentiellement occupent encore 4 minutes. La minute 45 restante est consacrée à une attaque de nuit, son butin, les pertes adverses.

    Forces attaquées/adversaire : les forces du régime syrien, soutenues par des hélicoptères russes. Lors du pilonnage de bâtiments abritant des soldats du régime, on peut voir une dizaine d'hommes s'enfuir (dont l'un blessé soutenu par un de ses camarades) avant d'embarquer dans des véhicules pour se replier. Un char T-72 qui manoeuvre près de cette position bombardée est touché par un missile antichar HJ-8.












    Sur une vue prise à distance, on compte 3 chars T-72 du régime (dont un qui porte un drapeau, peut-être celui de LiwaFatemiyoun dont un détachement blindé a opéré sur le front de Palmyre), un bulldozer et une dizaine de fantassins. On voit également 3 hélicoptères d'attaque russes Mi-28N ainsi qu'un autre, peut-être un Mi-8AMTSh. On aperçoit ensuite une colonne comptant au moins un véhicule blindé et des technicals. Puis un char évoluant avec des fantassins, filmé à longue distance.










    Effectifs engagés/tactiques : ici peu d'hommes sont visibles, hormis quelques fantassins. On note toutefois l'importance des équipes de missiles antichars.

    Moyens d'appui utilisés (canons, mortiers, armes artisanales...) : l'EI bombarde Palmyre et/ou sa base aérienne avec 2 canons D-30. Sont également engagés plusieurs mortiers lourds (120 mm) et un canon de l'enfer.















    L'EI tire sur un char T-72 du régime avec un lance-missiles antichars HJ-8 et le touche.






    Dans une séquence, une mitrailleuse DSHK de 12,7 mm sur trépied est utilisée.




    Un bulldozer du régime est frappé par un missile antichar mais on ne voit pas le lanceur. Juste après en revanche, un tireur HJ-8 touche un véhicule adverse qu'on ne distingue pas vu la distance.








    Un missile antichar de l'EI (peut-être un Metis-Mvu la course du projectile, assez reconnaissable) frappe peut-être un technical avec ZPU-4. Un missile antichar HJ-8 frappe ensuite un pick-up, qui est carbonisé. Un autre pick-up est également touché par un tir de HJ-8. Un autre de ces missiles frappe un BMP-1, et un autre un deuxième véhicule du même type. Un char T-62 avec socle de déminage KMT à l'avant est ensuite touché par un autre HJ-8.





























    Véhicules utilisés (chars, véhicules blindés, technicals...) : un automoteur d'artillerie 2S1 Gvozdika est utilisé pour le bombardement de Palmyre, peut-être 2.









    Un char T-72M1 pilonne des positions du régime, de même qu'un char T-55. 







     

    Le T-72M1 ouvre le feu sur des bâtiments abritant des soldats du régime, les forçant à s'enfuir en véhicule et faisant intervenir un T-72 du régime syrien.




    L'EI dispose dans une séquence d'un bitube ZU-23 monté sur Land Rover. Un autre technical semble avoir un ZPU-2 (KPV bitube de 14,5 mm).




    Une autre partie de la vidéo montre un ZU-23 bituve sur Land Rover et un ZPU-2 sur Toyota Hilux.











    Kamikazes (identité) : néant.

    Véhicules kamikazes (types, impact) : néant.

    Armes légères et lourdes (fusils d'assaut, mitrailleuses, RPG, etc) : la DSHK sur trépied est appuyée par un tireur PK et quelques tireurs à l'AK-47.



    Destructions de véhicules adverses : un char T-72 touché par un HJ-8.

    Un bulldozer détruit par un missile antichar.

    Un technical détruit par un Metis-M (?).

    2 pick-up détruits par tir de HJ-8.

    2 BMP-1 détruits par tir de HJ-8.

    1 T-62 avec kit de déminage KMT touché par un tir de HJ-8.

    Une vue de carcasses après les combats montre 4 BMP, 1 bulldozer et un T-62.



    Il y a une séquence où l'on voit un véhicule en flammes sans pouvoir en distinguer le type vu la distance.



