Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


older | 1 | .... | 28 | 29 | (Page 30) | 31 | 32 | .... | 59 | newer

    0 0

    September 5, 2013, a suicide car bomb explodes in Nasr City, a suburb of Cairo, near the Minister of the Interior1. The attack, which injured at least 20 people, is claimed by Ansar Bayt al-Maqdis, a jihadist group in the Sinai. Two months later, the jihadists post a video of the bomber, Walid Badr, former officer in the Egyptian army and especially veteran of the jihad in Syria.

    The Syrian conflict indeed provides valuable experience to Egyptian jihadists who seek to destabilize the military regime. At last count, between 119 and 358 Egyptians have already taken part in the fighting in Syria. Another fighter of the same group, Saeed al-Shahat, had killed a police officer and had blown his belt with bombs when security forces had invested his apartment. He also was a veteran of Syria. Ansar Bayt al-Maqdis has gradually established itself as the most violent among the Egyptian jihadist groups nebula : the car bombing of December 24, 2013 in Mansoura shows that its capabilities are growing, perhaps under the influence of returning combatants wo have fought in Syria.

     

    Hundreds of Egyptians were left to fight the Soviets in Afghanistan in the late 1980's. Veterans of that conflict had enlarged the ranks of two later linked al-Qaeda organizations, al-Gama'a al-Islamiyya and Egyptian Islamic Jihad, who had spread terror in Egypt in the 1990's. Overthrow of President Morsi has provided ammunition to the jihadists. An ideologue, Sheikh Abu al-Mundhir al-Shinqiti, called for war against the security services ; ISIS declared its support for his Egyptians "brothers". On 1 September 2013, Egyptian security forces arrested Adel Habbara, allegedly linked to al-Qaeda, who led a group called Al-Muhajereen wal-Ansar in the Sinai Peninsula, which is responsible for the execution of 25 soldiers in August. Habbara have sworn allegiance to ISIS and would have seen promised 10,000 dollars to fund the activities of the armed group. Videos of the group are increasingly referring to the speech of Baghdadi, the leader of ISIS. In addition to the Egyptians who went to fight in Syria , the group also recruit among the community of Syrian refugees arrived in Egypt since 2011. The right arm of the commander of the Islamic State in Iraq, the ancestor of ISIS, was also up his death in April 2010, an Egyptian, Abu Ayyub al- Masri2.


    Le drapeau d'Ansar Bayt al-Maqdis.-Source : http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/3/38/Ansar_Bayt_al-Maqdis_%28%D8%B4%D8%B9%D8%A7%D8%B1%D8%A7%D8%AA_%D8%AC%D9%85%D8%A7%D8%B9%D8%A9_%D8%A3%D9%86%D8%B5%D8%A7%D8%B1_%D8%A8%D9%8A%D8%AA_%D8%A7%D9%84%D9%85%D9%82%D8%AF%D8%B3_3%29.png


    Egyptians who go to fight in Syria therefore come from quite diverse backgrounds , even if their profile has common points. Aboubakr Moussa, who was killed in battle alongside the Syrian uprising, was student of one of the best graduate schools in Cairo and became "religious" after his university entrance. At the mosque, he met a man whose sister he married, the widow of a Chechen. He tries to win Chechnya but is repressed by the Russian authorities and imprisoned six months by the Egyptian police. Remarried after his first wife having left, he participated in the overthrow of Mubarak and is in aid convoys to Libya - we do not know whether he took part in the fighting there. He then went to Syria via a network obviously quite organized and fought in Damascus, in the provinces of Idlib, Homs (and to al-Quseir) before being killed on 1 September 20123. Refat Ahmed, a jihadist who had escaped from Egyptian prisons in favor of reversing Moubarrak, was killed in Syria July 7, 2012. He had fought with arms in hand against Gaddafi before joining the Syrian jihad4. Abu Rami, 37, made four trips back to Syria in 2012, where he won the Syrian confidence of an association responsible for maintaining order in the territories liberated by the insurgency. He entered in Syria by Turkey, as many foreign fighters ; according to him the trip would cost $ 250 in total. He further stated that the volunteers for jihad in Egypt were educated people without social or financial problems. By February 2013, the Egyptian government has published the names of 10 national citizens killed in battle in Syria. Abu Rami added back in 3 more, which would be entered by Lebanon and would have died in Homs this month. Abu Ahmed , an Egyptian student of 34 years in England, left his wife and child to join a brigade of the Free Syrian Army via the crossing point of Bab el-Hawa at the Turkish border. Although affiliate of al-Gama'a al-Islamiyya , he claims he have not used this network ; it is the meeting of an exile starting again for jihad who convinced him. He bought an AK-47, belonging to a dead fighter, for 700 dollars and paid 80 dollars for ammunition. He cooks for his armed group before being engaged in small operations and being wounded in the leg and then he was treated and returned to Egypt5.

    Jérôme Drevon6 also explains how the conflict between al-Nosra and ISIS impacted the Egyptian jihadist landscape. One faction, called "purists", is aligned with ISIS and rejects al-Nosra, especially because this movement welcomes Egyptian volunteers who do not have the same political ideas that jihadists, as Sheikh Hazim Abu Ismail. These Egyptian jihadists reject both al-Nosra which is confined to the Syrian jihad only militarily, but also the direction of al-Qaeda, i.e. Zahawiri, who supported al-Nosra in his quarrel with ISIS. They rallied to Abu Umar al-Kuwaiti, who leads a group of foreign fighters, Jamaat al- Muslimin, located near the Turkish border to Atme and Bab el-Hawa. The group is associated with EIIL but more excommunicated al-Nosra, what rejected ISIS itself. Purists oppose it in the mainstream of Egyptian Salafism which itself promotes reconciliation current. What is interesting, perhaps, is the centrality of the Syrian experience in the redefinition of jihadism stemming from Salafism .


    In early 2014, the Egyptian jihadist attacks multiply : car bomb outside the headquarters of the security forces, fire in broad daylight on an important figure of the Ministry of Interior, destruction of a military helicopter above the Sinai with a MANPADS7. Shooter of this material (SA-16) was obviously trained in the use of this : has he an experience acquired in Syria ? He shot in any case a Mi-17 over the northern Sinai. Also it remains to be seen whence the arm comes from8. According to a study of the Meir Amit center, hundreds of Egyptians have fought in al-Nosra or ISIS in Syria. April 13, 2014, Egyptian authorities announced they hold Wa'el Ahmed Abd al-Fattah, a former employee of the Egyptian oil company that has served in al-Nosra. It would be entered Syria via Turkey in 2012. A month earlier, on March 10, this is Muhammad Ahmed al- Dura Taliawi who was arrested by the security services ; he participated in the attack on the headquarters of these in January, in Cairo. Came back from Syria in March 2013, he seeks to carry out attacks against Israel, then get in touch with a member of Ansar Bayt al-Maqdis. At the time of his arrest, he opened fire on the police that replicate and hurt him. September 23, 2013, Ansar Bayt al- Maqdis announced in a statement the death in Egypt of two veterans of the Syrian Jihad, Fahmi Abd al-Rauf Muhammad (Abu Djana) and Samir Abd al-Hakim (Abu al- Baraa). Wa'el Abd al-Fattah , who was part of al-Nosra, was also arrested by the Egyptian authorities because of its terrorist projects9.

    Another study of the Meir Amit center on volunteers from Arab states who left to do jihad in Syria estimated to 40 the number of Egyptians already killed on the spot, mostly from villages or small towns and little from Cairo or Alexandria. Several Egyptian cadres in Syria belong to Ansar al-Sharia organization. This organization is led by Sheikh Ahmed Ashoush, a veteran of the Afghan Jihad and Al-Qaeda, returned to Egypt in 1991, arrested in 1993 and detained until 2011. Released, he was again jailed in December 2012 for terrorist activities. Hashem al-Ashri, who lived in the United States for 15 years, said in June 2013 that he helped the Egyptians to go to Syria. According to him, most come from the middle classes, which allows them to pay for a plane ticket and a weapon, two critical elements for foreign fighter. He advised them to go to a neighboring country and then to the border where a rebel group is responsible for bringing them to Syria10.



    1David Barnett, « Blowback in Cairo.The Syrian civil war has now reached the heart of Egypt. », Foreign Policy, 9 janvier 2014.
    2Mohannad Sabry, « Al-Qaeda emerges amid Egypt’s turmoil », Al-Monitor, 4 décembre 2013.
    4Bill Roggio, « Egyptian jihadist killed in fighting in Syria », The Long War Journal, 12 juillet 2012.
    5 Mohamed Fadel Fahmy, « Egyptian Fighters Join 'Lesser Jihad' in Syria », Al-Monitor, 17 avril 2013.
    6Jérôme Drevon, « How Syria’s War Is Dividing the Egyptian Jihadi Movement », Carnegie/Syria in Crisis, 9 janvier 2014.
    9Involvement of Operatives Who Returned from Syria in the Terrorist Campaign against the Egyptian Regime, The Meir Amit Intelligence and Terrorism Information Center, 4 mai 2014.
    10The Phenomenon of Foreign Fighters from the Arab World in the Syrian Civil War, Most of Them Fighting in the Ranks of Organizations Affiliated with Al-Qaeda and the Global Jihad, The Meir Amit Intelligence and Terrorism Information Center, mai 2014.

    0 0

    Des septembre 2012, des informations font état de la mort de Tunisiens combattant aux côtés du bataillon al-Furqan, un groupe armé de la province d'Idlib qui combat aux côtés du front al-Nosra1. En mars 2013, les autorités tunisiennes estiment que 40% des combattants étrangers de l'insurrection syrienne sont tunisiens2. Les deux-tiers combattraient au sein d'al-Nosra. La plupart des djihadistes tunisiens seraient alors originaires de la ville de Ben Gardane, au sud de Tunis. La ville est située dans la province de Médenine, à la frontière avec la Libye. Le Qatar alimenterait en argent des organisations non-gouvernementales tunisiennes pour procéder au recrutement, offrant jusqu'à 3 000 dollars par personne. Les combattants sont regroupés et entraînés dans des camps situés dans le triangle désertique entre la Libye, la Tunisie et l'Algérie, acheminés jusqu'en Turquie puis insérés en Syrie. Les groupes djihadistes libyens ont établi des camps d'entraînement dans la province de Ghadames, à moins de 70 km de la frontière tunisienne. Les volontaires complètent leur entraînement militaire pendant 20 jours3 dans la province de Zawiyah, puis gagnent le port de Brega pour Istanbul, avant de finir à la frontière syrienne. Certains combattants tunisiens entrent aussi par le Liban, en particulier s'ils doivent gagner Damas ou ses environs ; quand c'est Alep ou d'autres villes du nord, ils passent par la Turquie.

    A l'automne 2013, le phénomène semble un peu mieux cerné. Il n'est pas limité à une classe sociale pauvre, qui effectivement fournit des volontaires : des diplômés des classes moyennes ou supérieures participent aussi au djihad4. Si au départ le sud de la Tunisie, traditionnellement plus islamistes, comprend les gros bataillons, aujourd'hui des Tunisiens partent du centre et du nord du pays -Bizerte étant devenu l'un des bastions de la cause. Ayman Nabeli quitte la ville de Tabalba, dans la province centrale de Monastir, pour combattre dans les rangs de l'EIIL. Né en 1986, cadet d'une famille de huit enfants, il n'est pas au départ particulièrement religieux. C'est après la révolution de 2011 qu'il devient un salafiste. Les salafistes tunisiens ont en effet investi les mosquées après la victoire du parti Ennahda aux élections, et en particulier celle d'al-Iman, proche de la maison d'Ayman. Malgré les démarches de sa famille, les autorités tunisiennes se montrent relativement complaisantes à l'égard des salafistes. Des vols entiers de Turkish Airlines transportent les volontaires pour le djihad jusqu'à Istanbul. Dans les faubourgs de Tunis, l'Etat a disparu avec la chute de Ben Ali et l'Ennahda impose sa présence notamment par le biais de mosquées contrôlées par des salafistes. Le ministre de l'Intérieur tunisien a déclaré que ses services ont d'ores et déjà empêché 6 000 hommes de se rendre en Syrie... un Tunisien avait tourné une vidéo pour Jaysh al-Muhajireen wa al-Ansar, le groupe d'Omar Shishani désormais rallié à l'EIIL, en juillet 20135. En mai de la même année, le ministre des Affaires Etrangères tunisien avait pourtant reconnu la présence d'un maximum de 800 Tunisiens en Syrie, une radio locale parlant de chiffres beaucoup plus importants, avec pas moins de 132 Tunisiens tués en février 2013 dans la région d'Alep, la plupart originaires de Sidi-bou-Zid, là où avait commencé la révolution en 20116. Mais ces chiffres semblent largement surestimés, la radio étant par ailleurs coutumière de la diffusion d'informations erronées.

     

    Le parcours de Aymen Saadi, qui a failli faire sauter ses explosifs près d'un mausolée présidentiel, celui de Bourguiba, au sud de Tunis en octobre 2013, illustre la variété du recrutement. La ville de Zarghouan, à l'est de Tunis, n'est pourtant pas un bastion connu de l'islamisme. Aymen a d'excellentes notes à l'école, en particulier en langues et en histoire. Fin 2012 pourtant, il se radicalise, montrant une influence des salafistes, puis gagne les camps d'entraînement libyen en mars 2013. Il se retrouve pourtant bardé d'explosifs en Tunisie, et non en Syrie. Abou Talha, originaire d'une ville près de la frontière libyenne, a combattu près d'Alep. Il a passé six mois au sein d'une brigade islamiste en 2012. Il s'est alors rendu en Syrie seul avant de prendre contact avec les rebelles à la frontière turque, ce qui montre peut-être que les réseaux plus sophistiqués et organisés ne se sont constitués qu'à la fin 2012-début 2013. Un commandant syrien apprend aux recrues le maniement de l'AK-47, du RPG et des pistolets, le tout entrecoupé de séances de lecture du Coran et autres cours religieux. Abou Talha a combattu côte-à-côte avec le front al-Nosra7. Le 24 juillet 2013, l'EIIL annonce la mort d'un kamikaze tunisien, Hamza al 'Awni, alias Abu Hajer al Tunisi. Né à Sousse, diplômé en tant qu'ingénieur, Awni cherche à rejoindre la Tchétchénie en 2003. Entré en Syrie en septembre 2012, il mène son attaque kamikaze le 10 juillet 20138. La page Facebook d'Ansar al-Sharia fait l'éloge des combattants tunisiens morts en « martyrs » en Syrie9.

    Abou Ayman est un exemple de volontaire recruté par Ansar-al-Charia10. Architecte à Tunis, il décide de partir se battre en Syrie avec deux voisins. Il prend l'avion pour Amman en Jordanie, où il faut réussir à passer la frontière, surveillée par les renseignements jordaniens. Une fois l'insertion effectuée, Abou Ayman et ses compagnons se séparent. Lui-même atterrit finalement dans les combats des faubourgs de Damas. Il intègre une unité, Ansar al-Chariaa, qui comporte 300 combattants dont de nombreux étrangers (Tchétchènes, Kosovars, et Tunisiens). En août 2013, Aaron Zelin avait interrogé un combattant tunisien de retour de Syrie, dans la province de Nabeul, à l'est de Tunis. Originaire d'un milieu modeste, ce combattant est revenu avec de l'argent qui lui a permis d'aider sa famille à mieux vivre. Son patron, un salafiste qui a des liens avec l'Arabie Saoudite, avait financé une partie de son voyage vers la Turquie. Il a combattu probablement avec al-Nosra : il était devenu plus « religieux » en 2011, après la révolution tunisienne, en suivant d'abord Ennahda, puis les salafistes. Sa mosquée était dépendante d'Ansar al-Sharia, avec un imam égyptien venu d'Arabie Saoudite. Il semblerait qu'Ans ar al-Charia dirige alors ses combattants vers al-Nosra, et s'en portent garants : trois autres hommes étaient partis avec ce volontaire, dont un a été tué. A son retour, il est arrêté à sa descente de l'avion et détenu pendant trois mois et demi, avant d'être relâché11.

    En ce qui concerne les camps d'entraînement en Libye par lesquels passeraient les volontaires tunisiens et autres, ils seraient notamment le fait du mouvement Ansar al-Charia en Libye, une ancienne brigade rebelle qui avait combattu Kadhafi en 2011, avant de mener l'attentat qui avait coûté la vie à l'ambassadeur américain du consulat de Benghazi en septembre 201212. Saif Allah bin Hussein, alias Abu Iyad al-Tunisi, relâché en 2011, faisait partie de l'ancien réseau de Tareq Maarufi, qui avait des liens avec al-Qaïda : il a créé Ansar al-Charia à la fin avril 201113. C'est cette organisation qui organise le transit et le passage dans des camps mobiles des volontaires dans tout l'est libyen, près de la frontière tunisienne. Selon les rapports officiels, des douzaines d'Algériens et de Tunisens arrivent chaque semaine pour être formés dans ces camps, avant de partir par avion avec de faux passeports libyens à Benghazi, Ansar al-Charia bénéficiant de complices dans l'aéroport. Ayman Saadi, arrêté le 30 octobre 2013 près du mausolée de Bourguiba, est probablement passé par ces camps de Benghazi et Derna mais les Libyens l'ont ensuite renvoyé en Tunisie, et non en Syrie. On ne sait pas si Saadi a eu des liens avec Ansar al-Charia en Libye. On sait en revanche que les deux mouvements tunisien et libyen sont en relation : le premier reçoit notamment des armes du second.

    Abou Iyad al-Tunisi.-Source : http://www.dailystar.com.lb/dailystar/Pictures/2013/12/30/237423_mainimg.jpg

    Kamem Zarrouk.-Source : http://www.mosaiquefm.net/assets/content/thumb/large_news_KAMEL-ZAROUK-1.jpg


    En février 2014, le ministre de l'Intérieur déclare que 400 djihadistes tunisiens sont revenus du champ de bataille syrien14. La déclaration survient après que la garde nationale et l'agence de contre-terrorisme aient été mises en échec dans la capture de Kamel Zarrouk, le numéro 2 d'Ansar al-Sharia, à l'intérieur d'une mosquée d'un faubourg de Tunis. Zarrouk aurait ensuite rejoint les rangs de l'EIIL en Syrie. Ancien videur de boîte de nuit à Tunis, il a commencé à recruter pour le djihad syrien en 201115. Selon l'étude récente du centre Meir Amit consacré aux volontaires des pays arabes pour le djihad syrien, les Tunisiens constituent un contingent très important, contrairement aux djihads précents en Irak ou en Afghanistan : il y aurait plus d'un millier de Tunisiens qui combattent en Syrie. L'origine géographique se confirme : Sidi Bouzid, Ben Gardane, près de la frontière libyenne, Zarat, dans le district de Gadès, à l'est du pays, se signalent particulièrement comme lieux de départ des volontaires. L'origine sociale est variée bien que la plupart proviennent de milieux modestes ; les volontaires sont recrutés dans les mosquées tenues par les salafistes, d'autres sont influencés par les vidéos et autres documents mis en ligne sur Internet à propos du djihad16. En avril 2014, Abu Iyad al-Tunisi, le chef d'Ansar al-Charia, a appelé dans un document audio les Tunisiens à partir faire le djihad en Syrie, au sein des rangs de l'EIIL. Récemment, le groupe, déclaré organisation terroriste par le gouvernement tunisien à l'été 2013, serait peut-être en train de se rebaptiser en Shabab al-Tawhid. Cela marquerait peut-être une association de plus en plus étroite avec le mouvement libyen du même nom, Ansar al-Charia17. Le parti Ennahda, au pouvoir en Tunisie, et associé aux Frères Musulmans, a d'abord laissé partir les volontaires, probablement en raison de son hostilité envers le régime syrien. Mais les médias donnent une grande publicité au phénomène et de nombreux Tunisiens, en particulier laïcs, commencent à s'en inquiéter et à craindre des attaques par les vétérans revenus du champ de bataille syrien. En juin 2013, les médias britanniques rapportent qu'une vingtaine de familles sont parties en Syrie chercher leurs enfants, certaines ont même été emprisonnées. Fin mars 2013, le gouvernement tunisien fait arrêter, pour la première fois, un salafiste qui se vantait d'avoir passé 8 mois en Syrie. Mais le pays compte 6 000 mosquées... Un an plus tard, en février 2014, le ministre de l'Intérieur reconnaît l'impossibilité de détenir les combattants qui reviennent de Syrie en raison de failles dans la législation18.

    Ansar al-Charia de Tunisie a été un groupe leader dans l'utilisation des réseaux sociaux19. Il s'en sert pour rejeter l'accusation de terrorisme, et montrer ses soutiens, comme ceux de l'EIIL en Syrie. Le groupe les emploie aussi pour diffuser une propagande anti-gouvernementale, comme les propos de Abu Qatada al-Filistini, basé en Angleterre, et auprès duquel Abou Iyad al-Tunisi a vécu quand il était en exil. Le groupe joue aussi sur de possibles réactions brutales des forces de sécurité contre la population, une technique classique des djihadistes pour leur drainer des soutiens. Ansar al-Charia insiste aussi sur la centralité de la charia comme fondement de la loi et de l'Etat.



    1Mohamed Ben Ahmed, « African Militants Killed in Syria Fighting Alongside al-Qaeda », Al-Monitor, 10 septembre 2012.
    2 Nesrine Hamedi, « Tunisian Jihadists Fighting in Syria », Al-Monitor, 24 mars 2013.
    3Aaron Y. Zelin, «  New Evidence on Ansar al-Sharia in Libya Training Camps », The Washington Institute, 8 août 2013.
    4Hazem al-Amin, « Tunisia’s 'Road to Jihad' in Syria Paved by Muslim Brotherhood », Al-Monitor, 23 octobre 2013.
    11Aaron Y. Zelin, « Meeting a Returned Tunisian Foreign Fighter from the Syrian Front », The Washington Institute, 8 novembre 2013.
    12Ludovico Carlino, « Ansar al-Shari’a: Transforming Libya into a Land of Jihad », Terrorism Monitor Volume: 12 Issue: 1, The Jamestown Foundation, 9 janvier 2013.
    13The Phenomenon of Foreign Fighters from the Arab World in the Syrian Civil War, Most of Them Fighting in the Ranks of Organizations Affiliated with Al-Qaeda and the Global Jihad, The Meir Amit Intelligence and Terrorism Information Center, mai 2014.
    16The Phenomenon of Foreign Fighters from the Arab World in the Syrian Civil War, Most of Them Fighting in the Ranks of Organizations Affiliated with Al-Qaeda and the Global Jihad, The Meir Amit Intelligence and Terrorism Information Center, mai 2014.
    18The Phenomenon of Foreign Fighters from the Arab World in the Syrian Civil War, Most of Them Fighting in the Ranks of Organizations Affiliated with Al-Qaeda and the Global Jihad, The Meir Amit Intelligence and Terrorism Information Center, mai 2014.

    0 0

    Je signale à l'attention des lecteurs du blog deux de mes dernières publications :

    - le n°106 de la revue Stratégique vient de paraître. On m'a demandé d'y contribuer avec un article sur la surprise stratégique du Têt, en lien avec mon ouvrage paru l'an passé. Le sommaire du numéro est consultable ici. Vous pouvez lire l'éditorial et l'introduction générale.

    - et Aaron Zelin publie, sur Jihadology.net, la mise à jour sur les djihadistes français en Syrie, qui couvre la période février/mars-juin 2014, en anglais. Le billet est consultable ici. Je ferai une rapide mise à jour pour le billet français prochainement.

    Bonne lecture !

    0 0

    In September 2012, there are reports of the death of a Tunisian in a battalion fighting alongside al-Furqan, an armed group in the province of Idlib, fighting alongside al-Nosra1. In March 2013, the Tunisian authorities estimate that 40% of foreign fighters from the Syrian uprising are Tunisians2. Two-thirds would fight in al-Nosra. Most Tunisian jihadists would be from the town of Ben Gardane, south of Tunis. The city is located in the province of Médenine on the border with Libya. Qatar would supply money to Tunisian non-governmental organizations to recruit, offering up to 3,000 dollars per person. The fighters are grouped and trained in camps in the desert triangle between Libya, Tunisia and Algeria, sent to Turkey and then inserted in Syria. Libyan jihadist groups have established training camps in the province of Ghadames, less than 70 km from the Tunisian border. Volunteers complete their military training for 20 days3 in the province of Zawiyah and go to the port of Brega to Istanbul, before finishing at the Syrian border. Some Tunisian fighters also come from Lebanon, especially if they are going to or near Damascus ; when it is Aleppo and other cities of the north, they pass through Turkey.

    In autumn 2013, the phenomenon seems better understood. It is not limited to a poor class, effectively providing voluntary : graduates from middle and upper classes also participate in jihad4. While initially southern Tunisia, traditionally islamist, is including the big battalions, today Tunisians of the center and the north-Bizerte has become one of the bastions of the case. Ayman Nabeli Tabalba leaves town in the central province of Monastir, to fight in the ranks of ISIS. Born in 1986, the youngest of a family of eight children, he is not particularly religious. It was after the 2011 revolution he became a Salafi. Tunisian Salafists have indeed invested mosques after the victory of the Ennahda party in the elections, and in particular that of al-Iman, near the house of Ayman. Despite the efforts of his family, the Tunisian authorities are relatively tolerant towards Salafists. Whole flights of Turkish Airlines carry volunteers for jihad to Istanbul. In the suburbs of Tunis, the state has disappeared with the fall of Ben Ali and Ennahda intrudes including through controlled Salafist mosques. The Tunisian Interior Minister stated that its services have already prevented 6,000 men to travel to Syria ... a Tunisian had shot a video for Jaysh al-Muhajireen wa al-Ansar, the group of Omar Shishani now rallied to ISIS in July 20135. In May of the same year, the Tunisian Minister of Foreign Affairs had yet recognized the presence of a maximum of 800 Tunisians in Syria, a local radio talking about much larger numbers with no less than 132 Tunisians killed in February 2013 in the Aleppo region, mostly from Sidi Bou Zid, where the revolution began in 20116. But these figures appear to be largely overestimated, the radio is also customary of dissemination of misinformation.

     

    The course of Aymen Saadi, who failed to blow his explosives near a presidential mausoleum, that of Bourguiba, south of Tunis in October 2013, illustrates the variety of recruitment. City Zarghouan, east of Tunis, however, is not a known bastion of Islam. Aymen has excellent grades in school, especially in languages and history. End of 2012, however, he became radicalized, showing an influence of Salafis, then go to the Libyan training camps in March 2013. Nevertheless, he found strapped with explosives in Tunisia, not in Syria. Abu Talha, from a town near the Libyan border, fought near Aleppo. He spent six months in an Islamist brigade in 2012. He then traveled to Syria alone before making contact with the rebels on the Turkish border, which shows perhaps the sophisticated and organized networks were formed at the end of 2012-early 2013. A Syrian commander teaches recruits the handling of the AK-47, RPG and guns, all interspersed with readings from the Koran and other religious courses. Abu Talha had fought side by side with al-Nosra7. On 24 July 2013, ISIS announces the death of a Tunisian suicide bomber, Hamza al 'Awni, aka Abu Hajer al Tunisi. Born in Sousse, graduated as an engineer, Awni seeks to reach Chechnya in 2003. Came in Syria in September 2012, he led his kamikaze attack 10 July 20138. Al-Ansar Sharia Facebook page praised Tunisian soldiers who died "martyrs" in Syria9.

    Abu Ayman is an example of voluntary recruited by Ansar al-Charia10. Architect in Tunis, he decided to fight in Syria with two neighbors. It flies to Amman in Jordan, where he must succeed in crossing the border, patrolled by Jordanian intelligence. Once the insertion done, Abu Ayman and his companions are separated. Himself finally landed in the fighting on the outskirts of Damascus. He joined a unit, Ansar al-Sharia, which has 300 fighters, including many foreigners (Chechens, Kosovars, and Tunisians). In August 2013, Aaron Zelin had interviewed a Tunisian fighter who has returned from Syria, in the province of Nabeul, east of Tunis. Coming from a modest background, this fighter is back with money that enabled him to help his family live better. His boss, a Salafist who has ties with Saudi Arabia, had financed part of his trip to Turkey. He probably fought with al-Nosra : he had become more "religious" in 2011, after the Tunisian revolution, following first Ennahda and then the Salafists. The mosque was dependent Ansar al-Sharia, an Egyptian imam came from Saudi Arabia. It seems that Ansar al-Sharia directs his fighters to al-Nosra : three other men were left with this voluntary, one was killed. On his return, he was arrested on his descent of the aircraft and detained for three and a half months before being freed11.

    With regard to training camps in Libya which pass Tunisian volunteers and others, they would be the product of Ansar al-Sharia movement in Libya, a former rebel brigade that fought Gaddafi in 2011, before conducting the bombing that killed U.S. Ambassador consulate in Benghazi in September 201212. Saif Allah bin Hussein, aka Abu Iyad al-Tunisi, released in 2011, was part of the old network of Maarufi Tareq, who had links with al-Qaeda : he created Ansar al-Sharia in late April 201113. This is the organization that organizes and transit passage through mobile camps of volunteers throughout eastern Libya, near the Tunisian border. According to official reports, dozens of Algerians and Tunisians arrive each week to be trained in these camps before leaving by plane with false passports Libyans in Benghazi, Ansar al-Sharia enjoying accomplices at the airport. Ayman Saadi, arrested October 30, 2013 near the mausoleum of Bourguiba, probably passed through these camps in Benghazi and Derna but the Libyans then returned him to Tunisia, not in Syria. It is not known if Saadi had links with Ansar al-Sharia in Libya. We know however that both Tunisia and Libya movements are related : the first receives weapons from the second.


    Abou Iyad al-Tunisi.-Source : http://www.dailystar.com.lb/dailystar/Pictures/2013/12/30/237423_mainimg.jpg

    Kamem Zarrouk.-Source : http://www.mosaiquefm.net/assets/content/thumb/large_news_KAMEL-ZAROUK-1.jpg


    In February 2014, the Interior Minister said that 400 Tunisian jihadists have returned from Syrian battlefield14. The statement comes after the National Guard and the agency against terrorism have been defeated in capturing Zarruq Kamel, number 2 of Ansar al-Sharia, inside a mosque in a suburb Tunis. Zarrouk would then joined ISIS. Syria. Former nightclub bouncer in Tunis, he began recruiting for the Syrian jihad in 201115. According to the recent study of the Meir Amit center dedicated to volunteers from Arab countries to the Syrian jihad, Tunisians are a very important contingent, unlike jihads in Iraq or Afghanistan : there are more than a thousand Tunisians fighting in Syria. The geographical origin is confirmed: Sidi Bouzid, Ben Gardane, near the Libyan border, Zarat in the district of Gades, east of the country, stand particularly as reported starting places of volunteers. Social background is varied although most come from modest backgrounds; volunteers are recruited in mosques run by Salafis, others are influenced by the videos and other materials posted on the Internet about jihad16. In April 2014, Abu Iyad al-Tunisi, the leader of Ansar al-Sharia, called in an audio document from Tunisians do jihad in Syria, within the ranks of the ISIS. Recently, the group, declared a terrorist organization by the Tunisian government in the summer of 2013, might be trying to be renamed Shabab al-Tawhid. This mark may be a combination of more closely links with the Libyan movement of the same name, Ansar al-Sharia17. The Ennahda party in power in Tunisia, and associated with the Muslim Brotherhood, first not said a lot about volunteers, probably because of its hostility to the Syrian regime. But the media give wide publicity to the phenomenon and many Tunisians, especially the laity, begin to worry and fear of attacks by veterans of Syrian battlefield. In June 2013, the British media reported that twenty families have left Syria to collect their children, some were even imprisoned. End of March 2013, the Tunisian government arrested for the first time a Salafist who boasted of having spent eight months in Syria. But the country has 6,000 mosques ... A year later, in February 2014, the Minister of the Interior recognizes the impossibility of holding the fighters returning from Syria because of flaws in the law18.

    Ansar al-Sharia in Tunisia was a leader in the use of social networks. It is used to dismiss the charge of terrorism, and to show its supports, such as ISIS in Syria. The group also used them to disseminate anti-government propaganda, like Abu Qatada about al-Filistini, based in England, and near which Abu Iyad al-Tunisi lived when he was in exile. The group also plays on possible backlash by security forces against the population, a conventional technique of the jihadists to drain support. Ansar al-Sharia also emphasizes the centrality of sharia as the basis of the law and the state19.



    1Mohamed Ben Ahmed, « African Militants Killed in Syria Fighting Alongside al-Qaeda », Al-Monitor, 10 septembre 2012.
    2Nesrine Hamedi, « Tunisian Jihadists Fighting in Syria », Al-Monitor, 24 mars 2013.
    3Aaron Y. Zelin, «  New Evidence on Ansar al-Sharia in Libya Training Camps », The Washington Institute, 8 août 2013.
    4Hazem al-Amin, « Tunisia’s 'Road to Jihad' in Syria Paved by Muslim Brotherhood », Al-Monitor, 23 octobre 2013.
    11Aaron Y. Zelin, « Meeting a Returned Tunisian Foreign Fighter from the Syrian Front », The Washington Institute, 8 novembre 2013.
    12Ludovico Carlino, « Ansar al-Shari’a: Transforming Libya into a Land of Jihad », Terrorism Monitor Volume: 12 Issue: 1, The Jamestown Foundation, 9 janvier 2013.
    13The Phenomenon of Foreign Fighters from the Arab World in the Syrian Civil War, Most of Them Fighting in the Ranks of Organizations Affiliated with Al-Qaeda and the Global Jihad, The Meir Amit Intelligence and Terrorism Information Center, mai 2014.
    16The Phenomenon of Foreign Fighters from the Arab World in the Syrian Civil War, Most of Them Fighting in the Ranks of Organizations Affiliated with Al-Qaeda and the Global Jihad, The Meir Amit Intelligence and Terrorism Information Center, mai 2014.
    18The Phenomenon of Foreign Fighters from the Arab World in the Syrian Civil War, Most of Them Fighting in the Ranks of Organizations Affiliated with Al-Qaeda and the Global Jihad, The Meir Amit Intelligence and Terrorism Information Center, mai 2014.

    0 0

    En Syrie, le contingent saoudien se distingue par le fait qu'il fournit un certain nombre de chefs aux groupes armés et de nombreux candidats aux attaques kamikazes1. En décembre dernier, on a vu un jeune homme de 17 ans, Mouaz al-Maataq, arriver en Syrie. Abdul Aziz al-Othman a probablement été l'un des premiers Saoudiens à atterrir sur le champ de bataille. Il fait partie de la direction du front al-Nosra et il meurt à al-Shaddadi, dans la province de Hasaka, avec un autre Saoudien, Omar al-Mouhaisini, apparemment dans un accident de voiture. On sait qu'il était proche de Golani, le chef d'al-Nosra. On peut supposer que les Saoudiens vétérans d'al-Qaïda ou de l'Afghanistan ont établi les premières cellules en Syrie. Abou Khalid as-Souri, une figure importante du djihadisme, aurait participé à la formation du premier bataillon islamique ; on sait que plus tard Zawahiri l'a choisi comme son arbitre dans le conflit entre al-Nosra et l'EIIL. Souri a visiblement joué un rôle important, à partir de mai 2011, dans la formation du mouvement qui deviendra Ahrar al-Sham, aujourd'hui un des groupes les plus puissants du Front Islamique ; les Saoudiens ont eux plutôt rejoint, ensuite, le front al-Nosra.