    Butin matériel : lors du combat de nuit à la fin de la vidéo, l'EI récupère 2 mitrailleuses PK, des munitions pour RPG-7 dont une roquette tandem, et des RPO-A Shmel fournis par la Russie.







    Morts/prisonniers/blessés adverses :à la fin de la vidéo, on voit un prisonnier. Puis 4 corps sont visibles.

    Morts/blessés de l'EI : néant.

    Effets visuels/montage/techniques de propagande : le logo du wilayat, avec effet visuel, suit la louange à Allah. Il est sous-titré en anglais.

    Religion : néant.

    Nasheeds (poèmes chantés) présents dans la vidéo :

    Nasheed 1 : ?

    Nasheed 2 : ?

    Nasheed 3 : ?

    Nasheed 4 : Qad'Azamna.

    Nasheed 5 : ?


    Commentaires particuliers : on remarque l'emploi abondant sur ce front de missiles antichars, ainsi que le pilonnage de Palmyre et peut-être de sa base aérienne par les canons, canons automoteurs et chars de l'EI. Les moyens d'appui lourds déployés sont toujours impressionnants comme c'est souvent le cas en Syrie.


    0 0

    Merci à https://twitter.com/green_lemonnn et à Mathieu Morant.

    Titre : Le village de Bashir et les tas de pierres.

    Durée : 14 minutes 9 secondes.

    Lieu(x) : la vidéo est centré sur les combats à Bashir, à 27,5 km au sud-ouest de Kirkouk.

    Date (sûre par recoupement ou estimée) : la vidéo a été mise en ligne le 22 mai. Bashir aurait été visée par un tir d'armes chimiques de l'EI le 8 mai dernier, juste après sa reconquête par les miliciens turkmènes du Hashd et les peshmergas. Ce n'est donc probablement pas un hasard si l'EI publie une vidéo sur la bataille autour de cette localité. Elle y avait notamment organisé, dans son système défensif, tout un réseau de tunnels.

    Type de vidéo : c'est une vidéo montrant la défense d'une localité mais l'EI évoque surtout ses contre-attaques et l'emploi de VBIED.

    Découpage (séquences) : l'introduction dure environ 3 minutes. L'assaut nocturne est filmé sur 3 minutes environ. Le pilonnage et l'emploi des VBIED tiennent 4 minutes. L'embuscade contre la milice chiite, enfin, occupe les 4 dernières minutes.



    Forces attaquées/adversaire : lors de l'assaut nocturne, l'EI qualifie les corps adverses de membres du Hashd (mobilisation populaire). Au moment de l'intervention des VBIED, on voit ceux-ci se lancer contre des positions défensives où flottent des drapeaux irakiens.

    La dernière séquence de la vidéo montre des films capturés aux adversaires de l'EI : les miliciens chiites du groupe Al-Abbas Fighting Division, dont les patchs d'épaule sont bien reconnaissables sur plusieurs d'entre eux. Cette milice est apparue au moment de la mobilisation populaire chiite en juin 2014 : son centre est à Kerbala. Le groupe de combat de la vidéo compte plusieurs dizaines de combattants et dispose d'armes parfois réservées aux forces spéciales irakiennes, ce qui montre la porosité entre forces armées régulières et milices : lance-roquettes AT-4, fusil de sniper russe Orsis T-5000 et un fusil d'assaut VHS-K croate (toutes ces armes sont capturées par l'EI après l'embuscade réussie).














    Effectifs engagés/tactiques : les effectifs engagés ne semblent pas considérables : quelques dizaines d'hommes au maximum.

    Moyens d'appui utilisés (canons, mortiers, armes artisanales...) : l'EI montre des tirs de roquettes artisanales (sans doute des images d'archives).



    Lors de la seconde attaque, on distingue une batterie d'au moins une vingtaine de lance-roquettes artisanaux montant des roquettes de 127 mm type Grad.




    Un mortier moyen est également utilisé pour le même pilonnage.




    L'EI semble utiliser un canon modifié avec frein de bouche sur roulettes pour un tir tendu. Le calibre est difficile à apprécier : peut-être un 37 mm ?



    Véhicules utilisés (chars, véhicules blindés, technicals...) : les combattants de l'assaut nocturne embarquent sur un véhicule blindé armé d'au moins 2 mitrailleuses de sabord dont une DSHK.