     

    Souri est tué le 23 février 2014 dans un attentat-suicide, près d'Alep, attribué à l'EIIL. De son vrai nom Mohammed al-Bahaiya, il était né en 1963 à Alep. Avant le conflit syrien, il était surtout connu pour avoir été proche de Abu Musab al-Suri, un autre Aleppin. Les deux hommes avaient quitté la Syrie après l'écrasement de la révolte des Frères Musulmans en 1982 par Hafez el-Assad. Ils avaient contribué à la création de médias et de camps d'entraînement en Afghanistan dans les années 1990. Ils ont été proches de Ben Laden et mais s'en sont aussi démarqués à l'occasion, soutenant le mollah Omar et déclarant en 1999 ne pas être membres d'al-Qaïda. Par des contacts personnels et des transferts de fonds, ils sont pourtant liés aux attentats de Madrid en mars 2004. Abu Musab est pris par les Pakistanais et les Américains en 2005 et finit dans les geôles syriennes, peut-être accompagné d'Abou Khalid. En mai 2013 pourtant, c'est ce dernier que Zawahiri choisit comme son émissaire pour régler la dispute naissante entre l'EIIL et le front al-Nosra2. Abou Khalid fait alors partie de la direction du groupe Ahrar al-Sham, un des plus puissants de l'insurrection syrienne, aujourd'hui composante du Front Islamique, et qui est composée de nombreux salafistes emprisonnés avant la révolution dans le centre de Sednaya, au nord de Damas, notamment pour avoir combattu en Irak. On trouve même dans l'encadrement d'Ahrar al-Sham des vétérans de l'insurrection ratée des Frères Musulmans contre le régime syrien entre 1979 et 1982, et notamment de sa branche combattante, l'Avant-Garde combattante, comme Abou Khalid. L'implication de ce dernier dans Ahrar al-Sham montre surtout les liens qui peuvent naître entre un groupe armé « local » et des membres du djihad « global » comme Abou Khalid3.

    On sait aussi que Sheikh Abdel Wahed, « le Faucon du Djihad », est l'un des premiers vétérans afghans à être arrivé en Syrie après le déclenchement de l'insurrection. Installé dans les montagnes de Lattaquié, il a fondé le groupe Suqur al-Izz, qui a rapidement attiré de grandes figures du djihad afghan, Abdel malak al-Ihsa’i (Abou Leen), Zaid al-Bawardi (Abou Ammar al-Makki) et Abou Mohammed al-Halabi, des hommes de la première génération qui ont passé 25 ans à se battre -de l'Afghanistan à l'Irak en passant par la Bosnie et la Tchétchénie- et qui ont tous péri en Syrie. Suqur al-Izz avait aussi pour tâche d'accueillir les migrants venant de la frontière turque avant qu'ils ne soient répartis dans les bataillons. Suqur al-Izz, en panne de financements venant notamment du Golfe, a préféré rallié le front al-Nosra le 13 janvier 2014, une dizaine de jours après le déclenchement des combats contre l'EIIL. Le groupe, qui opère dans la province de Lattaquié, a participé à l'offensive contre Kessab à partir du 21 mars 2014 ; il apparaît désormais de plus en plus comme un paravent du front al-Nosra et d'al-Qaïda, de la même façon que le groupe Harakat al-Sham dans la même région, qui est lui constitué de Marocains4. Najmeddine Azad, qui avait combattu en Afghanistan avec Ben Laden, est lui aussi venu en Syrie malgré sa jambe en moins, tout comme Fayez al-Mitab, qui accueillait Ben Laden dans sa maison en Arabie Saoudite. Les convois de djihadistes saoudiens se sont faits encore plus importants avec la création d'al-Nosra et le recours aux attaques suicides. Abdoul Hakim al-Muwahad, pourtant interdit de voyage par les autorités saoudiennes, a pourtant lui aussi gagné la Syrie où il est devenu le coordinateur pour attirer les Saoudiens vers le djihad et leur faire passer la frontière en évitant les services de sécurité.

    Le drapeau du groupe Suqur al-Izz.-Source : http://azelin.files.wordpress.com/2013/12/untitled44.png?w=300&h=166

    Ayad al-Shahrani, un martyr saoudien de Suqur al-Izz.-Source : http://azelin.files.wordpress.com/2013/12/untitled55.png?w=300&h=168


    Ce n'est pas le premier djihadiste interdit de déplacement par les autorités saoudiennes qui gagne la Syrie : Abdullah bin Qaed al-Otaibi, Badr bin Ajab al-Mqati, Abdulla al-Sudairi, Uqab Mamdouh Marzouki, l'ont également fait, comme des douzaines d'autres, le tout par l'aéroport de Riyadh, comme ils l'indiquent sur Twitter. Sibaie a été tué en août 2013 à Jobar, près de Damas, mais son frère Suleiman a rejoint le djihad, alors qu'il avait prêté son passeport et ses papiers à son frère, preuve qu'il a pu en obtenir de nouveaux. Le plus étonnant est que les Saoudiens qui jusqu'ici manifestaient contre le régime en Arabie Saoudite ou participaient aux sit-in pour la libération des prisonniers politiques rejoignent désormais le djihad en Syrie. Souvent, d'ailleurs, c'est après avoir été arrêté et détenu puis relâché qu'au bout de deux ou trois semaines ces opposants gagnent cette nouvelle terre de djihad. Sans expérience du combat, beaucoup sont tués rapidement, comme Mohammed al-Taleq, mort seulement cinq jours après son arrivée. On sait également que certains djihadistes sont revenus temporairement en Arabie Saoudite pour de courtes « vacances », avant de repartir en Syrie. Depuis l'automne 2013, le recrutement n'est visiblement plus limité aux classes défavorisées mais concerne aussi les classes moyennes et même la strate juste en-dessous des princes saoudiens. De nombreux prêcheurs sont arrivés en Syrie, et même des officiers de l'armée ou leurs parents. Nayef al-Shammari, un commandant des garde-frontières saoudiens, a été tué à Deir Attiyeh en décembre 2013. Motlaq al-Motlaq, tué à Alep, était le fils du général Abdullah Motlaq al-Sudairi, le directeur du centre des officiers. Il soutenait le djihad depuis 2012 en rassemblant des fonds. Son oncle, le frère du général, fait partie de la direction des groupes djihadistes en Syrie.

    Nayef al-Shammari.-Source : http://humanrightsactivists.files.wordpress.com/2013/07/1075713_424566027658763_1741033142_n.jpg


    Pour le centre Meir Amit, dans son étude sur les combattants étrangers de l'insurrection venus du monde arabe, début 2014, les Saoudiens seraient l'un des groupes les plus importants, avec près d'un millier d'hommes présents en Syrie, un chiffre d'ailleurs confirmé par les autorités en février dernier5. La plupart servent au sein du front al-Nosra ou de l'EIIL. En juin 2013, les corps de 70 Saoudiens, dont trois femmes, tués en Syrie, ont été rapatriés en Arabie Saoudite. Un site non-officiel a jusqu'ici recensé 223 Saoudiens tués sur cette terre de djihad, ce qui donne une idée de l'engagement de cette population dans le conflit syrien, côté insurrection. La plupart viennent en Syrie depuis la Turquie, après avoir embarqué par avion à l'aéroport de Riyad. Seuls quelques-uns font le trajet terrestre jusqu'à la frontière de la Jordanie. Les combattants saoudiens viennent de l'ensemble du royaume, mais la région centrale d'Al-Qassim et sa capitale, Buraidah, se distinguent particulièrement. Les manifestations contre le pouvoir ont été fréquentes dans cette région. Une autre région qui fournit des volontaires est celle d'Al-Jawf, près de la frontière jordanienne. Le nombre de vétérans de l'Afghanistan et de l'Irak est incomparablement plus faible que la masse des volontaires sans expérience militaire. D'ailleurs, de nombreux Saoudiens sont utilisés par le front al-Nosra ou l'EIIL pour des attaques kamikazes. Suleiman Saud Subai'i, un combattant saoudien de 25 ans qui a fait partie de l'EIIL, a été arrêté à son retour en Arabie Saoudite. Il témoigne ensuite à la télévision le 5 mars 2014 : d'après lui, la plupart des cadres de l'EIIL sont irakiens ou saoudiens. Il aurait refusé plusieurs fois d'enregistrer une vidéo pour appeler les Saoudiens à rejoindre le djihad syrien. En outre, il précise que les Saoudiens combattent en première ligne, sur le front. On compte au moins 11 Saoudiens ayant mené des attaques kamikazes rien qu'en 2013.

    L'Arabie Saoudite a soutenu des formations du label « Armée Syrienne Libre » ou des groupes islamistes parmi l'insurrection syrienne. Derrière le régime Assad, c'est surtout l'Iran, le grand rival régional, qui est visé par l'Arabie Saoudite. Cependant, les combattants saoudiens vétérans du djihad syrien pourraient fort bien constituer une menace pour le royaume, comme l'avaient été ceux de retour d'Afghanistan dans la décennie 1990. Début mai 2014, les services de sécurité auraient ainsi démantelé un réseau qui préparait des attentats, en lien avec l'EIIL en Syrie et des djihadistes au Yémen. Les autorités saoudiennes prennent conscience du problème dès le printemps 2013 mais accélèrent les mesures à la fin 2013 et dans les premiers mois de 2014. En décembre 2013, une nouvelle loi anti-terroriste est adoptée, puis, le 3 février 2014, un décret royal interdit aux Saoudiens de combattre dans des guerres extérieures, et appelle ceux qui sont déjà partis à rentrer dans leur pays.

    Pour Aaron Zelin, auteur d'un récent article sur le contingent saoudien, le djihad en Syrie se différencie nettement, par exemple, de celui en Afghanistan contre les Soviétiques, car il comprend quasi exclusivement des combattants6. Les Saoudiens formaient le gros du contingent étranger en Afghanistan, puis en Tchétchénie, dans une moindre mesure en Bosnie. En Irak, de juin 2003 à juin 2005, une étude souligne encore que les Saoudiens constituent 55% des combattants étrangers suivis par... les Syriens. La capture de documents dans une cache d'al-Qaïda en Irak montre encore que les Saoudiens forment plus de 40% des étrangers entre août 2006 et août 2007. Aaron Zelin porte au moins à 300 le nombre de tués saoudiens en Syrie depuis le début du conflit à la fin février 2014, soit un des plus hauts chiffres pour les combattants étrangers. Il y aurait donc au moins 600 Saoudiens en Syrie et en Irak, puisque l'EIIL chevauche les deux Etats. Cette présence très forte des Saoudiens n'est avérée que depuis 2013. Au départ, ce sont surtout les combattants des pays proches, vétérans des combats en Irak contre les Américains, qui gagnent la Syrie (Libanais, Jordaniens, Irakiens). En 2012, on constate surtout l'importance des Libyens et des Tunisiens, deux pays qui ont terminé leur révolution et chassé les régimes en place. Pour Aaron Zelin, l'afflux de Saoudiens à partir du printemps 2013 correspond à l'intervention massive du Hezbollah pour soutenir le régime syrien, qui en retour provoque des appels au djihad en Arabie Saoudite, comme ceux du clerc Yusuf al-Qaradawi.





    Sur les 300 tués saoudiens, on peut dresser un portrait un peu plus précis du contingent à partir de 203 cas plus détaillés. Le recrutement touche l'ensemble du pays puisqu'une seule région sur 13 n'est pas représentée. Plusieurs Saoudiens sont célèbres parmi le contingent. Abd Allah bin Muhammad bin Sulayman al-Muhaysini, un clerc sunnite, a suivi l'enseignement d'un religieux arrêté par les autorités saoudiennes en 2004 pour avoir soutenu al-Qaïda. Il a fourni des armes, des fonds à l'insurrection et une assistance aux réfugiés syriens. Il est allé en Syrie en 2013 et a été vu en compagnie de membres du front al-Nosra et d'Omar al-Shishani, qui dirige un groupe piloté par les Tchétchènes et qui a rallié ensuite l'EIIL. Depuis janvier 2014 et le combat entre al-Nosra et l'EIIL, il a pris ses distances avec ce dernier groupe. En mars, il établit le camp d'entraînement baptisé al-Farouq, un clin d'oeil au camp du même nom dans l'Afghanistan des talibans avant le 11 septembre. Abd al-Muhsin `Abd Allah Ibrahim al-Sharikh, qui est mort en Syrie le 21 mars 2014, un vétéran du djihad depuis l'Afghanistan, cousin au troisième degré de Ben Laden, avec deux de ses frères qui sont passés par Guantanmo, était membre du « Comité pour la Victoire ». Avant de gagner la Syrie, il était dans la zone frontalière afghani-pakistanaise. Depuis janvier 2014, il n'a pas pris position dans le conflit al-Nosra/EIIL mais l'on sait par ailleurs qu'il soutient al-Nosra et le groupe Ahrar al-Sham du Front Islamique.



    1 Abdullah Suleiman Ali, « Saudi jihadists flow into Syria », Al-Monitor, 8 décembre 2013.
    5The Phenomenon of Foreign Fighters from the Arab World in the Syrian Civil War, Most of Them Fighting in the Ranks of Organizations Affiliated with Al-Qaeda and the Global Jihad, The Meir Amit Intelligence and Terrorism Information Center, mai 2014.
    6Aaron Y. Zelin, « The Saudi Foreign Fighter Presence in Syria », CTC Sentinel, avril 2014 Vol 7. Issue 4, p.10-14.

    0 0

    Numéro de transition pour le magazine 2ème Guerre Mondiale, qui change de propriétaire, comme l'annonce N. Pontic dans l'éditorial. Outre les articles que j'ai écrits et que j'ai annoncés ici-même, vous trouverez p.5 une fiche résumée de ma  recension du Joukov de Jean Lopez (en attendant celle de Bagration...). A noter aussi que Benoît Rondeau commente, p.4, le Rommel de Cédric Mas et D. Feldmann que j'avais également recensé il y a quelques temps.

    - p.8-9, Vincent Bernard fait un point d'actualité sur la Crimée, en raison des événements depuis janvier. Il s'attache surtout à la période de l'histoire de la péninsule depuis l'annexion russe, en 1783. Or la Crimée a une histoire compliquée : juridiquement, elle n'a été russe qu'entre 1783 et 1954. La mémoire russe est sensible à la Crimée en raison d'événements phares : le traité de 1774 avec l'empire ottoman, le siège de Sébastopol en 1854-1855, la déportation des populations non-russes en 1944, le transfert à l'Ukraine dix ans plus tard. En outre, historiquement, la conquête russe a été difficile, puisqu'elle s'étale sur deux siècles (XVIème-XVIIIème). D'ailleurs, il y a un premier exode massif de la population tatare (du nom donné aux envahisseurs mongols et aux populations turcophones qui les accompagnent) en direction de l'empire ottoman, après la fin de la guerre de Crimée. En 1897, les Tatars ne forment plus qu'un tiers de la population et les Russes sont déjà majoritaires. Une République socialiste soviétique de Tauride est créée le 21 mars 1918, avant d'être renversée par les Allemands qui installent une éphémère république tatare. Les Blancs de Denikine puis Wrangel se maintiennent en Crimée jusqu'en décembre 1920. Les bolcheviks tentent ensuite de promouvoir des cadres locaux, le bilinguisme russe/tatar est instauré pour s'attirer les bonnes grâces des Tatars, leur leader le plus connu, Veli Ibrahimov, est mis en avant. Le ton change cependant dès la fin des années 20. L'invasion allemande de 1941, puis le succès du siège de Sébastopol, entraînent la mainmise allemande sur la péninsule. La population juive (85-92 000 personnes) est presque entièrement exterminée. La reconquête soviétique en 1944 entraîne la déportation des Tatars (plus de 190 000 personnes) mais ils ne sont pas les seuls : un mois plus tard, les Arméniens, Grecs et Bulgares sont également chassés. Le "cadeau" de 1954 à l'Ukraine est purement symbolique : Moscou garde la main sur les installations militaires. A la fin de la guerre froide, l'ère Gorbatchev permet enfin le retour d'une partie des exilés tatars (on avance souvent le chiffre de 200 000). La Crimée reste cependant un cas à part, pour la Russie, même après la disparition de l'URSS, en raison de l'importance symbolique qui y est attachée. Comme la chronique Ecrire l'histoire, cette partie Actualité souffre un peu du manque de place et de références.

    - la chronique Ecrire l'histoire de B. Rondeau revient sur la signification du 6 juin 1944 pour chacun des belligérants (du moins ceux concernés). L'idée est intéressante mais difficile de développer sur deux pages, et il faudrait mettre quelques références pour appuyer.

    - le dossier, signé Vincent Bernard, est une perspective stratégique sur l'Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale. L'auteur montre dans une première partie comment Hitler se lance dans le conflit, en 1939, alors que son outil militaire et son économie de guerre sont loin d'être prêts -la victoire de 1940 passant pour une "anomalie historique". Dans une deuxième partie, il retrace la "fuite en avant" d'Hitler qui se mesure, en 1941, à l'URSS puis aux Etats-Unis. L'Allemagne est mal préparée pour une "guerre totale" -et on pourrait discuter de la résilience de l'URSS, d'ailleurs, Stalingrad était-elle vraiment une bataille "au bord du gouffre", comme le disent certains ? Dans un dernier temps, Vincent Bernard explique que même la mise en marche de l'industrie de guerre allemande ne suffit pas à compenser l'écrasante supériorité alliée dans ce domaine. L'Allemagne n'a plus les moyens de ses ambitions, et les désastres de l'été 1944 achèvent de précipiter l'écroulement -Bagration est une catastrophe à l'est pour la Wehrmacht. Sans stratégie véritable, sans industrie de guerre permettant de soutenir dès le début une guerre industrielle, l'Allemagne ne pouvait pas l'emporter ; elle a bénéficié parfois de circonstances et d'atouts favorables, mais les gros bataillons ont parlé (d'autant qu'à la fin de la guerre comme le dit l'auteur, ils sont meilleurs que leurs vis-à-vis allemands).

    - Vincent Bernard signe aussi un court article sur les chars américains du débarquement en Normandie, sur Omaha et Utah. A noter que les bataillons américains ne se composent pas seulement de chars DD, mais de deux compagnies de DD et d'une équipée du dispositif avec snorkels (que l'on voit p.60-61) qui est utilisé en fait dès le débarquement en Sicile, en juillet 1943. D'ailleurs Gerow, le commandant du Vème corps américain, ne voyait pas l'utilité de prendre les DD et c'est pourquoi il y a eu un compromis sur la composition des bataillons.

    - Franck Ségretain signe un article sur la libération de la Corse, en septembre-octobre 1943. Une expérience importante pour De Gaulle et le CFLN, qui permet l'éviction de Giraud, et montre qu'il faut organiser l'aspect politique et administratif de la libération du territoire, pour précéder les alliés et surtout les mouvements de résistance intérieure, en particulier les communistes.

    - la fiche uniformes, une fois n'est pas coutume, est dédiée à un lieutenant de la Garde féminin, chef de pièce de canon d'assaut, de l'Armée Rouge.

    0 0

    Janvier 666 ap. J.-C. . Un cadavre féminin décapité est retrouvé dans un des puits de l'abbaye féminine du Saumon des Trois Sources, au sud-ouest du royaume de Muman. Soeur Fidelma, qui a mis en échec les ambitions du royaume Laigin au monastère de Ros Ailithir, est appelé d'urgence sur place pour résoudre le crime. Mais alors qu'elle navigue sur le bateau de Ross le marin, elle croise la route d'un navire en perdition, abandonné par ses occupants, sur lequel elle trouve la Bible dédicacée qu'elle avait offert au moine saxon Eadulf, avant de le laisser à Rome, un an plus tôt... qu'est-il arrivé à Eadulf et surtout cette disparition a-t-elle à voir avec le meurtre dans l'abbaye ?

    Quatrième tome des aventures de Fidelma, La ruse du serpent est directement tirée d'une mention des Annales d'Ulster, une compilation de sources plus anciennes réalisées à la fin du Moyen Age. Le volume marque le retour du moins saxon Eadulf, qui n'aura donc été absent que pendant un seul épisode.

    Encore une fois, toute l'habileté de Tremayne est de mêler adroitement l'enquête policière (je ne suis rappelé de la solution, et que partiellement, à la fin, et pourtant je l'avais déjà lu au moins une fois) et contexte historique. Une bonne part de la réussite du volume doit à la combinaison entre, d'un côte, l'enquête à l'abbaye féminine, et d'autre part, le mystère de la disparition d'Eadulf sur le bateau fantôme. Malheureusement, le final manque un peu de panache : on aurait aimé, pour le coup, avoir en plus une description de la bataille de Cnoc Aine entre Muman et les Ui Fidgenti... cependant, il faut constater que l'auteur ne manque pas d'idées pour bâtir son histoire, c'est appréciable.

    Un défaut peut-être, qui va s'accroître avec les tomes suivants : Tremayne a tendance à voir les choses tout en blanc ou tout en noir en qui concerne la querelle religieuse entre Rome et l'Eglise d'Irlande. Cette dernière est souvent parée de toutes les qualités, de même que le système de législation civile irlandaise existant avant l'arrivée de la religion chrétienne, alors que l'Eglise romaine fait figure de "grand méchant" (la nuance est plus ou moins fine selon les tomes) de l'histoire. Malheureusement je ne connais pas encore assez bien l'histoire irlandaise du Dark Age pour être définitif (je vais tâcher d'y remédier), mais Tremayne, me semble-t-il, exagère un peu. Ceci étant dit, les aventures de Fidelma restent toujours aussi passionnantes au bout de quatre tomes.




    0 0
  • 06/13/14--01:26: L'Histoire n°399 (mai 2014)
  • Dans le numéro du mois de mai de L'Histoire, qui rend hommage à Jacques Le Goff récemment disparu, je note :

    - un article très instructif de Pierre Gonneau sur l'histoire de la Crimée, en lien avec l'actualité récente (c'est notamment lui qui m'inspirait mes remarques d'hier).

    - l'analyse du tableau de l'Américain Herter, de la gare de l'Est, une invitation au souvenir et au recueillement sur la Grande Guerre.

    - l'analyse de deux documentaires sur la Grande Guerre (dont le fameux Apocalypse), avec un regard critique fort utile.

    - le dossier sur la bataille de Bouvines : si le rappel historique de Xavier Hélary est utile, de même que le contrepoint anglais sur la bataille et les réflexions sur la géopolitique, l'article le plus intéressant est peut-être celui sur l'écriture de Bouvines par Duby, de Patrick Boucheron. La conclusion en particulier vaut son pesant de sel dans le rapport de Duby à l'histoire militaire.

    - un article aussi sur la tuerie de la rue Transnonain, en 1834, signé Maïté Bouissy.

    - enfin, p.94, il y a une recension élogieuse, et méritée, de La guerre germano-soviétique de Nicolas Bernard.

    0 0

    Mai 666 ap. J.-C. . Après avoir déjoué un complot de Ui Fidgente contre le royaume de Muman, tenu par son frère Colgu, soeur Fidelma officie en tant qu'avocate des cours de justice (dalaigh) à Lios Mhor, au sud de Cashel, la capitale du royaume. C'est là qu'elle apprend de l'abbé Cathal qu'un chef de clan et sa soeur ont été assassinés dans le district reculé d'Araglin. Accompagné du frère saxon Eadulf, Fidelma gagne Araglin, non sans mal. Sur place, tout semble accuser un sourd-muet aveugle découvert penché sur le corps du chef, un couteau ensanglanté à la main, Moen. Il reviendra à Fidelma de démêler les fils d'une histoire plus compliquée...

    Le cinquième volume des aventures de soeur Fidelma marque peut-être un petit recul par rapport aux tomes précédents, et ce pour plusieurs raisons. D'abord, on ne retrouve pas la combinaison qui a pu faire le succès d'un tome comme le quatrième : force de l'enquête policière et importance du contexte historique. Ici, le second est réduit à la portion congrue puisque l'enjeu est éminemment local, et l'enquête policière est un peu trop simple (on découvre assez facilement l'identité du meurtrier). Enfin, le défaut que je soulevais la dernière fois est encore présent (Eglise irlandaise et Irlande de manière générale placées par l'auteur dans la position des "gentils" contre la "méchante" Eglise de Rome et ses sbires dans les autres royaumes irlandais), ce qui n'aide pas à rattraper l'ensemble.

    Autre problème aussi : la traduction française a bien repris la carte du royaume de Muman et de ses frontières fourni par l'auteur, mais malheureusement, si on repérait bien les lieux de l'action dans les volumes précédents, ici, on doit s'orienter au jugé. Manifestement on est vers la côte sud du royaume de Muman, peut-être au sud/sud-ouest de Lios Mhor, mais impossible d'être plus précis. D'autant que contrairement à d'autres séries de la même collection, il n'y a aucune carte avec une échelle plus réduite (région, localité, etc). C'est un peu dommage. Heureusement le sixième tome n'est pas de la même veine, l'essoufflement est donc passager !




    0 0

    Juillet 666 ap. J.-C. . Fidelma et Eadulf sont mandatés par le roi de Muman, Colgu, pour discuter de l'installation d'une école et d'une église chrétiennes sur le territoire du clan de Duibhne, dirigé par Laisre, qui reste païen. En arrivant dans la vallée menant à la forteresse du clan, ils découvrent 33 cadavres de religieux disposés selon un rituel païen des plus cruels supposé disparu, la mort aux trois visages. Ce charmant accueil n'empêche cependant pas Fidelma de poursuivre sa mission pour mener désormais deux objectifs différents : l'ambassade et la résolution du massacre...

    Le sixième volet des aventures de Fidelma rattrape largement le précédent qui se situait un ton en-dessous. D'abord parce que l'auteur prend pour la première fois la peine de consacrer quelques pages, au début du livre, au contexte historique, notamment pour présenter l'Irlande du VIIème siècle.

    Mais aussi parce que cette fois, intrigue policière et perspective historique vont de pair pour donner un excellent résultat. L'enquête est assez difficile à démêler (je n'ai pas retrouvé la solution avant le dénouement) et l'histoire met pour la première fois Fidelma aux prises avec un autre royaume hostile à Muman, les Ui Neill du Nord et leur séide, l'archevêque d'Armagh (on avait déjà vu Fidelma affronter le royaume voisin de Muman, Laigin, dans le troisième tome, Les trois royaumes). C'est donc un très bon tome de la série, avec un sujet intéressant (relation entre paganisme et christianisme, entre Eglise romaine et Eglise irlandaise).

    Au chapitre des regrets, on notera la carte toujours imprécise ici pour se repérer (on est à l'ouest de Cashel, la capitale de Muman, mais où exactement ? Impossible de le dire). Le défaut concernant le rapport entre Eglise romaine et Eglise irlandaise est pour une fois traité de manière un peu plus subtile que dans certains tomes précédents : une bonne chose.




    0 0

    Comme son nom l'indique, la collection Idées reçues du Cavalier Bleu vise à démonter quelques lieux communs sur un  thème donné, en les prenant comme point de départ pour expliquer ensuite leurs origines et le fait qu'ils ont la vie dure... sur les premiers chrétiens, ce sont deux historiens qui s'y collent : Bertrand Lançon, maître de conférences en histoire ancienne en Bretagne, spécialiste de l'Antiquité Tardive à l'époque (aujourd'hui il enseigne à l'université de Limoges), et Tiphaine Moreau, qui oeuvre sur la même période en Bretagne également.

    Comme ils le soulignent en introduction, la notion de "premiers chrétiens" elle-même est "élastique". Ici les deux auteurs parlent des chrétiens des quatre ou cinq premiers siècles. Les représentations sur les premiers chrétiens sont alimentées par les sociétés et les représentations de chaque époque de l'histoire.

    Le petit ouvrage, de la taille d'un Que Sais-Je, se divise en 5 parties. La première revient sur les "premiers temps". Les chrétiens, terme qui apparaît d'ailleurs plusieurs années après la mort du Christ, désigne d'abord les partisans du Christ, les apôtres, les disciples, les croyants. Un groupe hétéroclite encore fortement marqué par le judaïsme. C'est après la mort des apôtres que le besoin se ressent de fixer l'enseignement de Jésus (les Evangiles). La représentation du Christ avec la barbe (symbole de sagesse) et les cheveux longs s'impose au fur et à mesure de l'Antiquité Tardive en particulier. Les Evangiles n'apparaissent pas tout de suite, comme on l'a dit : ils répondent à un besoin de mémoire, qui se complète ensuite par la doxa, fixée progressivement. Paul n'est pas le fondateur du christianisme : la religion continue lentement de se mettre en place.



    La deuxième partie répond aux lieux communs sur les modes de vie. La langue du christianisme, au départ, n'est certainement pas le latin, mais davantage l'araméen et l'hébreu. Ce n'est qu'en sortant de Judée que les disciples de Jésus doivent utiliser d'autres langues : syriaque, copte, arménien, puis le latin et le grec. Ce dernier s'impose, y compris en Occident, jusqu'au IVème siècle. Les premiers chrétiens n'étaient pas forcément pauvres ou misérables : ils condamnaient la mauvaise utilisation de la richesse (nuance subtile). La charité, via la richesse, peut offrir le salut. Les premiers chrétiens formaient en réalité une société composite. Les catacombes sont des cimetières souterrains (petite erreur des auteurs ici ; ce n'est pas dans Ben Hur mais dans Quo Vadis que l'on voit les chrétiens du Ier siècle se réunir dans une catacombe... et encore). Les catacombes ne sont d'ailleurs pas exclusivement chrétiennes, même si l'inhumation prend une ampleur sans précédent à partir de Constantin. Comme la pratique est abandonnée dès le VIème siècle, dès cette époque, on commence à croire que les catacombes abritaient des réunions clandestines et des corps de martyrs. Le baptême, au départ, n'est pas donné à la naissance mais aux adultes. Au départ également, pas d'églises, mais des réunions dans des demeures privées, puis des édifices qui calquent le plan des basiliques romaines. Les constructions d'églises se multiplient du IIème au IVème siècle.

    Sur les valeurs chrétiennes, la place de la femme n'est pas forcément inférieure, puisque Paul lui reconnaît le droit de prier ou de prophétiser durant les assemblées. Mais dans le quotidien, elle reste bien dans une situation subalterne. Au IVème siècle, les femmes sont même à l'avant-garde du christianisme. La vision négative qui s'attache aux femmes n'apparaît que bien plus tard, au VIème siècle. Les chrétiens des premiers siècles ne sont pas forcément des ascètes, mais leurs penseurs condamnent les excès, et le modèle monastique s'impose de plus en plus, notamment au Vème siècle. Les chrétiens ont la possibilité d'échapper au service militaire puisque l'armée romaine recrute sur volontariat. Il y a peu de martyrs militaires, sauf sous Dioclétien. Le problème est d'abord celui du serment prêté à l'empereur et aux dieux ; puis au IVème siècle s'impose celui de l'acte de tuer. Quand les empereurs deviennent chrétiens, on bâtit alors le principe de "guerre juste". Sur le sexe, les premiers chrétiens encouragent surtout une maîtrise des sens, même si le modèle monastique raidit les positions à partir du IIIème siècle.

    La quatrième partie traite des rapports avec l'Empire romain. Les chrétiens sont d'abord persécutés par les Juifs, puis par les Romains, qui ne comprennent pas vraiment au départ ce qu'est le christianisme. C'est ensuite que les chrétiens recherchent le martyre. Le christianisme ne s'impose pas avec Constantin. Celui-ci visait surtout à l'unité religieuse. Depuis Gibbon, on pense que le christianisme est responsable de l'effondrement de l'Empire romain d'Occident en 476. Or les causes sont multiples : mais l'Eglise ayant survécu, elle faisait un symbole facile, alors qu'elle représente surtout l'évolution de l'Empire des derniers siècles. Les chrétiens sont certes minoritaires au départ, mais faute de chiffres fiables, impossible d'être plus précis. C'est un faux problème. Plus intéressant est le fait que les chrétiens soient rapidement présents dans les hautes sphères du pouvoir romain, un tournant survenant au IVème siècle.

    Dans la dernière partie, on voit une culture métissée. Le christianisme n'est pas le seul à avoir "fondé" l'Occident. Le christianisme emprunte au judaïsme mais aussi au paganisme. Il n'a pas détruit la culture antique, il l'a prolongée. Le culte des saints apparaît massivement au Vème siècle seulement et n'a remplacé celui des dieux païens. Au départ les chrétiens répugnent d'ailleurs à se servir des anciens temples. Les chrétiens n'étaient pas une secte qui a triomphé : ils formaient des communautés où il existait parfois des sectes, celles-ci étant définies comme hérétiques par les grands conciles des IVème-Vème siècles. L'iconographie des premiers chrétiens est diverse, non dominée par la croix  (supplice romain infâmant), le poisson étant dominant dans les trois premiers siècles. La croix s'impose avec Constantin, et le chrisme, la découverte de la Vraie Croix par sa mère Hélène, l'insistance sur la souffrance et le caractère humain du Christ.

    En conclusion, les deux auteurs soulignent que les chrétiens sont aussi, d'abord, des Romains, par acculturation progressive. Ils ont infléchi le cours de l'Empire en étant issus du monde juif et en évoluant dans des institutions et une culture gréco-romaines. L'identité chrétienne est donc multiple. Comme de coutume, on trouvera, p.126127, une bibliographie indicative pour creuser la question. Un petit opuscule bien commode pour se débarrasser de quelques idées reçues sur le christianisme des premiers temps.




    0 0

    Rémy Porte est officier supérieur d'active, désormais habilité à diriger des recherches, et spécialiste de la Première Guerre mondiale. Il y a consacré de nombreux ouvrages, dont cette récente biographie de Joffre parue en février dernier. Je l'avais d'ailleurs interrogé alors pour le blog L'autre côté de la colline.

    En introduction, l'historien souligne combien la figure de Joffre est ambivalente. Adulé après le "miracle de la Marne", il est pourtant l'objet de vives critiques dès 1911. La "légende noire", qui démarre en particulier à partir des années 1950, s'est depuis affirmée. C'est d'ailleurs après la lecture d'un ouvrage polémique, L'âne qui commandait à des lions, paru en 2004, que R. Porte a eu l'envie de se pencher sur le personnage. Le ton est donné : l'historien traitera du généralissime, du chef militaire, remis dans son contexte. Joffre n'était pas charismatique, ni exubérant : il réfléchit, il pèse les avantages et les inconvénients d'une décision, il fait preuve de sang-froid. Rémy Porte utilise en priorité les sources officielles (de l'armée), les témoignages contemporains relatifs au maréchal, ses écrits, les autres biographies. Pour l'auteur, Joffre est d'abord l'héritier de l'époque qui l'a vu naître, la seconde moitié du XIXème siècle : Second Empire, défaite de 1870-1871 en particulier.



    Joffre est né en 1852 dans le village de Rivesaltes, près de Perpignan. Il n'est pas le fils de pauvres paysans qu'en feront plus tard ses hagiographes, ni descendant d'une famille d'illustres guerriers. Son père est un viticulteur et négociant qui n'est pas miséreux. Joffre restera très attaché à sa famille et à son lieu de naissance. Il vient au monde à peine un mois après le coup d'Etat du 2 décembre 1851, qui a permis à Louis-Napoléon Bonaparte de prendre le pouvoir -la IIème République a-t-elle été si peu défendue que l'affirme R. Porte p.31 ? On pourrait en discuter. Enfant taciturne, Joffre ne commence à se distinguer à l'école qu'en 1867-1868, ce qui lui vaut de pouvoir entrer à Polytechnique, établissement militarisé qui forme les armes savantes. Il finit sa première année, pas trop mal classé, alors que se déclenche la guerre avec la Prusse. Propulsé dans l'artillerie, comme ses camarades, par le gouvernement provisoire, son expérience militaire pendant le conflit reste des plus limitées. Il ne rejoint pas la Commune, regagne Rivesaltes, puis Paris après l'écrasement de celle-ci. A sa sortie de l'Ecole, comme il n'est pas dans le peloton de tête, il choisit le génie.

    Il est affecté au 2ème régiment du génie à Montpellier. Il devient franc-maçon, se marie une première fois avec la soeur d'un camarade de Polytechnique en 1873, qui décède l'année suivante. Affecté au 1er régiment du génie de Versailles, il participe à la mise en état de défense de Paris et ses alentours. Promu capitaine en 1878, il n'est pas particulièrement bien noté. Il travaille aux fortifications en Franche-Comté, puis rejoint à nouveau Montpellier, et les Pyrénées. Après avoir servi au ministère de la Guerre pour son arme, il est nommé chef de bataillon en mai 1889 et professeur de fortifications à l'école de Fontainebleau. Il alterne d'ailleurs missions en métropole et séjours en outre-mer, participe à la rédaction d'un règlement du génie en 1897, puis prend la tête du 5ème régiment du génie à Versailles en 1899.