    Un camion-benne embarque quatre lance-roquettes artisanaux avec Grad de 127 mm.



    Un camion portant un canon AA S-60 de 57 mm est employé en tir tendu.




    Un Toyota Hilux porte un ZU-23 protégé par un bouclier. 

     

    Un autre véhicule du même type semble utilisé lors de l'embuscade contre les miliciens chiites.



    Kamikazes (identité) : néant.

    Véhicules kamikazes (types, impact) : le premier véhicule kamikaze est un pick-up blindé de manière artisanale qui opère à l'ouest de Bashir.



    Le deuxième véhicule kamikaze est un véhicule plus léger (type 4x4) blindé de manière artisanale sur l'avant.




    Le troisième VBIED est un pick-up renforcé avec du blindage SLAT. Il fonce au milieu des lignes adverses, on distingue un char et plusieurs véhicules, et il subit des tirs.








    Armes légères et lourdes (fusils d'assaut, mitrailleuses, RPG, etc) : on voit au début de la vidéo un tireur PK dans un abri protégé par des sacs de sable, puis un tireur sur SVD Dragunov.




    Lors de la préparation de l'assaut nocturne, on peut voir une dizaine d'hommes au moins dont un tireur PK et un pourvoyeur RPG-7. Lors de l'assaut une fois le groupe débarqué, il y a 2 tireurs PK, un homme avec M-16 et un autre avec AK-47. On voit ensuite 3 autres combattants avec AK-47.












    L'EI appuie la progression d'un véhicule kamikaze avec un tireur RPG-7, un tireur PK et un tireur avec SPG-9 sur l'épaule.







    Le deuxième véhicule kamikaze est également appuyé par des tirs d'AK-47 et de RPG-7.

    Le groupe de combat qui tend une embuscade aux miliciens chiites comprend un tireur PK avec caméra GoPro sur le front, un tireur M-16, au moins 2 tireurs RPG-7 dont un tire une roquette OG-7V (l'autre porte en plus un AK-47 dans le dos).








    Destructions de véhicules adverses : néant.

    Butin matériel : l'AT-4, l'Orsis T-5000 et le VHS-K sont capturés de même que de nombreuses armes légères.





    Morts/prisonniers/blessés adverses :à la fin de l'assaut nocturne, on peut voir environ 10 corps de miliciens tués.

    Après l'embuscade contre les miliciens chiites, entre 20 et 30 corps sont visibles. L'EI distingue d'ailleurs un peshmerga qui aurait combattu avec eux.

    Morts/blessés de l'EI : néant.

    Effets visuels/montage/techniques de propagande : la louange à Allah est suivie du logo du wilayat, sous-titré en anglais.

    Au début de la vidéo, l'EI présente la région de Bashir, localité située près de Kirkouk et où habite des Turkmènes que l'organisation décrit en détails. Des images d'archives montrent notamment les Turkmènes lors de cérémonies religieuses.

    Lors de l'embuscade contre la milice chiite, un tireur PK porte une caméra GoPro sur le front.

    Religion : l'EI montre la destruction d'un lieu de culte turkmène à Bashir (probablement des images d'archives). D'autres bâtiments sont également détruits à l'explosif.

    Pendant la progression du 3ème VBIED, on entend un discours de Abu Omar Al Baghdadi.

    Alors que l'EI filme les miliciens chiites tués lors de l'embuscade, on entend la voix du sheikh Mujahid Abu Hamza Al Muhajir.

    Nasheeds (poèmes chantés) présents dans la vidéo :

    Nasheed 1 : ?


    Nasheed 3 : Qad'Azamna.

    Nasheed 4 : ?

    Nasheed 5 : Oghzo 'Alayhim - أغزوا عليهم

    Nasheed 6 : Al Hamdulillah.

    Commentaires particuliers : on note en particulier le grand nombre de morts adverses lors de l'embuscade tendue à la milice chiite. Bien qu'en position défensive, l'EI, encore une fois, montre surtout ses propres contre-attaques.

    0 0

    Merci à https://twitter.com/green_lemonnn, Arnaud Delalande et Mathieu Morant.