    En 1884, il s'est porté volontaire pour servir en Extrême-Orient sous les ordres de l'amiral Courbet. Il sert d'abord dans les opérations contre Formose et la Chine, puis en Indochine : il est chef du génie à Hanoï en juillet 1885. Il y rencontre de futurs généraux de la Grande Guerre comment Franchet d'Esperey. Il contribue au siège de Ba Dinh, mais participe aussi à la mise en valeur du territoire pour le colonisateur. En 1892, il est au Soudan, où il participe à la marche de l'armée française sur Tombouctou, où périt le lieutenant-colonel Bonnier. En 1900, il embarque pour Madagascar où il chapeaute le port de Diego-Suarez, sous l'autorité de Galliéni. Il prépare les installations de la troupe et les fortifications du site. Nommé général de brigade en octobre 1901, il a même le privilège de donner son nom à une ville au nord de Madagascar... son parcours montre déjà un calme devant l'adversité et des talents d'organisateur.

    De retour en métropole au printemps 1903, il commande la 19ème brigade d'artillerie de Vincennes, puis il est directeur du génie au ministère de la Guerre en 1904, promu général de division en mars 1905. La même année, il épouse Henriette Penon. En 1906, commandant la 6ème division d'infanterie, il est membre des comités techniques du génie et des troupes coloniales. Son officier d'ordonnance est un certain capitaine Gamelin. En 1908, il prend la tête du 2ème corps d'armée, et des rumeurs mauvaises circulent déjà sur lui. En février 1910, il devient le plus jeune membre du Conseil Supérieur de la Guerre (CSG).

    Quand Joffre est nommé chef d'état-major de l'armée en juillet 1911, il est peu connu, alors même que l'armée française traverse une crise. Les affaires politiques, l'organisation de l'armée, les manoeuvres, font que beaucoup d'éléments sont remis en cause. La situation est tendue au Maroc avec l'Allemagne. Sur la question des réserves de l'armée française, Joffre est plutôt d'avis de s'en servir une fois qu'elles seront bien formées, ce qui nécessitera plusieurs semaines au minimum en cas de conflit. Joffre remplace le général Michel parce qu'il a un parcours assez complet, parce qu'il est acceptable politiquement et parce qu'il a démontré des talents d'organisateur. Il choisit comme adjoint le général de Castelnau, pourtant catholique, ce qui fait grincer des dents. La réorganisation du haut-commandement de l'armée française ne donne pas à Joffre les pleins pouvoirs, contrairement à ce que l'on a dit. Joffre sait que l'armée française est loin d'être prête en cas de guerre avec l'Allemagne : il envisage même d'entrer en Belgique le premier pour déjouer l'offensive allemande.

    Il tente d'améliorer l'organisation de l'armée en s'appuyant sur quelques subordonnés de confiance, Castelnau puis Berthelot à partir de janvier 1914. Sur la question des effectifs, Joffre privilégie l'allongement du service militaire à trois ans sur la formation de réserves. Après un vif débat politique, où Joffre, qui n'était pas au départ favorable à la mesure selon Rémy Porte, est intervenu personnellement, la loi des trois ans est finalement adoptée en 1913. Dès 1912, Joffre commence à élaguer le corps des officiers généraux et tente de donner davantage de réalisme aux manoeuvres. Il met au point le premier plan d'engagement de l'armée française en cas de conflit, le fameux plan XVII, héritier de toute une série de plans depuis 1875. Tributaire de la planification existante, il insiste en particulier sur les problèmes de mobilisation, de concentration et de couverture. Il remonte le dispositif vers le nord et tient compte des informations obtenues selon lesquelles les Allemands passeraient par la Belgique. Joffre partage avec d'autres la responsabilité d'avoir sous-estimé l'emploi de leurs réserves par les Allemands. Sur le plan technique, Joffre essaie de promouvoir l'artillerie lourde face au canon de campagne de 75, sans grand succès. En revanche, il favorise la naissance de l'aéronautique militaire dès 1912. Rémy Porte récuse aussi l'idée selon laquelle Joffre a contribué à propager le fameux dogme de "l'offensive à outrance" mis en avant par Grandmaison. En outre les moyens pour l'instruction collective de la troupe, en grandes unités, manquent aussi. Joffre s'implique dans la relation avec la Russie, dans celle, plus tardive, avec l'Angleterre. Pour l'historien, le bilan du chef d'état-major et du futur généralissime entre 1911 et 1914 est significatif.

    Joffre est critiqué, en 1914, par les politiques, dont certains veulent son remplacement. Avec l'assassinat de François-Ferdinand le 28 juin, la crise s'accélère fin juillet. Avec la déclaration de guerre de l'Autriche-Hongrie à la Serbie, Joffre est sur les dents. La mécanique de la mobilisation s'enclenche le 1er août. Le lendemain, les Allemands pénètrent au Luxembourg et en Belgique, entraînant le déclenchement du plan français.

    Au GQG de l'armée française, Joffre mène une vie quasi monacale. La sous-estimation des réserves allemandes produit son effet : Joffre se demande si attaquer au centre est la bonne solution, alors que l'offensive a commencé en Alsace et que les Allemands avancent via la Belgique. L'offensive est rapidement enlisée en Alsace, tandis que la "bataille des frontières"est perdue par les Français en raison des problèmes de renseignement et de défauts d'exécution dans le commandement. L'incompréhension est de mise, au départ, entre les Français et le corps expéditionnaire britannique débarqué après l'invasion de la Belgique par les Allemands, ce qui pousse Joffre à penser qu'une coordination plus étroite doit être instaurée dans une guerre de coalition. Début septembre, le plan de Joffre a donc bien été mis en échec. Concernant les pertes très importantes subies dans les premières semaines, Rémy Porte en dédouanne Joffre et reporte la faute sur les officiers subalternes qui ont lancé des charges folles.

    En août 1914, il a fallu rappeler d'urgence des généraux âgés car le corps des généraux était insuffisant pour pourvoir à l'encadrement de toutes les unités. On s'explique mieux certaines lacunes dans le commandement et les limogeages rapidement entrepris par Joffre, dont plusieurs suite à des attaques ayant entraîné de très lourdes pertes. Le GQG doit pallier à l'incapacité du gouvernement, temporairement replié à Bordeaux, d'assumer certaines fonctions. Joffre reçoit des ambassadeurs, contacte les alliés. Le flou règne sur la conduite générale de la guerre, normalement du ressort politique, et la direction des opérations, qui tient du militaire. Joffre est méfiant face au président du Conseil et au président de la République. Un conflit de compétences oppose Joffre à Galliéni, nommé gouverneur militaire de Paris.

    La contre-attaque sur la Marne est montée sur plusieurs jours, Joffre recevant autorité sur Paris le 2 septembre et conversant avec French, de la BEF, le 5. Le généralissime est encore l'objet de critiques, mais la manoeuvre a été longuement réfléchie. Joffre pense à l'échelle de tout le front : il cède du terrain contre du temps pour planifier la contre-offensive. La poursuite contre les Allemands en retraite finit par s'enliser, faute d'obus d'artillerie et face aux premiers retranchements édifiés par l'adversaire. Joffre fait la tournée des commandants en octobre. La course à la mer s'achève à la mi-novembre, alors que la popularité de Joffre grandit dans l'opinion publique.

    L'année 1915 est celle des grandes offensives françaises, très meurtrières. Joffre accepte les pertes humaines entraînées par ses responsabilités, même s'il les regrette parfois. Dans la propagande orchestrée par les catholiques, il est même associé à une forme de sauveur, pour le "miracle" de la Marne ! Comme il ne peut visiter tous ses subordonnés au front, il en charge ses jeunes officiers du GQG, que l'on surnomme par dérision les "Jeunes Turcs". Le GQG, en raison des exigences de la guerre moderne, enfle, et donne prise à toutes les rumeurs. Deux services en particulier gonflent beaucoup  : celui de la motorisation de Doumenc et celui de l'aéronautique d'abord dirigé par Barès. Joffre apportera aussi son appui au colonel Estienne, précurseur des chars. Dès février 1915, il fait attaquer en Artois et en Champagne, pressé par les politiques selon Rémy Porte, et aussi pour soutenir la Russie puis l'Italie tout juste entrée dans la guerre. Il y aurait en quelque sorte une "obligation"à l'offensive, vu la nature du front. A l'automne, une nouvelle offensive, renforcée d'artillerie lourde, ne débouche toujours pas : les pertes se comptent en centaines de milliers.

    Joffre est en position d'occuper un commandement inter-allié. Si les relations sont bonnes avec les généraux anglais, elles se tendent avec le gouvernement. La coopération inter-alliée ne débouche vraiment qu'en décembre 1915. Les généraux français commencent à critiquer l'action du général en chef tandis que les parlementaires tentent de réinstaurer une forme de contrôle sur l'armée. Galliéni, Lanrezac et Castelnau ont fait part de leurs réserves sur les choix de Joffre. C'est d'abord un choc de personnalités. Mais Millerand, le ministre de la Guerre, et Viviani, président du Conseil, doivent défendre le commandant en chef. Joffre ne cède pas aux politiques, se met à dos le général Sarrail, qui commande l'armée d'Orient. La situation se tend davantage quand Galliéni devient ministre de la Guerre. Pourtant Joffre, en décembre 1915, parvient à faire prévaloir l'idée d'offensives alliées coordonnées.

    L'année 1916 est la plus difficile pour Joffre. Pourtant la troupe et les officiers se sont renouvelés. Les nouveaux règlements tiennent compte de l'expérience des deux premières années de conflit. Cependant, le choc de Verdun est dur. Joffre doit dégarnir les forces prévues pour l'offensive sur la Somme. Il se heurte à Pétain qui exige le renforcement de la défense à Verdun et qui en recueille plus tard les lauriers. L'offensive sur la Somme, au départ, connaît un certain succès. En revanche, dès 1915, Joffre s'est toujours opposé à la distraction de forces françaises trop importantes sur les théâtres périphériques, en Méditerranée notamment. Critiqué, Joffre peut défendre un certain bilan pour l'année 1916 ; même si Broussilov ne suit pas forcément ses directives, comme il est dit à la p.326, l'offensive Broussilov de 1916 doit quelque chose, en partie, à l'expérience française transmise par des instructeurs. La chute de Joffre intervient entre le 28 novembre et le 7 décembre 1916. Nommé maréchal, Joffre est remplacé par Nivelle, qui s'est fait une réputation à Verdun. Joffre se fait discret, tout comme l'est sa nomination au maréchalat, faite en privé.

    A partir de janvier 1917, Joffre s'installe dans une aile de l'école militaire. Après l'entrée en guerre des Etats-Unis, il part avec Viviani en tournée dans le pays. Très populaire, le maréchal renforce ainsi la coopération franco-américaine. Ler 1er juin, il est d'ailleurs nommé inspecteur des troupes américaines en France. Joffre appuie plus tard la promotion de Foch comme commandant suprême interallié. Le 14 février 1918, il est élu à l'Académie Française, et en août, le Canada donne son nom à une montagne.

    Le 14 juillet 1919, Joffre ouvre le défilé de la victoire avec Foch. Il reste au Conseil Supérieur de Guerre jusqu'à sa mort en 1931. Il fait de nombreux voyages pour représenter la France à l'étranger. Il est fréquemment sur Le Cygne, sa péniche installée au bord de la Seine. Sa dernière apparition publique date de 1930. Après sa mort, il reçoit des funérailles nationales. Des dizaines de milliers de personnes se succèdent devant son cercueil à l'Ecole militaire. Les hommages sont nombreux. Joffre, à sa demande, n'est pas inhumé aux Invalides mais dans propriété familiale.

    En conclusion, Rémy Porte souligne que Joffre a été victime d'une légende noire, favorisée par ses adversaires, alors que sa popularité ne se dément pas pendant longtemps. Des pans de sa carrière, comme l'expérience aux colonies, sont oubliés. Il a réorganisé le dispositif français après les premiers revers, a promu le commandement inter-allié, a appuyé l'offensive, seul moyen selon lui d'emporter la décision. L'historien compare même Joffre à Churchill, tous les deux ayant tenu leur place dans les moments graves, en dépit d'erreurs d'appréciation.

    Cette biographie, bien que son auteur s'en défende en introduction tout en le concédant un peu aussi, prend tout de même la forme d'une réhabilitation de Joffre. On peut le voir dans les longs passages que l'historien consacre à défendre le personnage sur les questions qui font débat (avant et pendant la guerre) et à la place très importante consacrée au chapitre sur la préparation de la guerre (pas loin de 60 pages), qui fait figure, pour Rémy Porte, d'actif au bilan de Joffre. A contrario, l'historien passe plus rapidement sur les moments ou les décisions plus délicats pour le généralissime : la sous-estimation des réserves allemandes avant la guerre et jusqu'à l'été 1914, et peut-être surtout les offensives de 1915, où les arguments ne sont pas toujours convaincants quant à la pertinence des choix face au bilan. Pour résumer, je trouve que l'auteur est plutôt convaincant dans la démonstration du choix de Joffre comme commandant suprême et la réhabilitation en ce qui concerne la préparation de la guerre, en 1911-1914, mais moins dans la justification de certaines erreurs ou déficiences commises par le généralissime en 1914-1915. Assez étrangement, alors qu'on aurait pu l'attendre, la biographie ne se termine pas sur une évocation de l'historiographie et de la mémoire de Joffre depuis sa mort, qui est évoquée en introduction et dans les dernières pages ; c'est d'autant plus dommage que dès les p.14-15, Rémy Porte se place, d'une certaine façon, historiographiquement, en annonçant son attention de traiter du généralissime, et non des "populations civiles, femmes, enfants, victimes et sans-grade" ni de "l'histoire sociale des soldats". La posture se retrouve dans les dernières lignes de la conclusion puisque p.374, Rémy Porte cite un ouvrage consacré à la mémoire de la Grande Guerre à l'occasion du centenaire et qui, à son grand regret, ne cite qu'une seule fois Joffre. Il aurait donc peut-être été bienvenu de proposer un point historiographique du maréchal, afin de préciser les évolutions quant à sa mémoire, la construction d'une hagiographie et d'une légende noire, et les points actuels du débat historiographique (que l'on devine néanmoins largement dans le texte). Rémy Porte y a en partie répondu dans une de mes questions pour le blog L'autre côté de la colline. Enfin, au fil des pages, particulièrement sur la période où Joffre est général en chef, on sent poindre parfois une grande distance ou méfiance de l'auteur vis-à-vis du monde politique de l'époque, qui n'apparaît pas dans la biographie sous son meilleur jour. Pourtant, Joffre a aussi su s'associer à des politiques pour faire progresser ses idées. Ces réserves émises, il n'en demeure pas moins que l'ouvrage permet de mieux comprendre le personnage dans sa globalité, en balayant des pans oubliés comme la carrière coloniale ou la période de sa jeunesse : il est donc stimulant. La bibliographie, surtout francophone mais qui comprend aussi des ouvrages étrangers, est assez consistante ; les notes en revanche le sont moins, comme souvent dans les biographies des éditions Perrin. Une carte ou deux auraient été bienvenues pour suivre au moins les grandes phases de la guerre à l'ouest (il n'y pas non plus de livret d'illustrations central). Au final, le travail de Rémy Porte brosse le portrait d'un Joffre qui n'est pas limité à la seule Première Guerre mondiale, mais comprend toute sa carrière, ce qui constitue sans doute sa principale qualité. On n'est pas obligé, en revanche, de partager toutes ses conclusions quant à la responsabilit, aux choix ou sur la réhabilitation de Joffre sur certaines décisions importantes et contestées, en particulier durant le conflit.





    0 0

    Septembre 666 ap. J.-C. . Dans le sanctuaire d'Imleach, lieu saint du royaume de Muman, les reliques du vénérable saint Ailbe disparaissent subitement. Peu de temps après, à Cashel, la capitale du royaume, le roi Colgu fait son entrée accompagné du prince des Ui Fidgente, Donennach, pour conclure des négociations de paix. Mais alors qu'ils parcourent les rues de Cashel, ils sont tous les deux blessés par un archer qui manque de tuer le roi. Les meurtriers sont aussitôt abattus par la garde de Donennach. Devant un tel faisceau d'événements et d'énigmes, Fidelma, la soeur de Colgu et avocate irlandaise, est chargée par le souverain de faire la lumière sur l'attentat, accompagnée de son inséparable ami, frère Eadulf...

    Le septième volume des enquêtes de soeur Fidelma confirme la bonne pente reprise par la série au tome précédent. Ici, tous les ingrédients se mêlent pour faire un bon volume. Non seulement le contexte historique joue son rôle, mais l'enquête est intéressante et l'auteur manifeste de nouveau davantage de subtilité quant aux conflits entre royaumes irlandais et Eglise romaine et irlandaise. On retrouve ici les Ui Fidgente, clan de Muman révolté et vaincu par le roi Colgu dans La Ruse du Serpent. Les Ui Neil du nord ne sont également pas très loin, après être apparus pour la première fois au tome précédent. D'ailleurs c'est un des volumes les plus épais de la série.

    Si Peter Tremayne reproduit encore son introduction historique à propos de l'Irlande du Dark Age, en revanche, malheureusement, la carte reste toujours la même et donc insuffisante.




    0 0

    In Syria, the Saudi contingent is distinguished by the fact that it provides a number of leaders of armed groups and many candidates for kamikazes attacks1. Last December, we saw a young man of 17, Mouaz al-Maataq, who arrived in Syria. Abdul Aziz al-Othman was probably one of the first Saudis to land on the battlefield. It is part of the leadership of al-Nosra and he died in al-Shaddadi in the province of Hasakah, with another Saudi, Omar al-Mouhaisini, apparently in a car accident. We know he was close to Golani, the head of al-Nosra. Presumably the Saudis veterans of al Qaeda or Afghanistan established the first cells in Syria. Abu Khalid as-Suri, an important figure of jihadism, have participated in the formation of the first Islamic battalion ; we know that later Zawahiri has chosen him as an arbitrator in the dispute between al-Nosra and ISIS. Souri obviously played an important role, from May 2011, in the formation of the movement that became Ahrar al-Sham, today one of the most powerful group of Islamic Front; Saudis joined rather then al-Nosra.