    Titre : La charge des justes, contre les peshmergas apostats. Opération du sheikh Abou Ali al Anbari.

    Durée : 27 minutes 5 secondes.

    Lieu(x) : dans la vidéo, après avoir percé la première ligne de défense kurde, les bandeaux indiquent que l'EI marche sur les localités de Baqofah et Tel Asqafà 30 km au nord de Mossoul. La première ligne percée doit donc être juste au sud de ces localités.

    Date (sûre par recoupement ou estimée) : l'attaque contre les positions kurdes a eu lieu le 3 mai 2016. La vidéo a été mise en ligne autour du 24 mai. L'écart de 20 jours en moyenne entre les opérations et la publication est donc respecté cette fois.

    Type de vidéo : c'est une vidéo d'offensive avec des moyens assez importants, plus que la moyenne des vidéos militaires de l'EI.

    Découpage (séquences) : l'introduction dure environ 1 minutes 30 secondes. L'éloge d'Abou Ali al Anbari prend environ 2 minutes. Le défilé des véhicules est montré pendant 1 minute 30 secondes. Les 8 minutes suivantes montrent le pilonnage, le convoi de VBIED et les débuts de l'attaque. La suite de l'attaque prend 4 minutes. Les 5 minutes suivantes montrent le passage de la tranchée et de la première ligne de défense. Les 5 dernières minutes sont consacrées à l'assaut sur la localité.



    Forces attaquées/adversaire : l'EI s'attaque aux Kurdes. Après le lancement de l'opération, le groupe filme les appareils américains qui les soutiennent : un F-15, un CH-47 et un UH-60. On voit un autre avion pris à partie par la DCA de l'EI qui appuie les peshmergas. Un B-52 est également visé par les tirs de l'EI. Plus tard, les combattants de l'EI tirent sur un UH-60 d'évacuation sanitaire, un autre UH-60 et un hélicoptère d'attaque AH-64 Apache.

















    Les Kurdes, pris par surprise par le franchissement de leur tranchée avec le pont portable, prennent la fuite en pick-up.

    Un F/A-18 Hornet bombarde les véhicules de l'EI qui ont franchi la tranchée.



    A la fin de la vidéo, on peut voir les véhicules kurdes regroupés sur les hauteurs autour de la localité investie par l'EI (Humvee, pick-up, ATF Dingo ...).






    Effectifs engagés/tactiques : au début de la vidéo, lors du discours du chef de groupe à ses hommes, on distingue 4 combattants portant des brassards blancs sur la tête, probablement à des fins d'identification. On distingue ensuite au moins 5 ou 6 autres hommes qui écoutent également (dont l'un avec une lampe sur le front). Tous portent des brassards blancs autour de la tête.





    Un autre chef de groupe s'adresse, en intérieur cette fois, à ses hommes : 18 hommes au moins. La scène passe ensuite en extérieur où l'on voit une colonne de 9 hommes au moins.








    Lors des préparatifs de l'attaque, on voit évoluer une colonne de 13 fantassins.



    Au moment du lancement de l'attaque, on peut voir progresser un groupe d'une dizaine de combattants. On voit ensuite progresser des colonnes de fantassins : l'une comprend 8 hommes dont un tireur PK. On remarque ensuite un tireur d'élite sur SVD Dragunov et un tireur RPG-7. Un autre combattant porte un M-16 à lunette. On voit d'autres escouades de la même taille ; dans l'une, un fantassin avec AK-47 porte une GoPro sur le front, et son escouade comprend aussi un tireur RPG-7. L'un des tireurs RPG-7 est équipé d'une roquette tandem et il est suivi par son pourvoyeur.










    Les groupes de combat de la vidéo comprennent tous de 8 à 13 hommes, ils sont bien armés et bien équipés. Plusieurs centaines d'hommes ont dû être engagés dans cette opération.

    Moyens d'appui utilisés (canons, mortiers, armes artisanales...) : l'EI engage dans le bombardement initial au moins 2 mortiers de 120 mm, un canon D-30 de 122 mm monté sur camion, des mortiers moyens. Un canon ZU-23 modifié pour le tir anti-matériel avec frein de bouche est également utilisé de même que plusieurs mitrailleuses DSHK en position fixe. A noter que les moyens d'appui, d'après les bandeaux, appartiennent à une "brigade de soutien".





















    Véhicules utilisés (chars, véhicules blindés, technicals...) : pendant l'éloge de Abou Ali al Anbari, on peut voir un M1117 avec M2HB en tourelle et plusieurs Humvees noirs marqués des emblèmes de l'EI.





    Le rassemblement de véhicules avant l'attaque comprend un Toyota Hilux portant un bitube ZPU-2 KPV de 14,5 mm. Il y a également un M1114 au blindage renforcé de manière artisanale, avec 3 hommes dans la tourelle aménagée, semblable à ceux vus dans la fameuse vidéo de Vice News. Sur les 3 hommes, l'un est un tireur RPG-7 avec roquette antipersonnel OG-7V dans l'arme. Il y a également un technical avec KPV simple de 14,5 mm. On voit une colonne de 3 Humvees avec camouflage élaboré dont l'un embarque une DSHK de 12,7 mm en tourelle. Il y a également un autre Humvee noir modifié avec du blindage supplémentaire, embarquant une mitrailleuse DSHK en tourelle et 3 hommes. On revoit le véhicule plus tard : à noter que l'un des hommes porte un casque en tourelle. Un technical avec DSHK à l'arrière monte au moins 7 hommes. On voit également un VBIED noir (pick-up modifié) avec blindage SLAT. Il y a également un véritable "wagon" improvisé avec tuyau d'échappement sur le dessus. On distingue ensuite un autre M1114 modifié avec tourelle et arme embarquée sur celle-ci. Il y a un autre Toyota Hilux avec KPV simple. Une autre colonne vue de l'arrière comprend 3 véhicules improvisés dont un repose sur un châssis de véhicule blindé (MT-LB modifié probablement). L'EI a également monté un KPV simple sur un véhicule de la police fédérale repeint en camouflage désertique. Un autre Humvee de couleur sombre au blindage renforcé embarque une DSHK en tourelle. Un autre M114 modifié est visible derrière un groupe de 5 combattants. Les véhicules appartiennent manifestement au même "Storming Battalion" que dans la vidéo de ViceNews. Les véhicules noirs sont peut-être un prêt du "Shield Battalion", autre formation blindée de Mossoul.




















    Au moment du lancement de l'attaque, on aperçoit un camion avec blindage artisanal qui est probablement un VBIED. L'EI engage aussi un bulldozer avec blindage renforcé et tourelle munie d'une mitrailleuse PK en 7,62 mm.







    Un technical avec KPV protégé par un bouclier tire sur un avion américain soutenant les peshmergas, de même qu'un autre avec canon ZU-23 monotube protégé par un bouclier, et un autre avec la même arme sans bouclier.







    Pour franchir les tranchées creusées devant les positions défensives kurdes, l'EI a construit un Humveeéquipé d'un pont portable sur l'avant. On peut voir arriver près de la tranchée un bulldozer remorquant un élément à l'arrière (peut-être un pont portable également) protégé par un M1114 modifié. On retrouve le M1117 vu précédemment ainsi qu'un autre véhicule qui le précède. Au total ce sont une dizaine de véhicules au moins qui franchissent le pont posé sur la tranchée.








    Dans les combats dans une des localités évoquées à la fin de la vidéo, on retrouve le M1117 et la colonne avec au moins 2 des 3 Humvees camouflés.





    Kamikazes (identité) : Abu Hajar Al Tai (Saoudien).



    Véhicules kamikazes (types, impact) : les VBIED, au moment du rassemblement, sont organisés en convoi. Le premier est un pick-up blindé de manière artisanale, de même que le deuxième et le troisième. On ne voit pas les quatrième et cinquième véhicules, juste leurs conducteurs. Le troisième VBIED porte sur le flanc gauche l'emblème du "bataillon suicide", l'unité de VBIED qui accompagne les unités blindées/mécanisées de Mossoul déjà vu lors de la fameuse vidéo de Vice News. On peut donc supposer que le convoi de VBIED appartient à cette unité.











    Abu Hajar Al Tai pilote un Humvee bourré d'explosifs.