     

    Suri was killed February 23, 2014 in a suicide bombing near Aleppo, attributed to ISIS. His real name was Mohammed al-Bahaiya, he was born in 1963 in Aleppo. Before the Syrian conflict, he was best known for being close to Abu Musab al-Suri, another Aleppin. The two men had left Syria after the crushing of the revolt of the Muslim Brotherhood in 1982 by Hafez al-Assad. They had contributed to the creation of media and training camps in Afghanistan in the 1990's. They were close to bin Laden and but are also distinguished occasionally in supporting Mullah Omar and declaring in 1999 to not be members of al-Qaeda. By personal and remittances contacts, yet they are linked to terrorist attacks in Madrid in March 2004. Abu Musab is taken by the Pakistanis and Americans in 2005 and ends in Syrian jails, perhaps accompanied by Abu Khalid. In May 2013, however, it is the latter that Zawahiri chose as his emissary to settle the dispute between the nascent ISIS and al-Nosra2. Abu Khalid was then part of the leadership of the Ahrar al-Sham group, one of the most powerful of the Syrian uprising, now part of the Islamic Front, which is composed of many Salafi imprisoned before the revolution in central Sednaya prison north of Damascus, including those having fought in Iraq. There are even framed in Ahrar al-Sham veterans of the failed uprising of the Muslim Brotherhood against the Syrian regime between 1979 and 1982, including his fighter wing, the Fighting Vanguard, as Abu Khalid. The involvement of the latter in Ahrar al-Sham shows especially links that may arise between a "local"armed group and members of the "global" jihad as Abu Khalid3.

    It is also known that Sheikh Abdel Wahed, "Hawk of the Jihad" is one of the first Afghan veterans arrived in Syria after the outbreak of the insurrection. Set in the mountains of Latakia, he founded the Suqur al-Izz al-Makki al-Bawardi group, which quickly attracted major figures of the Afghan jihad, Abdel Malak al-Ihsa'i (Abu Leen), Zaid (Abu Ammar) and Abu Muhammad al-Halabi, men of the first generation who have spent 25 years fighting-from Afghanistan to Iraq through Bosnia and Chechnya and who all perished in Syria. Suqur al-Izz also had the task of hosting migrants from the Turkish border before they are divided into battalions. Suqur al-Izz, down funding from the Gulf in particular, preferred rallied al-Nosra January 13, 2014, ten days after the outbreak of fighting against ISIS. The group, which operates in the province of Latakia, participated in the offensive against Kessab from March 21, 2014 ; it now appears more like a front screen for al-Nosra and al-Qaeda, in the same way that the Harakat al-Sham group in the same region, which is itself composed of Moroccans4. Najmeddine Azad, who had fought with bin Laden in Afghanistan, is also coming to Syria despite his leg, as Fayez al-Mitab, which hosted bin Laden in his home in Saudi Arabia. Convoys of Saudi jihadists have become even more important with the creation of al-Nosra and the use of suicide attacks. Abdul Hakim al-Muwahad, yet forbidden of travel by Saudi authorities, also left to Syria, where he became the coordinator to attract Saudis to wage jihad and let them cross the border, avoiding security services.



    Le drapeau du groupe Suqur al-Izz.-Source : http://azelin.files.wordpress.com/2013/12/untitled44.png?w=300&h=166

    Ayad al-Shahrani, un martyr saoudien de Suqur al-Izz.-Source : http://azelin.files.wordpress.com/2013/12/untitled55.png?w=300&h=168



    This is not the first jihadist banned by the Saudi authorities who left to Syria. Abdullah bin al-Otaibi, Qaed Badr bin Ajab Mqati, al-Abdulla al-Sudairi, Uqab Mamdouh Marzouki, have also, as dozens more, all left by Riyadh airport as they say on Twitter. Sibaie was killed in August 2013 in Jobar near Damascus, but his brother Suleiman joined the jihad, he had lent his passport and papers to his brother, proof that he was able to get new ones. The amazing thing is that the Saudis who are protesting against the regime in Saudi Arabia or participating in sit-in for the release of political prisoners now join the jihad in Syria. Often, moreover, it was after they was arrested and detained and released only after two or three weeks these opponents leave to this new land of jihad. Without combat experience, many are killed quickly, as Mohammed al-Taleq who died only five days after his arrival. We also know that some jihadists returned temporarily in Saudi Arabia for short "vacation", before returning to Syria. Since autumn 2013, the recruitment is obviously no more limited to disadvantaged classes but also relates to the middle class and even the stratum just below the Saudi princes. Many preachers arrived in Syria, and even army officers or their parents. Nayef al-Shammari, a commander of the Saudi Border Guard, was killed in Deir Attiyeh in December 2013. Motlaq al-Motlaq is killed in Aleppo, he was the son of General Abdullah al-Sudairi Motlaq, the officers center's director. He supported the jihad since 2012 by collecting funds. His uncle, the brother of the general, is part of the leadership of jihadist groups in Syria.


    Nayef al-Shammari.-Source : http://humanrightsactivists.files.wordpress.com/2013/07/1075713_424566027658763_1741033142_n.jpg



    For Meir Amit Center, in his study of foreign fighters from the insurgency in the Arab world in early 2014, the Saudis are one of the largest groups, with nearly a thousand men in Syria, a figure confirmed by the authorities last February5. Most serve in al-Nosra or ISIS. In June 2013, the bodies of 70 Saudis, including three women, killed in Syria, were repatriated to Saudi Arabia. An unofficial site has so far identified 223 Saudis killed in this land of jihad, which gives an idea of the commitment of this population in the Syrian conflict, into rebel side. Most come from Turkey to Syria after shipped by plane at the airport in Riyadh. Only a few come by terrestrial journey to the border of Jordan. Saudi fighters come from all over the kingdom, but the central region of Al-Qassim and its capital, Buraidah, excel. The demonstrations against the government were common in this region. Another area that provides volunteers is that of Al-Jawf, close to the Jordanian border. The number of veterans of Afghanistan and Iraq is incomparably smaller than the mass of volunteers with no military experience. Moreover, many Saudis are used by al-Nosra or ISIS for kamikaze attacks. Suleiman Subai'i Saud, a Saudi fighter, 25, was part of ISIS, he was arrested upon his return to Saudi Arabia. He then reflected on television March 5th, 2014 : according to him, most executives are Iraqis or Saudis in ISIS. He refused several times to record a video to call for the Saudis to join the Syrian jihad. In addition, he said that the Saudis are fighting in the front line. There are at least 11 Saudis who carried out suicide bombings there in 2013.

    Saudi Arabia supported armed groups in Syria from the label "Free Syrian Army" or Islamist groups among the Syrian uprising. Behind the Assad regime is especially Iran, the largest regional rival, which is covered by Saudi Arabia. However, Saudi fighters veterans from Syrian jihad may well pose a threat to the kingdom, as were those returning from Afghanistan in the 1990's. Early May 2014, the security services have dismantled a network and preparing attacks, in conjunction with ISIS and jihadists in Yemen. Saudi authorities are aware of the problem as early as spring 2013, but accelerate measures to the end of 2013 and in the first months of 2014. In December 2013, a new anti-terrorism law is adopted, then, February 3, 2014, a royal decree prohibits the Saudis to fight in foreign wars, and calls those who have already left to return to their country.

    Aaron Zelin, author of a recent article about the Saudi contingent, says jihad in Syria differs significantly, for example, that in Afghanistan against the Soviets, as it includes almost exclusively fighters6. The Saudis made up the bulk of the foreign contingent in Afghanistan and Chechnya, to a lesser extent in Bosnia. In Iraq from June 2003 to June 2005, a study also points out that the Saudis constitute 55% of foreign fighters ... followed by the Syrians. Document capture from al-Qaida in Iraq again shows that the Saudis are more than 40% of foreigners between August 2006 and August 2007. Aaron Zelin has counted at least 300 fatalities Saudi Syria since the beginning conflict to late February 2014, one of the highest figures for foreign fighters. So there would be at least 600 Saudis in Syria and Iraq, since ISIS straddles the two states. The strong presence of the Saudis is proven since 2013. Initially, it was mainly combatants neighboring countries, veterans of fighting in Iraq against the Americans, who left to Syria (Lebanese, Jordanians, Iraqis). In 2012, we especially note the importance of Libyans and Tunisians, two countries that have completed their revolution and chased dictatorial regimes. For Aaron Zelin, the influx of Saudis from spring 2013 is caused by the massive intervention of Hezbollah to support the Syrian regime, which in turn causes calls to jihad in Saudi Arabia, such as the cleric Yusuf al-Qaradawi.


    Of the 300 killed Saudis we can draw a little more detailed portrait from 203 cases. Recruitment affects the whole country since a single region of 13 is not shown. Many Saudis are famous among the contingent. Abd Allah bin Muhammad bin Sulayman al-Muhaysini, a Sunni cleric, followed the teachings of a religious arrested by the Saudi authorities in 2004 for supporting al-Qaeda. He provided arms, funds the insurgency and assistance to Syrian refugees. He went to Syria in 2013 and has been seen in the company of members of the al-Nosra and Omar al-Shishani, who runs a group of Chechens and then joined ISIS. Since January 2014 and the battle between al-Nosra and ISIS, he distanced himself from the latter group. In March, he established the training camp called al-Farouq, a nod to the camp of the same name in Afghanistan's Talibans before September 11. Abd al-Muhsin Abd Allah Ibrahim al-Sharikh, who died in Syria March 21, 2014, a veteran of jihad from Afghanistan, third cousin of Bin Laden, with two of his brothers who went through Guantanmo, was a member of the "Committee for the Victory." Before reaching Syria, he was in the Afghani-Pakistani border area. Since January 2014, he has not taken sides in the conflict al-Nosra/ISIS but we also know that it supports Ahrar al-Sham and al-Nosra.



    1Abdullah Suleiman Ali, « Saudi jihadists flow into Syria », Al-Monitor, 8 décembre 2013.
    5The Phenomenon of Foreign Fighters from the Arab World in the Syrian Civil War, Most of Them Fighting in the Ranks of Organizations Affiliated with Al-Qaeda and the Global Jihad, The Meir Amit Intelligence and Terrorism Information Center, mai 2014.
    6Aaron Y. Zelin, « The Saudi Foreign Fighter Presence in Syria », CTC Sentinel, avril 2014 Vol 7. Issue 4, p.10-14.

    0 0

    Le 10 juin 2014, en réaction à la chute de Mossoul devant l'offensive principalement menée par l'Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL)1, le gouvernement irakien de Nouri al-Maliki appelle à la création de milices populaires pour barrer la route aux djihadistes sunnites. Selon Philip Smyth cependant, dès avant la chute de Mossoul, deux milices chiites irakiennes pro-iraniennes, Kataib Hezbollah (KH) et Asaib Ahl al-Haqq (AAH), qui ont fourni des combattants à des milices paravent en Syrie2, ont rapatrié leurs combattants en Irak3. Ces deux milices ont recruté de nouveaux membres pour les combats en Irak et elles travaillent étroitement avec l'armée irakienne et les forces de sécurité intérieures. La mobilisation des milices chiites en juin 2014 diffère cependant grandement de celle qui avait eu lieu, par exemple, après l'attaque sur le tombeau chiite de Samarra en 2006 : il avait alors fallu 6 semaines à Moqtada al-Sadr pour rassembler ses troupes, alors qu'ici, la mobilisation a pris une semaine4. Cette rapidité s'explique par un statut sur le qui-vive des milices, en raison des élections irakiennes, mais aussi parce que le gouvernement Maliki a incorporé ces formations dans les unités régulières depuis le mois d'août 20135. Le recrutement par le gouvernement de membres tribaux laisse des centres de recrutement actifs et les milices bénéficient aussi du retour de vétérans de la Syrie. L'ayatollah Ali al-Sistani a rapidement appelé à la défense des sanctuaires chiites. Enfin, les Pasdarans iraniens ont une marge de manoeuvre plus importante, en raison du retrait américain, et bénéficie d'une grande expérience désormais pour former des « Task Forces », si l'on peut dire, composées de leurs propres hommes en tant que conseillers militaires, de miliciens irakiens et du Hezbollah libanais (comme dans le conflit syrien).



    Dès la fin avril 2014, KH intensifie son effort de recrutement pour la « défense de l'Irak ». Une nouvelle formation est créée : Saraya al-Dafa al-Shabi6 (comités de défense populaire). Il faut rappeler que KH est l'une des milices pro-iraniennes les plus secrètes, limitée en effectifs (400 hommes maxium en 20107 selon M. Knight) et étroitement encadrée par la force al-Qods des Pasdarans. KH, qui combat en Syrie depuis le printemps 2013, aurait déjà perdu 30 tués dans ce pays. En mai, une vidéo annonce que ce groupe collabore avec les forces de sécurité intérieures irakiennes. Par ailleurs, AAH et une autre milice chiite armée par l'Iran, l'organisation Badr, ont créé de nombreux comités populaires depuis le mois d'avril8. Le recrutement s'effectue dans de nombreux centres entre Bagdad et les villes du sud de l'Irak9. Dès le mois de janvier, AAH et une autre milice pro-iranienne, la Force de Réaction Rapide (FRR), avaient rapatrié des combattants expédiés depuis l'Irak en Syrie ; AAH a même annoncé avoir participé aux combats dans la province d'Anbar10, à Falloujah, au mois de janvier 2014. Le processus avait probablement débuté, en fait, dès le mois de décembre 201311. Mercredi 18 juin, AAH confirme qu'elle retire ses effectifs de Syrie pour les redéployer en Irak12. AAH a déjà engagé l'EIIL au sud de la province de Salahaddin et au nord de celle de Diyala. L'organisation Badr prend surtout à sa charge la défense de la province de Diyala, à l'est de Badgad, où elle a une présence historique et qui a une frontière avec l'Iran : en outre l'EIIL a réussi à y établir une tête de pont. C'est d'ailleurs à Diyala que certaines sources, non confirmées par l'Iran, placent les 500 hommes des Pasdarans qui auraient été envoyés en Irak13.

    Emblème de Asaib ahl al-Haq.-Source : http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/f/fb/Asaib-ahl-alhaq_logo.jpg

    Ci-dessous, la milice Asaib ahl al-Haq en opération dans la province d'Anbar, février 2014.





    Ci-dessous, vidéo de propagande de Katai'b Hizbollah.



    17 juin 2014 : à Nadjaf, cérémonie funéraire pour un milicien de Asaib ahl al-Haq tué au combat.





    Liwa Abou Fadl al-Abbas (LAFA), la milice chiite irakienne la plus importante et la plus ancienne parmi celles présentes en Syrie, et la FRR, suivent Ayatollah Qasim al-Tai, un clerc qui s'est détaché d'al-Sadr et qui reconnaît l'autorité de jurisprudence de Khamenei. Initialement, on pensait que ces formations avaient été essentiellement montées pour combattre en Syrie. La FRR, qui a des liens étroits avec les équipes SWAT des forces de sécurités intérieures et les forces d'opérations spéciales irakiennes, a été parmi les premières dépêchées en Syrie au printemps 2013. Depuis janvier et encore en mars 2014, les deux formations ne se présentent plus comme protectrices des « lieux saints en Syrie », surtout le tombeau de Sayyida Zaynab au sud de Damas, mais comme des « lieux saints en Syrie et en Irak », dont le tombeau Hadi al-Askari de Samarra. A la mi-mai, le recrutement des deux formations s'accélère et à la fin mai la FRR se déploie à Abou Ghraïb, où il n'y a pas de tombeau chiite à protéger, ce qui confirme le redéploiement des forces de la Syrie vers l'Irak14.

    Logo de la branche irakienne de LAFA.-Source : https://azelin.files.wordpress.com/2014/06/lafa-iraq.jpg?w=200&h=300


    LAFA, créée au départ, en 2012, pour combattre spécifiquement en Syrie à partir du vivier des milices chiites irakiennes pro-iraniennes, semble ajouter à son dispositif depuis janvier 2014 une milice proprement irakienne15. La branche irakienne de LAFA s'intitule Liwa Abu Fadl al-Abbas Tashkil al-Iraq et elle est dirigée par Sheikh Qasim al-Ta’i. Elle semble étroitement liée, selon Philip Smyth, à la FRR. On la voit patrouiller près de Bagdad. Le 12 juin, des informations font état du rapatriement d'une bonne partie des effectifs de LAFA en Irak, leur place étant comblée par une mobilisation exceptionnelle d'un millier d'hommes du Hezbollah au Liban-Sud16. Le 16 juin, on parle même de 1 500 hommes de LAFA déployés pour protéger le tombeau Askari de Samarra. Quels que soient les chiffres, il est certain que le groupe bénéficie du retour de vétérans des opérations en Syrie. Les symboles de la branche irakienne sont différents de la branche syrienne : on retrouve toujours la défense des sanctuaires chiites, avec le dôme doré de Zaynab, mais aussi Abbas sur fond de carte de l'Irak, et un thème plus militaire avec l'inclusion de 2 fusils de sniper SVD Dragunov. Le Sheikh Qasim al-Ta’i, qui dirige la branche irakienne, a déclaré que l'idée de création du groupe était née en avril 2013 à Najaf. De manière intéressante, il justifie l'engagement en Syrie en évoquant l'attentat contre le tombeau Askari en 2006 ; la défense du sanctuaire sert aujourd'hui de prétexte à la présence du groupe en Irak. En réalité, LAFA était déjà bien établie à Damas dès l'automne 2012 (c'est sans doute le groupe le plus ancien, comme on l'a dit) et a été constituée au départ de césures du mouvement de Moqtada al-Sadr, avant d'être renforcé par des milices chiites irakiennes pro-iraniennes. Il y a d'ailleurs eu des tensions sur le commandement de la branche syrienne qui ont entraîné des affrontements armés à l'été 201317.


    Ci-dessous, vidéo de recrutement pour Liwa Abou Fadl al-Abbas.

     

    A partir du 5 juin, un nombre important de nouveaux groupes chiites soutenus par l'Iran annonce leur intention de défendre les lieux saints de Samarra. Le 7 juin, l'organisation Badr menace de représailles tous ceux qui s'en prendraient au tombeau. Parmi les milices qui viennent assurer la défense du site, Faylaq Waad al-Sadiq, Harakat Hezbollah al-Nujaba, Kataib Sayyid al-Shuhada (KSS), Kataib Hezbollah, l'organisation Badr, AAH, and Saraya Talia al-Khurasani, dont la plupart ont envoyé des combattats en Syrie depuis l'an dernier18. Le chef de KSS, Falah Hasan Jassim al-Harishawi, nouveau membre élu du Parlement à Bassorah, a été vu en compagnie de membres de l'armée et des forces de sécurité intérieures à Bassorah19.

    Poster d'un combattatant de KSS tué en Irak.-Source : https://pbs.twimg.com/media/BqWME7wCIAAPbWv.jpg:large


    14 juin 2014 : la milice Asaib ahl al-Haq monte au front pour combattre l'EIIL, en partant de la province de Bassorah.




    Depuis le début de l'année, AAH et l'organisation Badr ont annoncé la mort de plusieurs miliciens en Irak dont plusieurs portaient les insignes de l'armée irakienne, des équipes SWAT des forces de sécurité intérieures ou des forces d'opérations spéciales. Dès le 10 juin, KH, qui a également fait part de la morts de combattants dès le moi de mai, a déployé des troupes à l'aéroport de Mossoul pour participer au combat sur place. KSS combat également dans la province d'Anbar dès le mois de mai. Un des membres de Harakat Hezbollah al-Nujaba souvent vu en photo ou dans des vidéos sur le web est un vétéran de la Syrie, où il a combattu au sein de la brigade Ammar Ibn Yasir, qui opère à Alep20. Ces milices chiites irakiennes, paravents de l'Iran, qui ont combattu en Syrie, sont donc étroitement associées aux forces régulières irakiennes, voire y sont intégrées. Il faut noter aussi que pour la première fois, les Gardiens de la Révolution iraniens ont envoyé directement, sans agir par leurs milices paravents sur place, des combattants en Irak21. D'après certaines informations, deux bataillons de Pasdarans de la force al-Qods auraient fait mouvement depuis les frontières ouest de l'Iran, pour protéger les sanctuaires de Kerbala et Nadjaf, rejoignant un troisième bataillon déjà présent de longue date pour encadrer l'armée irakienne22. C'est un événement important, d'autant plus que la force al-Qods et d'autres Pasdarans opèrent toujours secrètement en Syrie23. L'importance tient non pas au fait que des Pasdarans soient présents en Irak (ils le sont depuis longtemps), mais au fait que cela montre la puissance des Pasdarans dans le contexte régional, notamment en Irak -on pouvait déjà le voir via le recrutement de miliciens irakiens pour la guerre en Syrie parmi les groupes spéciaux iraniens. L'Iran n'a même pas à inventer un discours de légitimation pour sa présence : l'EIIL lui en a fourni un sur un plateau. On voit ainsi un membre de l'organiation Badr au parlement irakien, Qasim al-Araji, s'afficher en public avec Qasim Suleimani, le chef de la force al-Qods des Pasdarans.

    Une des premières images des Iraniens de la force al-Qods à l'aéroport international de Bagdad, le 14 juin.-Source : http://weaselzippers.us/wp-content/uploads/BqIRmlOCMAIHf9X-550x412.jpg
     





    2Sur les miliciens chiites irakiens en Syrie, cf mon précédent billet : http://historicoblog3.blogspot.com/2014/01/mourir-pour-assad-les-combattants_27.html
    5Le projet de Maliki d'une « division spéciale » Bagdad constituée à partir de nombreuses milices chiites pro-iraniennes, notamment AAH et KH, montre à la fois qu'il incorpore dans les forces régulières des milices responsables de combats sectaires et qu'il n'a pas confiance dans l'armée et les forces de sécurité irakiennes, le tout sous prétexte de combattre l'EIIL : cf http://iswiraq.blogspot.fr/2013/09/the-baghdad-division-iraqi-shia-militia.html
    10Nicholas A. Heras, « Iraqi Shi’a Militia Asa’ib Ahl al-Haq Expands Operations to Syria », The Jamestown Founda tion, Terrorism Monitor, Volume XII Issue 10, 16 mai 2014.
    21Un premier Pasdaran aurait péri, peut-être dans un accident : cf http://jihadology.net/2014/06/14/hizballah-cavalcade-irgcs-first-martyr-vs-isis-in-iraq/

    0 0

    Un peu en retard sur les sorties du mois sur L'autre côté de la colline :

    - un article sur le squadrisme par David François. Intéressant et qui élargit notre perspective hors histoire militaire, à nouveau.

    - Adrien Fontanellaz traite de l'offensive japonaise en Chine de 1944. Un théâtre d'opérations tout à fait méconnu, le front sino-japonais depuis 1937 voire 1931, bien plus encore que le front de l'est...

    - et Jérôme Percheron, qui a déjà contribué au blog, signe un nouvel article sur la guerre des Malouines, avec une deuxième partie à suivre bientôt.


    Bonne lecture !

    0 0

    666 ap. J.-C. . Soeur Fidelma s'embarque avec un groupe de pélerins irlandais à Ardmore, sur la côte sud du royaume de Muman, en direction de Saint-Jacques-de-Compostelle. Une façon pour elle de réfléchir sur sa foi et ses sentiments à l'égard de son comparse saxon, frère Eadulf. Mais la traversée se révèle moins plaisante que prévu : outre que les pélerins qui l'accompagnent sont ravagés par les querelles intestines, l'un d'entre eux disparaît du bateau après une tempête. Fidelma doit mener l'enquête alors même que le groupe compte aussi Cian, un amour de jeunesse dont elle a bien du mal à se défaire...

    Pour ce huitième tome des aventures de Soeur Fidelma, Peter Tremayne nous ramène, pour la première fois depuis le deuxième tome, en dehors de l'Irlande. Plus précisément, c'est la première enquête de Fidelma, à nouveau seule cette fois-ci, dans un milieu confiné : un navire transportant des pélerins. C'est également la première fois que l'auteur évoque ses sources dans l'introduction historique générale présente en début de volume, notamment, semble-t-il, en raison de critiques qui lui ont été adressé. Les sources sont scientifiques mais semblent parfois un peu anciennes ; la carte, elle, est toujours imprécise, mais ici on en aurait préféré une autre sur le trajet maritime...

    Le tome est peut-être un peu moins bon que les deux précédents qui remontaient la pente, d'une part parce que le contexte historique est moins utilisé (sauf pour l'aspect naval, nouveau dans la série), et parce que l'enquête est certes intéressante, sauf que l'auteur glisse trop d'indices en amont pour maintenir le suspense, on devine assez facilement à la fin qui est le coupable. Dommage. La relation Fidelma-Cian finit par lasser, même si ce dernier personnage finit par disparaître à la fin du volume, sans doute définitivement, ce qui n'est pas un mal. Fort heureusement, le tome suivant sera un peu meilleur.





    0 0

    Benoît Rondeau avait sorti l'an passé, aux éditions Tallandier, un ouvrage sur l'Afrikakorps de Rommel et plus largement, en fait, sur la guerre en Afrique du Nord vue du côté allemand, que j'avais commenté ici. Pour le 70ème anniversaire du débarquement en Normandie, il propose ce livre qui offre la vision allemande de l'événement, mais pour toute la bataille de Normandie et non pour le seul débarquement : encore une fois, le titre est trompeur.

    Ce n'est qu'à 10 heures, le 6 juin 1944, qu'Hitler apprend la nouvelle du débarquement, bien après le début des combats dans la nuit. La nouvelle l'enchante d'ailleurs, puisqu'il croit que la bataille décisive pour l'Allemagne a commencé. Tout un symbole... on aurait pourtant aimé une vraie introduction, qui manque un peu ici.

    L'ouvrage se divise ensuite en cinq parties. La première, l'attente, explique comment les Allemands ont préparé leur défense, et notamment le "mur de l'Atlantique". La directive 51 du Führer, en novembre 1943, donne la priorité au front de l'ouest, qui ne se renforce vraiment en unités qu'au printemps 1944. Rommel, qui arrive ce même mois de novembre, commence immédiatement à accélérer le bétonnage de la côte et à augmenter les défenses sur les plages, pour rejeter tout de suite l'envahisseur à la mer. L'effort est cependant entravé par les querelles au sein du système nazi et aussi de l'armée allemande. Cette cacophonie au sein du système nazi fait d'Hitler le seul maître des décisions : c'est lui qui tranche, pas vraiment en faveur de l'un ou de l'autre, le 26 avril 1944, sur la question de la stratégie à adopter qui divise Rommel et Rundstedt et Geyr von Schweppenburg, en dispersant les divisions blindés de réserve sans les regrouper sous une seule autorité. Le renseignement militaire allemand, par ailleurs, se laisse aveugler par les opérations d'intoxication montées par les alliés. Les divisions stationnées en France comprennent beaucoup de nouvelles recrues, mais aussi des cadres qui viennent du front de l'est. On trouve aussi nombre de Volksdeutche et d'Osttruppen, qui ne représentent pourtant, pour ces derniers, que 5% des effectifs à l'ouest. L'armée allemande bénéficie encore d'une souplesse tactique et d'un endoctrinement qui confine parfois au fanatisme, mais les divisions ne sont pas toujours complètes et entraînées. Les divisions d'infanterie en particulier manquent souvent de matériel et de mobilité ; l'élite est constituée des Panzerdivisionen et de quelques autres formations comme celles des parachutistes. La Luftwaffe et la Kriegsmarine sont réduites à la portion congrue. L'armée allemande doit vaincre rapidement sous peine d'être submergée.



    La deuxième partie revient plus précisément sur la réaction allemande face au débarquement. Dans la nuit du 5 au 6 juin, beaucoup d'officiers allemands, dont Rommel, ne sont pas à leur poste ; le mauvais temps laisse croire que la nuit sera tranquille. On s'explique mieux le manque de décision côté allemand dans les premières heures fatidiques. La 21. Panzerdivision, en particulier, n'est pas engagée dans le rôle qui aurait dû être le sien. Contre les parachutistes, la lutte est sans merci, et les exécutions sommaires des deux côtés ont probablement prévalu sur les gestes d'humanité. Les contre-attaques allemandes, en arrière d'Utah Beach par exemple, manquent de coordination. A Omaha, les Allemands ne peuvent mettre en ligne qu'un millier d'hommes pour la défense des plages : la 352ème DI se bat déjà contre les paras. Les effectifs de cette unité manquent cruellement pour la défense de Gold. Sur Juno, le bienfondé du concept d'obstacles de plage voulus par Rommel est démontrée par les lourdes pertes subies par les barges. Si les Allemands coulent un destroyer avec des vedettes lance-torpilles, ils ne peuvent empêcher le débarquement sur Sword. Cependant Britanniques et Canadiens n'ont pas été préparés à l'exploitation à l'intérieur des terres après la conquête des plages. Les Allemands, même s'ils échouent dans leurs contre-attaques, vont en profiter. On peut noter que les commandants de divisions et du niveau supérieur n'ont pas été pour beaucoup à la hauteur des événements le 6 juin. Quand les premières divisions blindées montent en ligne, elles sont prises à partie par l'aviation alliée.

    La troisième partie est consacrée à la première semaine de ce qui devient la bataille de Normandie. La propagande allemande se veut confiante, en dépit des pertes subies en raison de l'aviation dans la montée en ligne des réserves. La faible motorisation de l'armée allemande entraîne également des retards, tout comme le manque de carburant. La logistique allemande, défaillante, doit se reposer sur le rail. Rommel et les autres chefs restent encore persuadés que le débarquement en Normandie n'est qu'une diversion pour l'effort principal, qui reste à venir. Dès le 10 juin, le QG du groupe Panzer ouest est décimé par un raid aérien allié monté d'après des interceptions radios. Le secteur de Caen est crucial pour les deux camps car il ouvre sur Paris. Les Canadiens qui avancent en direction de la ville se heurtent aux premiers Waffen-SS qui se défendent avec une rage fanatique et engagent pour la première fois de nouveaux matériels en masse contre les Anglo-Américains, ainsi le char Panther. Mais les divisions blindées allemandes, qui sont les premières à être engagées en catastrophe pour barrer l'avance alliée, sont gaspillées dans un rôle qui n'est pas forcément le leur. L'exploit de Wittman à Villers-Bocage ne change rien à la situation précaire des Allemands, même si les alliés manquent une occasion unique de percer entre Isigny et Bayeux, alors que la défense est encore fragile. La Panzer Lehr vient s'installer dans ce secteur. A l'ouest, les Américains font tomber Carentan et le Cotentin est menacé. La Luftwaffe et la Kriegsmarine font ce qu'elles peuvent, même si les V-1 commencent à pleuvoir sur l'Angleterre à partir du 13 juin. Rommel pense déjà que l'invasion ne peut plus être repoussée.

    La quatrième partie traite de la poursuite de la bataille de Normandie. Les Américains isolent le Cotentin dès le 18 juin et manquent de peu de prendre Cherbourg avant que les Allemands ne s'y retranchent. L'assaut final sur le port commence le 22 juin et les derniers défenseurs se rendent cinq jours plus tard. C'est la première grave défaite allemande de la bataille de Normandie ; en outre les soldats du Reich n'ont pas fait preuve du fanatisme attendu par le Führer... à l'est, les Allemands bloquent l'opération Epsom le 26 juin devant Caen, mais la puissance de l'artillerie et de l'aviation alliées se fait sentir. Montgomery n'a pas attiré devant Caen les blindés allemands ; le plan allié prévoit des offensives de part et d'autre, mais les Allemands concentrent leurs blindés devant lui car ils protègent la direction de Paris. Dans cet enfer, le soldat allemand tient d'abord par la rigueur de la discipline (l'armée allemande fusille 15 000 de ses propres soldats pendant la guerre), par un moral qui se transforme souvent en fanatisme national-socialiste (en particulier chez les Waffen-SS et parachutistes), provoquant parfois des crimes de guerre, même si blessés et prisonniers sont assez bien traités. Les conditions de vie en campagne sont rudes, et le ravitaillement ne suit pas toujours. L'armée allemande souffre du manque de renseignements sur l'adversaire, du tir de l'artillerie adverse, d'un manque de moyens de communications modernes et de la puissance de l'aviation alliée. Les pertes humaines et matérielles sont loin d'être comblées. Mais dans la guerre du bocage, les Allemands disposent des armes, des vétérans et de la souplesse tactique qui vont leur permettre de mener une guerre d'usure. Les défenses mises en oeuvre dans le bocage sont redoutables. En revanche, quand les Allemands sont dans le rôle de l'assaillant, ils subissent souvent de lourdes pertes. A l''est, la plaine de Caen est constituée d'openfields, mais les Allemands ne peuvent manoeuvrer en plein jour avec leurs chars. Au sud du Cotentin, quand les Américains lancent l'offensive pour progresser, les combats deviennent vite très coûteux. Monty attaque à l'est en parallèle, les Waffen-SS doivent évacuer Caen le 9 juillet. Saint-Lô est prise dix jours plus tard, dans un bain de sang. Rommel, blessé par un chasseur le 17 juillet, n'assiste pas à l'opération Goodwood, la grande offensive déclenchée par Monty le lendemain. Celui-ci lance ses blindés, son principal atout en raison du manque d'infanterie, qui malgré la violence du bombardement préparatoire, se heurte à forte partie. L'attentat contre Hitler, le 20 juillet, est commis pendant cette dernière offensive. L'indignation prédomine parmi les soldats allemands en Normandie, même si certains regrettent qu'Hitler n'ait pas été tué. Un sursaut moral a lieu fin juillet, y compris chez les prisonniers aux mains des alliés.

    Dans la dernière partie, Benoît Rondeau revient sur la défaite allemande. Le 25 juillet, l'opération Cobra montée par les Américains frappe le 84ème corps allemand de von Choltitz. Le front allemand se désagrège, malgré les contre-attaques, une partie des défenseurs est enfermée dans la poche de Roncey, les Américains filent sur la Bretagne. L'offensive britannique à l'est, en revanche, piétine. Les Canadiens renouvellent l'attaque avec l'opération Totalize, dans la nuit du 7 au 8 août, pendant laquelle Wittman trouve la mort. Le même, pour ne pas être en reste, les Allemands lancent l'opération Lüttich, sur le couloir d'Avranches, voulue par Hitler, pour couper les Américains lancés en Bretagne de leurs arrières. L'offensive échoue. Cet échec facilite l'encerclement dans la poche de Falaise. Les Américains pivotent vers le sud, accompagnés de la 2ème DB de Leclerc, tandis que les Canadiens avancent sur Falaise à partir du 14 août. Les Allemands se battent comme des diables pour faire sortir les restes de la 7. Armee et de la 5. Panzer Armee de la poche en voie de bouclage. Dans la poche, pilonnés de tous côtés, les soldats allemands commencent à montrer les signes d'une vraie déroute. L'encerclement n'est réalisé que le 19 août après que 55 000 soldats allemands aient réussi à passer. La dernière sortie, appuyée par les Allemands à l'extérieur, a lieu les 20-21 août. L'armée allemande laisse 6 à 10 000 tués et 50 000 prisonniers dans la poche de Falaise. Le matériel perdu est considérable. La Wehrmacht parvient cependant à faire franchir la Seine à 240 000 hommes et 39 000 véhicules jusqu'au 30 août, mais très peu de chars y parviennent. Si les alliés ont manqué une victoire décisive, la poursuite bat son train et une nouvelle poche à Mons, en Belgique, livre encore 25 000 prisonniers.

    En conclusion, l'auteur rappelle que la supériorité tactique des Allemands en Normandie, bâtie notamment autour des Kampfgruppen de circonstance, masque mal l'échec final. La victoire alliée ne doit pas qu'à la supériorité numérique, matérielle et logistique : les soldats et les officiers ont su montrer de réels talents. Les Waffen-SS n'ont pas infléchi le cours de la bataille, et les Allemands ont aussi commis des erreurs tactiques. Il est vrai cependant que la supériorité numérique joue à plein, et en particulier à l'est, comme le dit l'auteur p.374 : il aurait peut-être été intéressant de développer un peu sur le pourquoi de cette situation (pertes subies depuis 1941, division des forces allemandes sur plusieurs fronts, etc). Comme le dit Benoît Rondeau, difficile de trouver actuellement un juste milieu entre la vieille historiographie datée influencée par les survivants de la Wehrmacht et les nostalgiques du IIIème Reich, et un révisionnisme (au sens littéral du terme) bien à la mode qui nie toute qualité ou presque à l'armée allemande. La défaite au moment du débarquement et lors de la bataille de Normandie est bien stratégique. En revanche, je ne suis pas sûr d'être d'accord avec l'idée de l'auteur selon laquelle la bataille de Normandie est la défaite la plus catastrophique de la guerre pour la Wehrmacht. Les pertes matérielles (blindés) sont peut-être plus élevées (encore qu'il faudrait vérifier), mais en termes humains, la vraie saignée pour l'armée allemande à l'été 1944, c'est l'opération Bagration à l'est et ses suites. Le nombre de pertes définitives de l'Ostheer est incomparablement supérieur à celles subies à l'ouest au même moment. En outre, comme le souligne Benoît Rondeau, la victoire en Normandie est incomplète, là où Bagration laisse quasiment un groupe d'armées allemand détruit, du jamais vu à l'est avant cette date. En revanche, sur les plans économique et territorial, la perte est sans doute plus sèche à l'ouest qu'à l'est pour les Allemands. Plutôt que de déterminer une victoire plus décisive par rapport à l'autre, je pense que la défaite allemande doit plus, en fait, à la stratégie globale des alliés d'offensives simultanées sur plusieurs fronts. C'est pourquoi d'ailleurs on a tant de mal à trancher quand on cherche, en vain, dans une quête illusoire qui s'assimile parfois à du mauvais journalisme, à vouloir absoluement décerner des lauriers à un tel ou un tel, à décider que telle opération est la "meilleure", ou la plus "décisive", etc. Je pense aussi que même si le souvenir de la guerre à l'est reste prégnant en Allemagne après la guerre, il a vite disparu des mémoires, comme le montre la redécouverte du sujet en Allemagne, aux Etats-Unis, à partir des années 1970-1980, et en France plus récemment. Mais effectivement, on ne peut nier l'importance du front occidental et des efforts anglo-américains, en parallèle du front de l'est, qui garde toute son importance en 1944.

    Le livre se termine par quelques annexes sur les chiffres et personnalités (que l'on aurait voulu sourcés, peut-être). La bibliographie en fin d'ouvrage n'a qu'un titre indicatif, comme le mentionne l'auteur. Elle comprend des ouvrages anciens et datés comme celui de Carell, même si Benoît Rondeau en connaît tout à fait les limites, et des auteurs malheureusement incontournables car prolifiques mais dont on pourrait se passer, car peu fiables également. Je n'ai pas appris grand chose, honnêtement, avec ce livre, étant maintenant un peu familier du sujet, mais c'est tout de même une synthèse pratique sur la vision allemande de la bataille de Normandie. Il ne faut pas y rechercher autre chose, où l'on risque d'être déçu.





    0 0

    Une des dernières milices pro-régime d'origine irakienne apparue en Syrie est Liwa Assad Allah al-Ghaleb (LAAG)1. LAAG naît officiellement en décembre 2013 lorsque son chef, Abou Fatima al-Mussawi, l'annonce dans une vidéo tournée à l'aéroport international de Damas. Abou Fatima al-Mussawi a servi dans Liwa Abu Fadl al-Abbas (LAFA), la plus ancienne et sans doute la plus importante milice chiite irakienne ayant combattu aux côtés du régime syrien, depuis la seconde moitié de 2012, et qui est ensuite progressivement alimentée par des milices irakiennes pro-iraniennes comme Asaib Ahl al-Haqq ou Kata'ib Hezbollah2. Revenu en Irak, où il trouve un soutien moral et financier, Abou Fatima al-Mussawi commence à recruter pour former sa propre milice.

    Qassim al-Tai'i est le chef spirituel de LAAG mais aussi de la branche irakienne de LAFA, créée récemment, en janvier 2014. C'est un clerc chiite de Nadjaf qui fait partie des fondateurs du mouvement sadriste. Il a participé à plusieurs soulèvement ratés contre Saddam Hussein et a été emprisonné par le régime irakien. Il a également des liens avec l'Iran dont il adopté la règle de jurisprudence3. En proie à l'hostilité de Moqtada al-Sadr, il revient sur le devant de la scène avec la guerre en Syrie, militant très tôt pour encourager le départ de volontaires chiites à Damas. C'est ainsi qu'il parraine la formation de LAFA. Il fait d'ailleurs plusieurs fois le voyage en Syrie pour rencontrer les chefs de cette milice. Il ouvre le 23 décembre 2012 un bureau dans le quartier d'al-Sayyida Zaynab, au sud de Damas, où se trouve le fameux sanctuaire chiite dont la défense sert de prétexte à l'envoi des miliciens chiites irakiens. Ce bureau est dirigé par Ibrahim Dawa. Dawa, le secrétaire de al-Ta'i, fait le lien entre le chef religieux et les combattants. C'est lui qui distribue l'aide financière aux familles des combattants tués. Al-Tai'i a usé de son influence pour que les Irakiens chiites venant des milices pro-iraniennes prennent le contrôle de LAFA, qui au départ a été une création spontanée en Syrie, pas forcément organisée depuis l'extérieur. La mainmise étrangère a d'ailleurs créé des affrontements armés internes à LAFA à l'été 2013. La création d'une branche irakienne de LAFA en janvier dernier est la dernière phase de ce processus4.

     

    Qassim al-Tai (extrême-gauche, avec le turban).



    Aqil al-Mussawi, plus connu en Syrie sous le nom de guerre Abou Fatima al-Mussawi, est le fondateur et le chef de LAAG. C'est un militant irakien qui a été présent en Syrie dès les débuts de LAFA. Après la mort d'Ahmad Kabara, Abou Fatima tente de créer sa propre milice en Syrie en se séparant de LAFA mais échoue. Il retourne donc en Irak. C'est là qu'il obtient le soutien logistique et financier d'al-Tai'i, ce qui lui permet de revenir en Syrie et d'annoncer la formation de LAAG le 7 décembre 2013. Il s'impose rapidement aux côtés des autres chefs de milices irakiennes.

    Abou Fatima al-Mussawi (capture d'écran).
     

    Qassim a-Ma'amouri est le bras droit de Mussawi. Il apparaît sur de nombreuses photos et les insurgés l'accusent d'avoir commis des massacres dans les quartiers sud de Damas et à Jobar, à l'est de la capitale. On le voit également sur une photo observer le terrain dans des binoculaires à côté d'une mitrailleuse DShK de 12,7 mm. Mouhammad Ali Mohyeddine (alias Dhu al-Faqar), un autre chef de LAAG, est un chiite syrien du village de Nubbol, dans la province d'Alep. Il a été tué le 11 mai 2014 durant les combats à Mleha, dans l'est de la Ghouta. Formé par la Garde Républicaine du régime syrien, il avait combattu autour de Damas, dans l'ouest et l'est de la Ghouta. Sur les photos du groupe, on le voit souvent accompagné de son cousin, Makaren. Hassan Mohyeddine est un clerc chiite du village de Nubbol qui encadre les volontaires chiites syriens de la milice qui viennent des deux villages chiites proches d'Alep, Nubbol et al-Zahra'a, assiégés par les insurgés syriens5. LAAG a en effet élargi son recrutement à des chiites et des druzes syriens, dont certains, pour ces derniers viennent de la localité de Jaramana, non loin de Mleha6.


    Qassim a-Maamouri, le bras droit d'Abou Fatima.


    Dhul al-Faqar.


    L'emblème choisi par LAAG est des plus instructifs7. On reconnaît immédiatement la filiation avec LAFA en remarquant la présence, à l'arrière-plan, du dôme doré de Zaynab. Les deux sabres de part et d'autre figurent probablement Zulfiqar, l'épée d'Ali, à deux pointes. La figure centrale est sans doute Abbas Ibn Ali, le compagnon d'Huseyn à Kerbala, une bataille centrale pour la mémoire chiite, et qui donne en partie son nom à LAFA. En plus du nom du groupe sur le bandeau du bas, on reconnaît bien sûr le drapeau syrien. On peut noter la ressemblance avec le récent emblème de la branche irakienne de LAFA. Sur une vidéo datée du 1er mai 2014 et probablement tournée à Mleha, on observe un écusson de dos, sur un des miliciens, qui est celui du régime syrien, preuve des liens étroits qui unissent les volontaires irakiens à ce dernier. Les combattants de LAAG arborent aussi dans plusieurs vidéos un écusson de manche caractéristique, différent de l'emblème du groupe, qui permet de les reconnaître facilement.

    Emblème de LAAG.


    Emblème de la branche irakienne de LAFA.


    Sur le dos de ce milicien de LAAG, on distingue l'écusson du régime syrien (capture d'écran).

    Ce combattant de LAAG porte l'écusson de manche caractéristique de la milice, différent de l'emblème qu'on aperçoit en haut à gauche (capture d'écran).

    Capture d'écran d'une vidéo montrant des miliciens de LAAG écoutant les conseils tactiques de leur chef avant de monter à l'assaut, à Mleha. On reconnaît l'écusson de la milice sur les manches des deux soldats à gauche et à droite.


    Un rebelle syrien montre l'écusson de manche de LAAG récupéré sur le cadavre d'un milicien.



    Depuis sa création, LAAG a d'abord été engagée dans le quartier de Daraya, au sud de Damas, puis dans le reste de la Ghouta. Ses miliciens ont aussi combattu le long de l'autoroute Damas-Deraa et dans le secteur d'al-Qadam qui en est proche. Actuellement, la brigade participe à la tentative du régime pour reprendre Mleha, dans l'est de la Ghouta. Elle a reçu son entraînement de la Garde Républicaine syrienne, au camp près de Qatana, et aussi dans ceux de la 4ème division blindée, sur la montagne d'al-Mazzeh, non loin du palais présidentiel à Damas. L'entraînement aurait été assuré par des conseillers iraniens des Pasdarans. Il est difficile d'évaluer les effectifs de LAAG mais ils ne doivent pas être conséquents. On sait qu'elle a subi des pertes assez lourdes dans ses premiers engagements avant d'accumuler une certaine expérience8. Les combats à Mleha sont aussi particulièrement durs (la bataille dure depuis plusieurs mois), puisque plusieurs vidéos et photos des insurgés montrent des miliciens de LAAG tués, que l'on reconnaît à leurs écussons. On peut l'estimer, d'après les vidéos du groupe, à plusieurs dizaines d'hommes au minimum, peut-être une centaine, mais probablement guère plus. LAAG n'est certainement pas la milice pro-régime étrangère (et syrienne) la plus étoffée, d'autant qu'elle est encore de création récente.

    Cette carte réalisée par un blog pro-régime montre la ligne de front à Mleha, dans l'est de la Ghouta, le 9 juin dernier.


    Les vidéos9 mises en ligne par LAAG confirment assez bien les représentations des autres milices chiites irakiennes plus anciennes engagées en Syrie, aux côtés du régime, depuis la seconde moitié de 201210. On peut distinguer plusieurs thèmes récurrents. Le premier est celui de la justification de l'intervention des chiites irakiens en Syrie, notamment par la défense du sanctuaire de Zaynab, au sud de Damas. La première vidéo postée par le groupe, le 16 janvier 2014, montre ainsi le dôme doré de Zaynab, illuminé, durant une nuit pluvieuse. Une autre vidéo, qui est un montage de plusieurs séquences, reprend notamment la fameuse scène où un combatttant de LAFA monte sur le dôme de Zaynab, elle-même reprise sur des emblèmes de cette milice. Enfin, une des dernières vidéos mises en ligne, le 23 mai 2014, filme des pélerins chiites qui viennent au sanctuaire de Zaynab, symbolisant en quelque sorte la « mission accomplie » de LAAG et justifiant les sacrifices consentis.


    Le sanctuaire de Zaynab, de nuit, sous la pluie : première vidéo postée par LAAG.



    Un des pick-up utilisés par LAGG (capture d'écran).



    Le deuxième thème dominant est celui de l'activité militaire de la milice, au sens large. La deuxième vidéo, toujours mise en ligne le 16 janvier, montre le chef de la milice s'adressant à ses hommes. La troisième, postée elle aussi le 16 janvier, est la première à montrer le groupe en opération. Les visages sont floutés (ce qui étrangement n'est pas systématiquement le cas, il s'agit en général de membres importants, manifestement, ou qui souhaitent demeurer discrets pour des raisons de sécurité), et les miliciens irakiens défendent des positions dans un immeuble, en contexte urbain, notamment des meurtrières placées au milieu d'empilements de sacs de sable à des fenêtres ou autres ouvertures du bâtiment. Les vidéos suivants montrent des patrouilles de miliciens ; l'une en particulier, filme les chefs revenant vers ce qui semble être le QG du groupe. Les chefs de LAAG sont souvent présents dans les vidéos, et mis en valeur : on reconnaît le fondateur, Abou Fatima, mais aussi son bras droit Qassim et Mouhammad Ali Mohyeddine. Les premières vidéos montrant des combats ou des échanges de tirs, comme pour les autres milices irakiennes, insistent sur certains armements : mitrailleuses PK utilisées depuis des bâtiments ou des barricades au sol, fusils de sniper (SVD Dragunov), lance-roquettes RPG-7 etc. Les snipers, ici armés de Dragunov, sont particulièrement prisés, comme pour d'autres milices irakiennes pro-régime. Une vidéo un peu plus longue, postée le 25 février, montre le groupe patrouiller et combattre de nuit. Les blessés de la milice sont pris en charge dans un hôpital du régime. LAAG n'oublie pas non plus de célébrer ses « martyrs », dans la tradition chiite. Une vidéo postée le 8 avril évoque plusieurs hommes de la milice tués au combat. Une autre vidéo mise en ligne le lendemain montre les miliciens du groupe manoeuvrer en terrain urbain, puis poser avec leur drapeau devant un ZSU 23/4 Shilka qui précède lui-même une colonne de chars, ce qui montre l'imbrication étroite, à l'occasion entre les miliciens irakiens et les forces du régime syrien. Bien que bénéficiant parfois de l'appui des véhicules blindés du régime, les miliciens de LAAG ont aussi leurs propres pick-up. Le 6 mai, une première vidéo met en scène l'utilisation par LAAG, sur le front de Mleha, de roquettes Volcano fournies par le régime syrien. C'est la première fois que ces roquettes iraniennes modifiées en Syrie, et qui ont servi pour les attaques chimiques du 21 août 2013, sont confiées à une milice étrangère pro-régime11. Une vidéo postée le 8 mai montre un peu plus en détails le tir des roquettes Volcano12.


    Un combattant de LAAG épaule un RPG-7 à Mleha.


    Des miliciens de LAAG déploient leur drapeau devant un automoteur antiaérien ZSU 23/4 qui précède lui-même une colonne de chars.

    Ci-dessous : 5 captures d'écran montrant des snipers de LAAG tirant au Dragunov.









    Poster montrant les "martyrs" de LAAG.

    Capture d'écran montrant le camion transportant les deux lance-roquettes Volcano -bricolées à partir de Falaj-2 iraniennes, 333 mm- utilisé à Mleha par LAAG.

    Tir de roquette Volcano à Mleha (capture d'écran).





    Comme d'autres milices irakiennes, LAAG insiste enfin, dans ses vidéos sur les corps des ennemis abattus, qui constituent une dernière thématique en soi. Plusieurs séquences s'attardent sur les cadavres d'insurgés syriens abattus par LAAG durant ses opérations, parfois baignant littéralement dans leur sang. Dans l'une d'elles, on voit même certains miliciens poser, le pied sur leurs victimes, dans la démarche classique du « trophée de chasse » que l'on a pu déjà constater pour d'autres milices irakiennes13. Une des séquences, particulièrement dure, montre aussi l'interrogatoire d'un homme (un insurgé ?) capturé, plaqué au sol et menacé d'un couteau par un des miliciens irakiens.


    Un milicien de LAAG pose son pied sur un cadavre d'insurgé (capture d'écran).

    Cadavre d'un insurgé filmé par LAAG.

    Autre cadavre d'insurgé filmé par LAAG.

    Dans cette capture d'écran, on voit un homme (un insurgé ?) maintenu au sol et menacé d'un couteau par un milicien de LAAG.





    5Présentation des membres importants de LAAG dans cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=6tpIHHUGAK4#t=74
    7Merci à Yalla Souriya pour l'aide apportée dans l'identification des éléments de cet emblème.
    9Travail réalisé à partir de la chaîne officielle Youtube de LAAG : https://www.youtube.com/channel/UCirgRdfpPBf3hr4kSwliSOw
    10Cf l'impressionnant et passionnant travail de Philip Smyth, qui m'a en partie inspiré ce billet : http://jihadology.net/hizballah-cavalcade/
    11La Garde Nationaliste Arabe, une autre milice étrangère, utilise aussi peu après le même matériel à Mleha : cf http://historicoblog3.blogspot.com/2014/01/mourir-pour-assad-les-combattants_27.html

    0 0

    667 ap. J.-C. . Revenue en catastrophe de son pélerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, soeur Fidelma doit se précipiter pour défendre son ami frère Eadulf, accusé du viol et du meurtre d'une jeune fille. Et pas n'importe où : à l'abbaye de Fearna, dans le royaume de Laigin, voisin et adversaire du royaume de Muman, dont Colgu, frère de Fidelma, est le souverain. Sur place, Fidelma retrouve un vieil adversaire, l'évêque Forbassach, et l'abbesse Fainder, qui semblent convertis à la loi de l'Eglise romaine. Elle aura fort à faire pour innocenter Eadulf en vingt-quatre heures seulement...

    Retour en Irlande pour le neuvième tome des enquêtes de soeur Fidelma, après une courte intrigue en milieu confiné, sur un bateau. C'est la première fois que la religieuse irlandaise part enquêter au sein d'autre royaume irlandais, qui plus est hostile à celui dont elle est originaire (la série s'ouvre par une enquête en Angleterre, au concile de Whitby, et le deuxième tome se passe à Rome).

    Par rapport au tome précédent du pélerinage à Saint-Jacques, ce tome-ci est plus consistant au regard de l'enquête policière. En revanche, la répétition à n'en plus finir des mêmes thèmes -hostilité entre Eglise d'Irlande et tradition irlandaise et Eglise romaine, affrontements entre les royaumes irlandais, etc- peut commencer à lasser, il est vrai. L'auteur a cependant assez de talent pour inciter le lecteur à aller jusqu'au bout de l'histoire. Mais on pousse un soupir de soulagement en lisant les dernières pages, puisqu'Eadulf persuade Fidelma de se joindre à lui pour gagner Canterbory où l'attend le nouvel archevêque dont il est le secrétaire. Ce qui promet un tome en Angleterre. Et effectifement l'enquête suivante apportera une bouffée d'air frais bienvenue.


     


older | 1 | .... | 28 | 29 | (Page 30) | 31 | 32 | .... | 59 | newer